08/12 10:02

La Fondation Brigitte Bardot dévoile une vidéo choc tournée lors d’une foire chevaline dans le Cantal: Chevaux piétinés, frappés… - Une plainte a été déposée

Aujourd'hui, la Fondation Brigitte Bardot diffuse une nouvelle enquête édifiante (Attention images pouvant être choquantes) révélant des faits de maltraitance animale et de nombreuses infractions à la réglementation sur la célèbre foire chevaline de Maurs (Cantal).

Filmées le 27 octobre dernier, les images lèvent le voile sur la violence extrême avec laquelle les équidés sont manipulés, les innombrables coups de bâtons qui leur sont infligés, le manque d’encadrement et de contrôle dans lequel se déroule cet événement au cours duquel des centaines de chevaux sont vendus et envoyés à l’abattoir ou en centre d’engraissement.

Entassés dans des paddocks minuscules, acculés et pris de panique, les chevaux se grimpent dessus, se piétinent, se tapent, tentent d’échapper aux manipulations et à la contrainte. Les services vétérinaires de l’Etat, pourtant présents, ne réagissent pas et se limitent à des vérifications administratives auprès des transporteurs.

"Face à tant de souffrance, la Fondation Brigitte Bardot a déposé plainte pour sévices graves contre le l’organisateur de cet événement et a saisi les services de l’Etat afin de voir prononcées des sanctions à la hauteur des maltraitances et irrégularités constatées, parmi lesquelles l’interdiction d’organiser de nouveaux rassemblements", précise la Fondation dans un communiqué.

Dans une lettre ouverte (voir ci-dessous), Brigitte Bardot a interpellé le ministre de l’Agriculture, Marc Fesneau. "Aujourd’hui ma Fondation révèle des images ignobles tournées le 27 octobre dans la toute aussi ignoble foire chevaline de Maurs. Ce que nous avons filmé est une honte […] Rien n’est respecté dans cette foire chevaline, ni le bien-être animal bien-sûr ni la réglementation. Ma Fondation porte plainte pour sévices graves contre l’organisateur", déclare-t-elle.

Et d'ajouter : "J’ai honte que la France, mon pays, soit l’un des derniers à autoriser l’hippophagie. Une honte profonde et une blessure, comment peut-on réserver ce sort à cet animal, « la plus noble conquête » qui accompagne l’homme depuis des millénaires ?".

.

 

 

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions