30/03/2023 08:02

L'opérateur européen de télécommunications par satellite SES est en "discussions" avec son rival américain Intelsat concernant "un possible rapprochement"

L'opérateur européen de télécommunications par satellite SES est en "discussions" avec son rival américain Intelsat concernant "un possible rapprochement", qui donnerait lieu à une nouvelle fusion d'ampleur dans la course à l'internet depuis l'espace, selon un communiqué de SES publié mercredi. "A ce stade, il ne peut y avoir aucune certitude que l'opération se concrétisera", prévient SES dans son document, diffusé en réponse à des "rumeurs de marché".

Le secteur de l'internet spatial tente de se consolider face aux constellations de satellites des milliardaires Elon Musk et Jeff Bezos. Il attend notamment la fusion prochaine du français Eutelsat avec son homologue britannique OneWeb, et celle de l'américain Viasat avec le britanique Inmarsat.

Selon l'agence Bloomberg, le rapprochement entre SES et Intelsat aboutirait à la création d'un groupe pesant plus de 10 milliards de dollars --dette comprise--, à condition que l'opération soit autorisée notamment par le gouvernement du Luxembourg, premier actionnaire de SES.

A la Bourse de Paris, où il est coté, le groupe européen progressait mercredi à 17H00 de près de 3%, à 5,7 euros l'action, après avoir brièvement bondi à la mi-journée de plus de 10%.

Intelsat revient de son côté de loin après s'être placé en mai 2020 sous le régime des faillites américaines (chapitre 11) et avoir entamé une vaste restructuration pour éponger sa dette. Lancé dans les années 1960 comme un consortium intergouvernemental chargé de promouvoir les télécommunications internationales par satellite, puis privatisé au début des années 2000, Intelsat possède plus de 50 satellites géostationnaires.

SES a généré en 2022 un chiffre d'affaires de près de 2 milliards d'euros, en progression de 9%, mais a terminé son exercice comptable dans le rouge avec une perte nette de 34 millions d'euros. Le groupe est notamment confronté à une réduction des recettes liées à son activité de diffusion de flux vidéo, alors qu'il distribue plus de 8.000 chaînes TV dans le monde.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions