22/02/2023 17:32

St-Jean-de-Luz - L'enquête est ouverte pour "meurtre avec préméditation" - L'état de santé du lycéen de 16 ans lui permet d'être entendu en la garde à vue - Une minute de silence demain à 15h dans toutes les écoles

17h29: Emmanuel Macron réagit sur Twitter: "L'assassinat d’une enseignante à Saint-Jean-de-Luz nous remplit d’une intense émotion. Je partage la douleur de sa famille, de ses collègues, de ses élèves, de nos enseignants qui consacrent leur vie à transmettre le savoir aux générations futures. La Nation est à vos côtés."

 

 

17h07: Elisabeth Borne indique sur Twitter: "Après le drame survenu à Saint-Jean-de-Luz, je partage le choc et la peine de la communauté éducative du lycée Saint-Thomas d’Aquin et de toute la Nation. Toutes mes pensées vont à la victime, à sa famille et ses proches, à ses collègues, aux élèves."

 

 

16h41: Sur Twitter, l'ex-président François Hollande indique: "Profondément choqué et attristé par la tragédie qui a frappé le lycée Saint-Thomas-d’Aquin à Saint-Jean-de-Luz ce matin. J’apporte toute ma solidarité aux proches de la victime et tout mon soutien à la communauté éducative et aux élèves."

 

 

16h34: La rectrice de l'académie de Bordeaux, Anne Bisagni-Faure, indique que l'ébalissement sera ouvert demain, mais le personnel éducatif doit encore "travailler sur les modalités d'accueil", précise-t-elle.

Et d'ajouter avoir reçu plusieurs témoignages d'inspecteurs d'espagnol lui ayant dit qu'ils connaissaient cette professeure, qui "rayonnait dans son travail".

15h55: Jérôme Bourrier, procureur de la République de Bayonne indique que "l'enquête est qualifiée de meurtre avec préméditation à cette heure". Et d'ajouter que "l'auteur présumé de ces faits a été placé en garde-à-vue dans les locaux de la police judiciaire de Bayonne".

.

15h48: Pap Ndiaye, ministre de l'Education Nationale, sur place, déclare: "C'est un jour triste pour l'Education nationale". "Le temps de l'enquête va venir (...) aujourd'hui, c'est le temps de l'émotion, c'est le temps de la solidarité."

"Nous avons été frappés par la solidarité, par la dignité. Les professeurs ont d'abord demandé des nouvelles de leurs élèves. Cela témoigne de la force, de la solidité de la communauté éducative de cet établissement."

"Rien ne laissait penser à la survenue d'un drame aussi épouvantable. C'est un établissement calme, réputé pour son sérieux et pour la sérénité de son climat scolaire. Il n'y a donc pas lieu d'en tirer de conclusion hâtive. Une enquête débute (...) A ce stade pas de conclusions hâtives, un drame épouvantable."

Le ministre de l'Education nationale, Pap Ndiaye, annonce aussi qu'une minute de silence sera respectée demain "dans tous les établissements scolaires à 15 heures".

14h40: L'état de santé du lycéen lui permet d'être entendu sous le régime de la garde à vue, selon BFMTV. Nos confrères précisent que des auditions de témoins sont en cours afin de déterminer si l'élève a fait irruption dans la classe, ou s'il y était déjà quand il a décidé de passer à l'acte.

14h03: Le point sur ce que l'on sait cet après-midi

Une professeure d'un collège-lycée privé de Saint-Jean-de Luz (Pyrénées-Atlantiques) a été poignardée mortellement par un élève mercredi dans une salle de cours, un drame rarissime en France. "Je vous confirme qu'il y a bien eu une agression au couteau et que la victime vient de décéder", a déclaré à l'AFP le procureur de la République à Bayonne, Jérôme Bourrier, qui s'est rendu sur place.

L'auteur présumé de l'agression, âgé de 16 ans, a été interpellé et placé en garde à vue, a-t-il ensuite précisé, ajoutant que la victime était une professeure d'espagnol âgée de 52 ans. Les faits se sont déroulés au collège-lycée catholique Saint-Thomas d'Aquin à Saint-Jean-de-Luz, a indiqué la préfecture dans un communiqué de presse.

A la mi-journée, les élèves sortaient progressivement de l'établissement après avoir été confinés environ deux heures dans leurs salles de classe respectives et retrouvaient leurs parents derrière les grilles de cet établissement du centre-ville d'environ 1.100 élèves, a constaté une correspondante de l'AFP. Seuls les parents d'élèves de la classe concernée ont pu entrer dans l'enceinte scolaire.

