30/10 12:55

Panique et drame à Séoul pour Halloween : Au moins un Français parmi les 150 personnes décédées et au moins 2 parmi les blessés dans la bousculade dramatique d'hier - VIDEO

12h56: Déplorant "une tragédie et un désastre qui ne devraient pas s'être produits", le président sud coréen Yoon Suk-yeol a promis que son gouvernement enquêterait "rigoureusement" pour déterminer les causes de la catastrophe, une des plus graves de l'histoire récente de la Corée du Sud. "J'ai le coeur lourd et il m'est difficile de contenir mon chagrin", a ajouté dans une adresse télévisée à la nation le chef de l'Etat, qui s'est rendu dimanche matin le lieu du drame, vêtu de l'uniforme vert des secours d'urgence, et a décrété le deuil national.

11h16: Une bousculade a fait plus de 150 morts à Séoul pendant une fête de Halloween. Parmi les victimes, l'agence de presse sud-coréenne annonce 22 victimes de nationalité étrangère, dont un Français. Parmi les étrangers tués figurent des personnes originaires d'Iran, d'Ouzbékistan, de Chine et de Norvège, selon l'agence Yonhap.

Deux autres Français ont été blessés mais sont sortis de l'hôpital, précise cette même source.

L'ambassade de France en Corée du Sud a recommandé aux ressortissants français actuellement sur place "de prendre contact au plus vite avec leurs proches afin de les rassurer".

02h00: Au moins 146 personnes sont mortes et quelque 150 autres ont été blessées dans la nuit de samedi à dimanche dans une bousculade à Séoul, prises au piège d'une étroite ruelle où des milliers de personnes, nombre d'entre elles déguisées, étaient venues célébrer Halloween pour la première fois depuis la pandémie de Covid-19.

Corps alignés sur le trottoir sous des linceuls de fortune, massages cardiaques pratiqués dans la rue par des passants à la demande des pompiers débordés, personnes déguisées ou en tenue de soirée courant dans la panique: la soirée a viré au cauchemar dans le quartier d'Itaewon, situé près d'une ancienne base américaine et connu pour ses bars, son atmosphère cosmopolite et ses lieux de fête en tout genre. "Mon ami m'a dit: il y a quelque chose de terrible qui se passe dehors", a raconté Jeon Ga-eul, 30 ans, qui buvait un verre dans un bar au moment du drame.

"Je lui ai répondu: mais qu'est-ce que tu racontes? Je suis sorti pour voir, et j'ai vu des gens qui faisaient des massages cardio-respiratoires".

Le drame s'est produit près de l'hôtel Hamilton. Le mouvement de foule, dont la cause exacte reste à déterminer, a fait au moins 146 morts et 150 blessés, a déclaré à la presse sur les lieux de la catastrophe un responsable des pompiers, Choi Seong-beom.

"Les gens étaient les uns sur les autres comme dans une tombe. Certains perdaient connaissance progressivement, d'autres étaient manifestement morts", a déclaré un témoin non-identifié à l'agence de presse Yonhap.

Dans une interview à la chaîne de télévision locale YTN, Lee Beom-suk, un médecin qui a administré des premiers soins aux victimes, a décrit des scènes de chaos et d'horreur. "Lorsque j'ai tenté pour la première fois de pratiquer un massage cardiaque, il y avait deux victimes allongées sur le trottoir. Mais peu après le nombre a explosé", a-t-il raconté. "De nombreux passants sont venus nous aider à pratiquer des massages cardiaques", a-t-il poursuivi.

"C'est difficile à décrire avec des mots (...) Beaucoup de victimes avaient le visage pâle. Je ne pouvais pas prendre leur pouls ou contrôler leur respiration, et beaucoup d'entre elles avaient le nez en sang. Lorsque j'ai essayé de les réanimer, du sang est sorti de leur bouche". Des centaines d'ambulances s'alignaient devant l'hôpital universitaire Soonchunhyang, situé près du lieu du drame et où ont été transportées un grand nombre de victimes.

Dimanche à l'aube près du lieu du drame, des passants hébétés étaient assis sur le trottoir, consultant leurs téléphones à la lueur des gyrophares rouges. D'autres se réconfortaient en se serrant dans les bras les uns des autres. D'autres encore, apparemment ignorants de la tragédie qui venait de se dérouler pratiquement sous leurs yeux, continuaient à faire la fête, tandis que de la musique s'échappait encore de certains bars, selon un photographe de l'AFP sur place.

Des dizaines de milliers de personnes étaient venues à Itaewon pour cette fête de Halloween, la première dans la capitale sud-coréenne depuis la pandémie de Covid-19, au cours de laquelle les grands rassemblements avaient été proscrits.

Le maire de Séoul, Oh Se-hoon, qui se trouvait en visite en Europe, a décidé de rentrer précipitamment en raison du drame, selon Yonhap.

"Nous pleurons avec le peuple de la République de Corée et adressons nos meilleurs vœux de prompt rétablissement à tous ceux qui ont été blessés", a déclaré dans un communiqué le président américain Joe Biden, ajoutant que les Etats-Unis "se tiennent au côté de la République de Corée pendant cette période tragique".

Son homologue français Emmanuel Macron a exprimé "une pensée émue pour les habitants de Séoul et pour l'ensemble du peuple coréen". "La France est à vos côtés", a-t-il ajouté.

"Les événements tragiques de #Séoul nous bouleversent profondément, nos pensées vont aux nombreuses victimes et à leurs familles. C’est un triste jour pour la Corée du Sud", a tweeté le chancelier allemand Olaf Scholz. Le Premier ministre canadien Justin Trudeau a quant à lui adressé ses "sincères condoléances au peuple sud-coréen".

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Wouhpïnaise
30/octobre/2022 - 11h27

Quel désastre ! smiley

Portrait de FrenchDreamer
30/octobre/2022 - 09h26
Soulejack a écrit :

la connerie plus dangereuse que Kim Jung Un.

L'exemple même du prolétariat français, ne connait rien mais donne un avis en ne connaissant même pas les pays

Portrait de Eric007
30/octobre/2022 - 08h50
Soulejack a écrit :

la connerie plus dangereuse que Kim Jung Un.

Tu ne trompes pas de pays 

Portrait de enero
30/octobre/2022 - 08h47

 

On le sait, homo sapiens est un animal comme un autre.

Portrait de Soulejack
30/octobre/2022 - 07h26

la connerie plus dangereuse que Kim Jung Un.