24/11 15:39

Une fillette tunisienne de quatre ans, arrivée début octobre sans ses parents en Italie à bord d'une embarcation de fortune transportant des migrants clandestins, a été rapatriée en Tunisie

Une fillette tunisienne de quatre ans, arrivée début octobre sans ses parents en Italie à bord d'une embarcation de fortune transportant des migrants clandestins, a été rapatriée en Tunisie, ont annoncé les autorités. "Un délégué de la protection de l'enfance tunisienne a accompagné la fillette de quatre ans dans son voyage de retour de l'Italie et l'a remise à sa famille à leur arrivée à l'aéroport de Tunis-Carthage", a précisé dans un communiqué le ministère de la Femme, de la famille, de l'enfance et des personnes âgées.

Le retour de cette fillette, "en bonne santé" intervient après une décision de la justice italienne permettant son rapatriement, à la demande des autorités tunisiennes, a ajouté le ministère.

Une délégation diplomatique tunisienne s'était déplacée fin octobre en Sicile pour rencontrer le juge aux affaires familiales italien en charge de ce dossier.

L'ensemble de la famille de cette fille -- le père, la mère, la fillette et son frère de 7 ans -- avait prévu d'embarquer à partir de la ville côtière de Sayada (est) pour rejoindre illégalement les côtes italiennes.

Au cours de cette opération clandestine, le père avait remis sa fille au passeur sur l'embarcation pour aider son épouse et son fils restés loin derrière, sans se rendre compte que le bateau avait pris le départ pour Lampedusa, selon le Forum tunisien pour les droits économiques et sociaux (FTDES), une organisation qui suit les questions migratoires.

Les parents de la fillette, des vendeurs ambulants, avaient été placés en garde à vue avant d'être relâchés.

D'après le FTDES, environ 2 600 mineurs tunisiens, dont plus des deux tiers n'étaient pas accompagnés de leurs parents, sont parvenus à atteindre les côtes italiennes entre janvier et août 2022.

La Tunisie, dont certains points du littoral se situent à seulement 130 km de la Sicile, traverse une grave crise politico-économique avec désormais quatre millions de pauvres sur près de 12 millions d'habitants. Cette situation précipite les départs en masse vers l'Europe.

Plus de 22.500 migrants parmi lesquels des Tunisiens et des Subsahariens ont été interceptés au large des côtes tunisiennes depuis le début de l'année, selon les chiffres officiels. 

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de KERCLAUDE
25/novembre/2022 - 08h36

Comment ces migrants peuvent payer les sommes élevées réclamées par les passeurs ? En outre en ce qui concerne cette mineure de quatre ans la Tunisie n'est pas un pays en guerre et la France ne doit pas l'accueillir. 

Portrait de LISCO
24/novembre/2022 - 17h49

Sauf si je me trompe, la Tunisie, l'Algérie et le Maroc ne sont pas des pays en guerre, les migrants qui viennent de ces pays sont considérés comme des migrants économiques et n'ont donc pas vocation a recevoir l'asile alors pourquoi on continue a les accueillir ?

Portrait de Vosegus
24/novembre/2022 - 16h56

Il faut arrêter de nous vendre des salades.  Les pauvres d'Afrique n'ont pas les moyens de se payer le voyage et des passeurs. 

Une fois qu'on a compris ce fait, on peut enterrer tous les "bons sentiments" des ONG qui ne sont que des esclavagistes modernes. 

Portrait de Soulejack
24/novembre/2022 - 16h28

pas de guerre en Tunisie,c'est aussi parait-il la démocratie.mais pourquoi,ils se barrent?