Selon le site d'information Actu.fr au Pays basque, qui a révélé l'information, la victime se trouvait en arrêt cardio-respiratoire à l'arrivée des secours, qui n'ont pas pu la ranimer. Selon le journal Sud Ouest, l'enseignante a été agressée alors qu'elle donnait un cours à une classe de seconde. L'agresseur aurait fait irruption dans la salle avec un couteau pour s'en prendre violemment à elle.

Le porte-parole du gouvernement, Olivier Véran, a annoncé que le ministre de l'Education, Pap Ndiaye, se rendait sur place. Il y tiendra une conférence de presse à 16H00, selon le ministère. "Immense émotion suite au décès aujourd'hui d'une professeure au lycée Saint-Thomas-d’Aquin à Saint-Jean-de-Luz. Mes pensées pour sa famille, ses collègues et ses élèves", a tweeté M. Ndiaye.

13h10: A la mi-journée, les élèves sortaient progressivement de l'établissement après avoir été confinés environ deux heures dans leurs salles de classe respectives et retrouvaient leurs parents derrière les grilles de cet établissement du centre-ville d'environ 1.100 élève. Seuls les parents d'élèves de la classe concernée ont pu entrer dans l'enceinte scolaire.

12h54: Le gouvernement a apporté mercredi son « soutien » à « la communauté éducative » après le décès d’une enseignante poignardée par un élève à Saint-Jean-de-Luz, dans les Pyrénées-Atlantiques, et a dépêché sur place le ministre de l’Education Pap Ndiaye (revoir la déclaration d'Olivier Véran en cliquant ICI).

« Nous avons tous une pensée après le décès terrible de cette enseignante à Saint-Jean-de-Luz des suites des blessures mortelles qui lui ont été infligés par un élève âgé de 16 ans », a déclaré le porte-parole du gouvernement Olivier Véran devant la presse après le Conseil des ministres.

« Évidemment je ne viendrai pas sur le terrain de l’enquête judiciaire qui vient de s’ouvrir, simplement vous dire tout le soutien que nous portons à la communauté éducative dans son ensemble incluant les enseignants, les directeurs d’établissement, les parents d’élèves, les élèves eux-mêmes », a-t-il ajouté.

« J’imagine à peine le traumatisme que cela peut représenter localement et plus généralement à l’échelle de la nation », a encore dit Olivier Véran. Il a annoncé que le ministre de l’Éducation nationale Pap Ndiaye se rendrait « sur place dès aujourd’hui ».

12h46: France Bleu a recueilli le témoignage d’un élève présent dans la classe de l’enseignante poignardée. Selon l’élève, l'agresseur se serait levé en plein cours, tenant une arme blanche cachée dans du papier. L'adolescent aurait d'abord bloqué la porte de la salle avant de se diriger vers la professeur et de lui porter un coup de couteau en pleine poitrine. Les autres élèves se sont enfuis de la classe.

12h16: Une cellule d’urgence médico-psychologique pour les élèves et les professeurs qui en ressentent le besoin a été mise en place, selon Sud Ouest. Vingt-cinq membres du Samu se trouvent sur place pour assurer cette prise en charge.

12h10: Le point sur ce que l'on sait ce midi

Une professeure d'un établissement privé de Saint-Jean-de Luz (Pyrénées-Atlantiques) est décédée après avoir été mortellement blessée à l'arme blanche par un élève mercredi, selon le parquet de Bayonne. "Je vous confirme qu'il y a bien eu une agression au couteau et que la victime vient de décéder", a déclaré à l'AFP le procureur Jérôme Bourrier.

L'élève a été interpellé, a-t-il précisé. Les faits se sont déroulés au collège-lycée catholique Saint-Thomas d'Aquin à Saint-Jean-de-Luz. Selon le site d'information Actu.fr au Pays basque, qui a révélé l'information, la victime est âgée d'une cinquantaine d'années. Elle se trouvait en arrêt cardio-respiratoire à l'arrivée des secours, qui n'ont pas pu la ranimer.

Selon le journal Sud Ouest, il s'agit d'une professeure d'espagnol qui donnait un cours à une classe de seconde. L'auteur de l'agression mortelle aurait fait irruption dans la salle avec un couteau pour s'en prendre violemment à l'enseignante. La police, le préfet du département, le procureur de Bayonne et la rectrice de l'académie se rendent sur place, selon un communiqué de la préfecture.

