03/07 07:09

Comportement déplacé : Le député LFI Éric Coquerel dénonce ce matin dans le JDD des "rumeurs infondées" : "Je n'ai jamais exercé une violence ou une contrainte physique ou psychique pour obtenir un rapport"

Le député LFI Éric Coquerel dénonce dans une tribune au JDD des «rumeurs infondées» concernant son comportement envers les femmes. «Je fais cette tribune pour affirmer que je n'ai jamais exercé une violence ou une contrainte physique ou psychique pour obtenir un rapport, ce qui caractérise la porte d'entrée d'un comportement délictuel dans le domaine des violences sexistes et sexuelles», écrit Éric Coquerel dans le Journal du Dimanche, en se disant «obligé de prendre la parole pour la première fois».

«Plusieurs rédactions ont mené des enquêtes journalistiques», souligne le député, un très proche du dirigeant de LFI Jean-Luc Mélenchon : «Rien n'est jamais sorti faute d'avoir trouvé un témoignage pouvant s'apparenter à un comportement délictuel, a fortiori criminel. Cette rumeur a été pourtant relancée par une enquête sur le sexisme à LFI dans le journal Causette en septembre 2018. La journaliste évoque deux brefs témoignages anonymes à propos d'un député lui aussi anonyme coupable de 'dérapages, à la limite du harcèlement'. Je ne me suis pas inquiété outre-mesure sur le moment de cet article dont on disait qu'il me concernait, car il était visiblement bâclé».

Dès lors, écrit Éric Coquerel, «comment réagir à une rumeur qui n'est basée sur aucune plainte, aucun signalement à la cellule interne de LFI, malgré de fréquents appels et communiqués de LFI à pouvoir le faire, aucun témoignage public, aucun résultat d'enquête journalistique sérieuse en plus de cinq ans mais dont on explique que seul le silence de LFI et son refus de mener une enquête l'expliquerait ?»

Levée de boucliers également à la France Insoumise pour défendre leur député Eric Coquerel, qui fait l'objet d'accusations et de rumeurs à propos de son comportement avec les femmes. Des propos insensés et diffamatoires selon de nombreux membres des insoumis qui ont décidé de s'exprimer publiquement.

Il faut dire que les accusations ont débuté cette semaine sur RTL, quand la journaliste Rokhaya Diallo a accusé le député Éric Coquerel, élu président de la commission des Finances de l’Assemblée nationale, d’avoir un comportement suspect avec certaines femmes :

"J’ai plusieurs sources au sein de LFI et j’ai entendu plusieurs fois des femmes parler du comportement qu’il aurait avec les femmes. Pour un parti comme LFI, qui a l’idée que les femmes doivent être protégées, je suis très étonnée de ce choix. Ça fait longtemps que j’entends des choses, je m’interroge."

«Écœuré par les attaques contre Éric Coquerel menées depuis 5 ans sans faits ni preuves», a réagi sur Twitter Jean-Luc Mélenchon, relayant un long texte de la députée européenne LFI Leïla Chaibi qui s'indigne des «calomnies qui ont pris de l'ampleur ces derniers jours».

Retweeté par Alexis Corbière, Jean-Luc Mélenchon dénonce aussi l'instrumentalisation de «la lutte cruciale contre les violences sexistes et sexuelles pour régler ses comptes personnels».

Jeudi, le comité contre les violences sexistes et sexuelles de LFI assurait n'avoir jamais reçu aucun signalement pour quelque fait que ce soit.

«On ne travaille pas sur la base de rumeurs sur les réseaux sociaux, sur des “on m'a dit que”, mais sur des témoignages», insistait alors vendredi le proche de Jean-Luc Mélenchon et député LFI Manuel Bompard ajoutant sur BFMTV : «Si Mme Rokhaya Diallo a des informations, qu'elle oriente les personnes qui ont ces informations vers les instances qui ont été mises en place au sein de notre mouvement : elles seront traitées».

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Electro
3/juillet/2022 - 14h29

:

Portrait de Greg1928
3/juillet/2022 - 11h43

dixit M.Coquerel ; «Je fais cette tribune pour affirmer que je n'ai jamais exercé une violence ou une contrainte physique ou psychique pour obtenir un rapport...

Propos de Mme Diallo ; J’ai plusieurs sources au sein de LFI et j’ai entendu plusieurs fois des femmes parler du comportement qu’il aurait avec les femmes.

Si je relis les propos de Mme Diallo elle ne parle pas de violence ou de contrainte physique pour obtenir une contrepartie, mais d'un comportement. Ce qui laisse un large champ pour la "rumeur" ; paroles, mimiques, gestes... Puisque depuis metoo si un homme dit à une femme qu'elle est jolie, il peut être taxé de gros lourding et donc de comportement innaproprié.smiley

Portrait de wicket
3/juillet/2022 - 11h18

MDR... Eux qui ont tant bavé sur les autres vont pouvoir voir ce que cela fait fe se retrouver sous le feu d'accusations mensongères... Si cela pouvait servir de leçons à tous ces.... donneurs de leçons qui n'ont que l'invective à la bouche... 

Portrait de Vous l'avez élu
3/juillet/2022 - 09h04

Ce ne sont pas les réseaux mais sa "copine" de la LFI qui met ça sur le tapis, pourquoi ?

On va voir si Mme Rousseau qui promettait de faire siffler Abbad réservera le même accueil à son pote 

LFI est un service de psychiatrie qui s'agrandi avec la NUPES

Portrait de Lilou.St.Bo
3/juillet/2022 - 09h02

Et encore un de plus ! À combien en sommes-nous, déjà ? 

Portrait de Constrictor
3/juillet/2022 - 01h56
Sandra93 a écrit :

Rien d'étonnant, ils défendent aussi les assassins, les voleurs, et les dealers, c'est même leur fond de commerce.

Vous devriez être condamnée pour tenir de tels propos, c'est juste de la diffamation gratuite.

La LFI n'a jamais défendu des assassins.

Par contre, à droite, des agresseurs ont bien été défendus par le RN parce que coupables d'agression sur des individus qui avaient des moeurs qui ne leur convenaient pas.

Portrait de piedsdansleplat
2/juillet/2022 - 21h44

j'aime bien la symétrie dans la gestion des informations : quand il s'agit d'un ministre ex LR maintenant LREM il faut qu'il démissionne - menaces de l'empêcher de s'exprimer à l'assemblée nationale - quand c'est un trotskiste il est défendu bec et ongle. Évidemment il occupe un poste clé  à l'A.N.

Portrait de alaindefr
2/juillet/2022 - 19h40 - depuis l'application mobile

Madame diallo dis une chose quelle a entendu etant journaliste on enquete avant de dire une info voir si c’est vrai de la maniere dont elle fait ce n’est pas une bonne journaliste et puis pourquoi elle ne la pas dis pendant les leglistavies

Portrait de Vosegus
2/juillet/2022 - 19h25

Manuel Bompard dit: «Si Mme Rokhaya Diallo a des informations, qu'elle oriente les personnes qui ont ces informations vers les instances qui ont été mises en place au sein de notre mouvement : elles seront traitées». 

Pourquoi les instances de LFI et non les commissariats ?  Pourquoi vouloir traiter cela en interne comme à l'époque du politburo soviétique ?