18/03/2023 16:02

Cinq ans après son lancement, le spécialiste des vidéos virales Loopsider poursuit son développement en ouvrant accès au logiciel qu'il a construit pour comprendre les algorithmes des réseaux sociaux

Cinq ans après son lancement et après deux exercices rentables, le spécialiste des vidéos virales Loopsider poursuit son développement en ouvrant accès au logiciel qu'il a construit pour comprendre les algorithmes des réseaux sociaux, a-t-il annoncé à l'AFP. Le média financé par ses contenus sponsorisés veut également lancer une nouvelle rubrique sur "l'économie de la création", ont ajouté ses trois dirigeants et cofondateurs: le spécialiste des médias numériques Arnaud Maillard, l'entrepreneur Giuseppe de Martino et le journaliste Johan Hufnagel.

Celle-ci regroupera les contenus sur la technologie, le marketing, la publicité, les jeux vidéo ou encore les NFT (un actif issu du monde des cryptomonnaies), ont-ils précisé. Avec une rédaction réduite composée essentiellement de jeunes journalistes pigistes ou en alternance, autonomes du tournage au montage, Loopsider atteint environ 7 millions de personnes quotidiennement et génère près de 150 millions de vidéos vues par mois.

75% de l'audience est francophone et 60% sont des femmes, notamment depuis le lancement en 2019 de la verticale féminine Period, taillée pour le réseau social Instagram. Suivant l'évolution des audiences sur les réseaux sociaux, Loopsider s'est lancé depuis septembre sur Tiktok, l'application privilégiée par les plus jeunes mais dans le viseur des autorités américaines et européennes, qui lui reprochent d'être un cheval de Troie au service du pouvoir chinois.

Le média en ligne généraliste oriente sa production vers les thématiques porteuses, détectées à l'aide d'un logiciel développé en interne qui analyse en temps réel la performance des contenus sur les différents réseaux sociaux et permet d'identifier les changements d'algorithmes des plateformes.

"Cet outil permet de détecter ce dont les gens parlent mais je ne me vois pas aujourd'hui automatiser la production", signale toutefois Johan Hufnagel. En 2022, le média, qui édite également des sites en marque blanche pour des entreprises, a enregistré un chiffre d'affaires de plus de 4 millions d'euros pour un bénéfice net de près de 200.000 euros, son deuxième exercice bénéficiaire consécutif.

Le site de vidéos avait révélé en 2020 les premières images de l'agression de Michel Zecler, un producteur de musique noir victime de violences policières à Paris. Depuis le départ du journaliste David Perrotin, à l'origine de l'affaire, le média réalise toujours des sujets relatifs aux discriminations, notamment des "testings" en partenariat avec SOS Racisme.

Ailleurs sur le web

Vos réactions