14/09 11:31

Crise énergétique: La Première ministre Elisabeth Borne va dévoiler cet après-midi les scénarios possibles pour affronter les pics de consommation d'énergie cet hiver - VIDEO

La Première ministre Elisabeth Borne va dévoiler aujourd'hui les scénarios possibles pour affronter les pics de consommation d'énergie cet hiver mais aussi les factures qui flambent, au moment où la France est confrontée à sa pire crise énergétique depuis les années 70. Mme Borne évoquera les scénarios d'approvisionnement en énergie du pays, dans la foulée des prévisions présentées le même jour par les gestionnaires des réseaux de transport d'électricité et de gaz (RTE et GRTgaz), ainsi que l'avenir du bouclier tarifaire qui protège les Français des hausses de tarif jusqu'au 31 décembre.

La Première ministre tiendra une conférence de presse à 15H30, entourée des ministres de l'Economie Bruno Le Maire et de la Transition énergétique Agnès Pannier-Runacher. Le gouvernement, qui prépare son projet de budget pour 2023, a promis que la hausse des prix du gaz et de l'électricité resterait "contenue" après l'expiration de ce bouclier. En 2022, la hausse sur les tarifs d'électricité pour les particuliers avait été bloquée par le gouvernement à 4%, et les tarifs du gaz gelés au niveau d'octobre 2021.

Avec la crise énergétique, les prix de gros de l'électricité en Europe ont explosé, dépassant parfois 1.000 euros le mégawatt/heure contre moins de 50 euros avant l'invasion de l'Ukraine par la Russie en février, au point que l'Union européenne envisage désormais sérieusement une réforme du marché. Sur le marché européen interconnecté, le prix de l'électricité est ajusté sur le prix de revient de la dernière source d'énergie mobilisée pour répondre à la demande, souvent une centrale au gaz.

Or, le prix du gaz s'est envolé, dans le sillage de la guerre en Ukraine et du tarissement des flux par la Russie, entraînant avec lui celui de l'électricité. En France, cette crise est accentuée par une baisse de sa production électrique nucléaire, au plus bas en raison de l'arrêt de la moitié de ses réacteurs (28 sur 56), en travaux pour des maintenances ou des corrosions.

A cela s'ajoute l'effondrement de la production hydraulique qui a pâti de la sécheresse estivale. De quoi faire craindre des pénuries? "Non, la France ne sera pas plongée dans le noir", évacue une source industrielle contactée par l'AFP.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Tranquillou et plus
15/septembre/2022 - 14h10

Pourquoi donc nos dirigeants ont-il indéxé le ^prix de notre électricité sur celui du gaz ?

C'est supide ! Nous n'utlisons qu'un minimum de gaz pour faire de l'électricité !

Pourquoi donc faire les yeux doux à l'Allemagne et à Bruxelles, car nous produisons une électricité moins chère, que nous vendons parfois "à perte" à cause d'accord avec des pays qui utilisent le gaz et le charbon pour produire de l'électricité.

Nous somme dans un monde de fous 

Portrait de Tranquillou et plus
15/septembre/2022 - 14h08

Pourquoi donc nos dirigeants ont-il indéxé le ^prix de notre électricité sur celui du gaz ?

C'est supide ! Nous n'utlisons qu'un minimum de gaz pour faire de l'électricité !

Pourquoi donc faire les yeux doux à l'Allemagne et à Bruxelles, car nous produisons une électricité moins chose, que nous vendons parfois "à perte" à cause d'accord avec des pays qui utilisent le gaz et le charbon pour produire de l'électricité.

Nous somme dans un monde de fous !

Portrait de Azrael68
14/septembre/2022 - 22h46 - depuis l'application mobile

Si ce gouvernement n’est pas capable de trouver des solutions , je vais lui en donner … arrêter d’indexer le prix de l’électricité sur celui du gaz ! Il n’y a aucune de faire en France ! 30 réacteurs à l’arrêt pour maintenance en même temps est une aberration sans nom ! Faut d’urgence revoir l’organisation de cette maintenance ! Réouvrir de suite Fessenheim ! Pourquoi s’asseoir sur 1800 mégawatts de puissance en ce moment ? D’autant plus que EDF a investit plusieurs dizaines de millions pour la décennal dans la centrale de Fessenheim qui aurait donc dû repartir pour 10 ans ! Et maintenant on doit acheter du courant en Allemagne issus de centrales à charbon ! Bravo pour l’écologie ! On est vraiment gouverné par des génies !

Portrait de mbagnick
14/septembre/2022 - 12h56

Vas-y mamie, trouve des solutions aux problèmes que tu as toi-même créés en fermant des centrales…

Portrait de - - Hugo Drax - -
14/septembre/2022 - 12h55

Les dirigeants sont capables de prévoir les crises. S'ils ne le font pas c'est que ça obéit à un intérêt autre que celui du peuple.