06/01/2023 11:46

"L’Etat n'a pas vocation à prendre en charge tous les surcoûts" liés à l'augmentation des prix de l'énergie, affirme le porte-parole du gouvernement Olivier Véran - VIDEO

"L'État n'a pas vocation à prendre en charge tous les surcoûts" liés à l'augmentation des prix de l'énergie, a affirmé vendredi le porte-parole du gouvernement Olivier Véran, après l'annonce cette semaine d'aides à destination des boulangers et restaurateurs puis de l'ensemble des artisans.

"Si nous le faisions, nous entretiendrions cette boucle qui n'est pas vertueuse de hausse du coût de l'énergie et ça entretiendrait l'inflation", a assuré le ministre interrogé sur RMC-BFMTV au sujet de la liste qui s'allonge des secteurs réclamant des aides. "C'est une liste qui n'est pas infinie", a-t-il tranché.

"Si l'État disait 'on paye tous les surcoûts', ça veut dire que les surcoûts vont augmenter", a-t-il insisté, expliquant qu'"on n'est pas dans le 'quoi qu'il en coûte', on est dans l'aide adaptée au bon moment pour ceux qui en ont besoin". Olivier Véran a rappelé que le président Emmanuel Macron avait demandé au gouvernement, lors de ses vœux mercredi en conseil des ministres, de "ne pas penser la moyenne mais de (se) mettre à hauteur d'homme".

"On ne peut pas penser les problèmes des Français en nous mettant dans le costume de ministre ou de responsable d'administration, on doit penser les problèmes des Français en se mettant à la place des Français", a-t-il paraphrasé. Le président a annoncé jeudi que l'ensemble des TPE (entreprises de moins de 10 salariés) pourraient renégocier leurs contrats avec les fournisseurs d'électricité, reçus vendredi à Bercy pour en discuter.

La Première ministre Elisabeth Borne avait également annoncé mardi que les boulangers pourraient étaler le paiement de leurs impôts et cotisations pour dégager de la trésorerie.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Bob28
7/janvier/2023 - 09h58

On continue à attendre des solutions de la part de ceux qui ont créé les problèmes...

Tous les éléments qui amènent à la situation actuelle ont été décidés par les mêmes personnes.

Portrait de bergil
6/janvier/2023 - 16h49
ManofSarlat a écrit :

Les boomers qui touchent des retraites confortables qui acceptent volontiers que leurs petits enfants bossent jusqu'à 70 ans pour qu'ils continuent de se gaver. Voilà son électorat! Vivement la prochaine canicule que toute ces raclures crèvent!

Pauvre mec !

Portrait de romulus91
6/janvier/2023 - 14h16
Nowo a écrit :

Il s'y sont mis à plusieurs, la privatisation en soit n'est pas directement responsable, c'est la loi NOME (ouverture du marché de l'énergie, mise en place sous Sarkozy) qui est à l'origine de tout ça.

Et puis en 2016 Hollande enfonce le clou avec la fin des tarifs réglementés :

"Conformément aux articles L. 337-9 du Code de l'Energie, les clients ne pourront plus bénéficier des Tarifs Réglementés de Vente de l'électricité pour leurs sites souscrivant une puissance supérieure à 36 kVA, à compter du 1er janvier 2016."

Voila l'article coupable de cette situation, avec comme ministre de l'énergie : Ségolène Royal (dire qu'elle a failli être présidente...)

Et à l'économie, un certain Emanuel Macron...  

Il suffit d'abroger cet article de loi, un 49.3 pour aller plus vite, et le problème est réglé.

Mais comme on peut le constater avec les discours de nos dirigeants, ce n'est pas à l'ordre du jour...

 

+1

Portrait de Fpt01
6/janvier/2023 - 13h12 - depuis l'application mobile

Il est en complète contradiction avec les effets d’annonce de Macron hier lors de sa galette

Portrait de shermancrow
6/janvier/2023 - 12h02

Le gouvernement actuel n'a pas vocation à faire grand chose pour la population, ca on l'a bien compris... ce serait bien que les abrutis qui ont revoté pour le guignol le comprennent enfin...