09/08 07:31

Le ministère de la Santé va expérimenter la vaccination contre la variole du singe en pharmacie à partir de demain, dans trois régions de France

Le ministère de la Santé va expérimenter la vaccination contre la variole du singe en pharmacie, dans trois régions de France. Dans cinq officines, situées en Île-de-France, PACA et dans les Hauts-de-France, les pharmaciens pourront vacciner des personnes contre la variole du singe, à partir de demain, pendant cette expérimentation d'une durée de deux semaines, a précisé le ministère de la Santé à l'AFP.

Deux officines en Ile-de-France, deux en Provence-Alpes-Côte d’Azur et une dans les Hauts-de-France ont été sélectionnées par les autorités régionales de santé, ajoute-t-on. Cette expérimentation testera les «modèles d'organisation entre les officines et les hôpitaux qui reçoivent les doses», afin de décider s'il est pertinent d'étendre la campagne de vaccination à d'autres pharmacies.

Le vaccin anti-variole utilisé pour la vaccination contre la variole du singe doit être impérativement maintenu à très basse température (-80°C) et «ne peut se conserver que quinze jours» une fois décongelé, explique le ministère. Les vaccins, bien que mono-dose, sont conditionnés dans des boîtes de vingt doses. «Il s'agira donc d'évaluer s'il n'y a pas de pertes de doses», précise le ministère. Il rappelle que contrairement à la campagne de vaccination contre le Covid-19, les pharmacies ne pourront cette fois viser qu'un public limité.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Capri
9/août/2022 - 12h44

Ca donne l’impression que la crise du CV19 n’aura pas été vaine pour trouver des modes « agiles » d’organisation de la vaccination.

Ce n’est jamais assez rapide vu que cette maladie s’est déclenchée en mai/juin et qu’on est grosso modo mi-août le temps que ça se mette en place avec des doses soit disant en nombre suffisant mais c’est déjà un progrès (« verre à moitié plein »).

Autrement dit : le « problème » semble être circonscrit à la distribution ici (d’où le recours à des pharmacies), la production n’étant apparemment pas un problème - peut être d’ailleurs que l’Etat pioche dans ses stocks stratégiques, cette maladie étant affiliée au bioterrorisme (espérons que ce ne soient pas les russes qui nous l’aient envoyée, en Europe de l’Ouest… je vire complotiste anonyme en disant ça comme l’annonce thm.fr)