07/12/2022 16:01

Levothyrox: La distribution de l'ancienne formule du médicament se poursuivra en France en 2023, annonce la direction générale de la santé

La distribution de l'ancienne formule du Levothyrox se poursuivra en France en 2023, une nouvelle diffusée par les associations de patients et confirmée à l'AFP par le ministère de la Santé et le laboratoire Merck, qui produit ce médicament.

«Nous avons confirmé que le laboratoire Merck garantit l'approvisionnement du marché français en spécialité Euthyrox pour l'année 2023», a indiqué la direction générale de la santé (DGS) à l'AFP.

«Les importations continueront à provenir de la production destinée au marché russe et correspondront toujours à la formule d'Euthyrox, strictement identique à l'ancienne formule de la spécialité Levothyrox distribuée en France jusqu'en 2017», a-t-on précisé de même source.

Des associations de patients, comme l'Association française des malades de la thyroïde (AFMT) ou Alerte Thyroïde, se sont félicités ces derniers jours d'avoir «obtenu» cette prolongation, la première soulignant «un grand soulagement pour les 90.000 patients concernés» par ce traitement conçu pour les problèmes de thyroïde.

En France, moins de 100.000 patients sont traités avec l'ancienne formule, importée depuis fin 2017 sous le nom d'Euthyrox. La distribution de l'ancienne formule, qui devait s'arrêter en 2020, a été prolongée plusieurs fois, sur fond de bataille judiciaire autour de la nouvelle formule.

«Depuis plusieurs années, Merck a répondu positivement à la demande de l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) en important de manière temporaire et transitoire en France de l'Euthyrox, strictement identique à l'ancienne formule du Levothyrox mais destiné à d'autres marchés», a souligné le laboratoire de son côté.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de PhilRAI
7/décembre/2022 - 16h26

Ce sont les utilisateurs qui ont constaté tout au début le problème, sous les sarcasmes des soi-disant scientifiques avec leur soi-disant études forcément irremplaçables.

Tout comme ce sont les utilisateurs (patients et médecins) qui constatent l'inefficacité et la dangerosité des vaccins, ainsi que l'efficacité des médicaments hydroxychloroquine, azithromycine, ivermectine, doxycycline ou autres . Comme d'habitude sous les sarcasmes de ceux qui prétendent être "la science". En fait des escrocs.