Le 13 septembre, un lycéen de 15 ans avait porté un coup de couteau à la gorge à une professeur dans un lycée de Caen. La victime, âgée de 63 ans, était sortie de l'hôpital quelques jours plus tard. L'élève a été mis en examen fin septembre et incarcéré en milieu médicalisé.

12h04: "Immense émotion suite au décès aujourd’hui d’une professeure au lycée Saint-Thomas-d’Aquin à Saint-Jean-de-Luz. Mes pensées pour sa famille, ses collègues et ses élèves. Je me rends sans délai sur place", a déclaré le ministre de l'Education Pap Ndiaye sur son compte Twitter.

11h55: Le ministre de l'Education Pap Ndiaye se rend sur place à Saint-Jean-de-Luz

11h53: Le 13 septembre 2022, un lycéen de 15 ans avait porté un coup de couteau à la gorge à une professeur dans un lycée de Caen, en Normandie (nord). La victime, âgée de 63 ans, était sortie de l’hôpital quelques jours plus tard. L’élève a été mis en examen (inculpé) fin septembre et incarcéré en milieu médicalisé.

11h49: L'élève de 16 ans a été interpellé pour avoir poignardé sa professeur. Le jeune a été emmené au commissariat de Saint-Jean-de-Luz.

11h35: Une professeure d'un établissement privé de Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) est décédée après avoir été mortellement blessée à l'arme blanche par un élève ce mercredi, selon le parquet de Bayonne.

11h33: Frédérique Espagnac, Sénatrice des Pyrénées-Atlantiques, a posté un message sur Twitter dans lequel elle "condamne totalement cet acte de violence envers une enseignante".

11h32: La police, le préfet du département, le procureur de Bayonne et la rectrice de l'académie se rendent sur place, selon un communiqué de la préfecture.

11h30: Le point sur ce que l'on sait

Une professeure d'un établissement privé de Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques) est entre la vie et la mort après avoir été grièvement blessée à l'arme blanche par un élève mercredi, selon les pompiers.

L'élève a été interpellé, selon la même source. La police, le préfet du département, le procureur de Bayonne et la rectrice de l'académie se rendent sur place, selon un communiqué de la préfecture.

11h20: L'agresseur, âgé de 16 ans, est scolarisé en seconde dans l'établissement. Selon BFMTV, inconnu de la justice, le jeune a été interpellé. "L'adolescent souffre de troubles psychiatriques, et aurait dit "être possédé", après son passage à l'acte", expliquent nos confrères. La police judiciaire de Bordeaux est saisie de l'affaire.

11h12: Une professeure du lycée Saint Thomas d'Aquin de Saint-Jean-de-Luz a été poignardée ce matin, selon France Bleu. Nos confrères indiquent qu'un "élève serait entré dans la classe de cette professeure d'espagnol avant de l'agresser". 

Le pronostic vital de l'enseignante est engagé. De nombreux secours et forces de l'ordre ont été dépêchés sur place.

.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de celec
22/février/2023 - 18h05
Tempura a écrit :

Vu comment votent les profs et ce qu'ils mettent dans la tête des gosses, normal que ça leur revienne en pleine gueule

Ils ont la société de gauche qu'ils voulaient.

Mais quelle horreur de lire ça !!! 

Portrait de Dragon13127
22/février/2023 - 17h40 - depuis l'application mobile

c'est malheureux pour ce professeur. Condoléances à toute sa famille. Mais quand on fait du lavage de cerveau aux écoliers concernant le RN que ce parti est dangereux. Finalement on récolte ce que l'on sème avec une justice laxiste qui donne raison aux délinquants bientôt ils rentreront avec une kalachnicov.

Portrait de Greg1928
22/février/2023 - 12h55

Pour un criminel entre 16 et 18 ans il faudrait inverser la phrase de la loi et que l'excuse de minorité ne soit appliquée qu'à titre exceptionnelle.

Ainsi pas d'excuse de minorité d'entrée de "jeu".

Faut arrêter avec le laxisme en fonction de l'âge. 

J'espère que les journalistes vont autant se battre sur ce cas que sur celui de la sécurité routière.

 

Portrait de zenounours74
22/février/2023 - 11h53 - depuis l'application mobile

A force de fumer des substances et prendre des produits , que les parents n'ont aucune surveillance pour leurs enfants...etc....etc... La future génération a le cerveau cramé et la violence ainsi que les problèmes psychologiques vont devenir très très très fréquents !!! L'être humain zombie est en route!!!!