07/12 19:16

Seine-Saint-Denis : Valérie Pécresse, suspend ses financements aux Ateliers Médicis, un espace culturel qui accueille Mehdi Meklat, dont les tweets antisémites, homophobes et misogynes avaient suscité la polémique

La région Ile-de-France, présidée par Valérie Pécresse, suspend ses financements pour 2023 aux Ateliers Médicis, un espace culturel situé en Seine-Saint-Denis qui accueille en résidence l'auteur Mehdi Meklat, dont les tweets antisémites, homophobes, racistes et misogynes avaient suscité la polémique en 2017.

Lors de son conseil d'administration mardi, la direction de l'établissement a proposé "pour la troisième année consécutive de soutenir un projet porté par Mehdi Meklat, qui pour rappel a tenu par le passé des propos antisémites, misogynes et homophobes sur Twitter", déplore la région mercredi dans un communiqué.

La région dirigée par la droite, qui "a fait part à plusieurs reprises (...) de sa réprobation", "regrette" que la direction de l'établissement "s'obstine" depuis 2021 "à soutenir une personne ayant tenu de tels propos inacceptables". "Ces choix de programmation vont à l'encontre totale des valeurs de la République", estime encore la région, qui a indiqué à l'AFP suspendre sa subvention annuelle de 150.000 euros pour 2023.

La région souligne aussi avoir versé 900.000 euros pour la construction du bâtiment provisoire, situé à Clichy-Montfermeil, et avoir prévu 5 millions pour la construction du bâtiment définitif, dans le cadre du contrat de plan Etat-région (CPER). "Tout est suspendu", a assuré l'entourage de Valérie Pécresse à l'AFP. La direction des Ateliers Médicis n'était pas joignable dans l'immédiat.

Ouverte en 2018, la "Villa Médicis" de banlieue se veut la préfiguration d'un grand laboratoire de création artistique avec l'emménagement dans un futur lieu qui doit être construit à l'horizon 2025.

Foyer en 2005 de graves violences urbaines, les communes déshéritées et enclavées de Clichy-sous-Bois et Montfermeil, situées à une vingtaine de kilomètres de Paris, avaient été choisies en 2008 par l'État pour y implanter cette résidence d'artistes, sur le modèle de la chic Académie de France à Rome, dont elle tire son nom.

Contacté par l'AFP, Mehdi Meklat n'a pas souhaité réagir. En 2017, alors jeune chroniqueur de France Inter, il avait dû se mettre en retrait après qu'étaient remontés ses milliers de messages antisémites, homophobes, racistes et misogynes, publiés sous pseudo entre 2010 et 2017. Mehdi Meklat avait alors présenté ses excuses, renouvelées dans un livre, "Autopsie". Son histoire a inspiré le film "Arthur Rambo" de Laurent Cantet, sorti en 2021.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de mbagnick
8/décembre/2022 - 15h24

Etait-il payé 11 000€ à ne rien faire de bon?

Portrait de Parapluie
7/décembre/2022 - 21h18

Bien, mais trois ans trop tard.

Portrait de Vosegus
7/décembre/2022 - 19h43

Pécresse a bien raison.