21/06 08:38

Près de 200 femmes, élues, journalistes, artistes, demandent dans une tribune du Monde la démission du ministre Damien Abad, visé par des accusations de violences sexuelles

Près de 200 femmes, élues, journalistes, féministes, artistes, demandent dans une tribune publiée par le Monde la démission du ministre des Solidarités Damien Abad, visé par des accusations de violences sexuelles. "La question est simple: Damien Abad peut-il, comme ses fonctions le requièrent, incarner l'intérêt général?", demandent les signataires de la tribune lancée par l'Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique et l'association féministe #NousToutes.

"Le peut-il, alors que trois femmes l'accusent de viol ou de tentative de viol et que de nombreuses personnes, y compris des élus de la République, ont témoigné de comportements tout à fait inappropriés?", poursuit cette tribune, signée notamment par des élues de l'opposition dont Laurence Rossignol (PS), Alice Coffin (écologiste) et Clémentine Autain (LFI).

Une centaine de femmes se sont rassemblées lundi place du Châtelet à Paris pour réclamer sa démission, ainsi que celle du ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, a constaté une journaliste de l'AFP.

"On veut attirer l'attention sur l'énorme gap entre la seconde pseudo grande cause du quinquennat d'Emmanuel Macron et le maintien au gouvernement de Gérald Darmanin et Damien Abad, deux hommes accusés de viol et de violences sexistes, au gouvernement", a expliqué Fatima Benomar, de #NousToutes.

De son côté, Damien Abad a réfuté les accusations portées contre lui dans Médiapart, dénonçant le "calendrier soigneusement choisi" et la "partialité" de l'enquête du journal.

"Pour faire reculer ces violences, les hommes qui les commettent doivent saisir la gravité et la criminalité de leurs actes. Si des ministres peuvent agir en toute impunité, un blanc-seing semble être envoyé à tous les autres", poursuit la tribune également signée par l'actrice Adèle Haenel.

"Dans une entreprise, si une personne accusée de harcèlement sexuel était protégée par son employeur, maintenue en poste, sans enquête interne, sans mesure de prévention, sans mise à pied conservatoire le temps qu'une enquête soit déployée, la responsabilité de l'entreprise pourrait être engagée. (...) Pourquoi les ministres seraient-ils au-dessus des lois qui s'imposent à l'ensemble de la société?", poursuit le texte.

Les signataires demandent "la démission immédiate de Damien Abad et de toute personne mise en cause pour violences sexuelles ayant un mandat politique".

Damien Abad, ancien chef des députés Les Républicains qui s'est rallié à Emmanuel Macron après l'élection présidentielle, a été réélu dimanche député dans l'Ain, avec 57,86% des voix face à la candidate Nupes.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Greenday2013
21/juin/2022 - 13h02

La démocratie a parlé, Abad a été tranquillement réélu.

Les bonnes femmes qui râlent sont minoritaires.

Portrait de COLIN33
21/juin/2022 - 11h10 - depuis l'application mobile

Bravo Mesdames, mais qui à signé ? la liste.....

Portrait de KERCLAUDE
21/juin/2022 - 10h54

La justice sert à quoi dans ce pays? 

Portrait de wicket
21/juin/2022 - 10h41

Si je comprends bien. 57,..%, dont des femmes auraient voté pour un violeur ???  Du calme, mesdames, attendez le jugement... 

Portrait de francaz33
21/juin/2022 - 10h37
serguei a écrit :

Ces c...asses se fichent totalement de la présomption d'innocence, surtout qu'un viol quand on voit le mec, il y a vraiment de quoi se poser la question ???...

J'espère qu'on va bientot voir des mecs accuser de tentatives de viol ces pouf"s, histoire de voir comment ces brillantes personnalités réagiront smiley

 

je suis d'accord avec vous tout est faux 

Portrait de Blondissime
21/juin/2022 - 10h28

Il pourrait peut-etre partir de lui-même

Portrait de Vous l'avez élu
21/juin/2022 - 10h16

Le retour des commissaires politiques, des inquisiteurs minoritaires qui veulent faire la loi à la mode fasciste 

Les mêmes qui donnent en permanence des leçons d'humanisme, de république, de démocratie, de droit ... smiley 

Portrait de wicket
21/juin/2022 - 10h12

Elles pourraient peut-être attendre. Qu'il soit jugé, non .? 

Portrait de Calla
21/juin/2022 - 09h50

Oui ce n'est pas normal encore une faute de Mr Macron   .... 

Portrait de serguei
21/juin/2022 - 09h38

Ces c...asses se fichent totalement de la présomption d'innocence, surtout qu'un viol quand on voit le mec, il y a vraiment de quoi se poser la question ???...

J'espère qu'on va bientot voir des mecs accuser de tentatives de viol ces pouf"s, histoire de voir comment ces brillantes personnalités réagiront smiley

 

Portrait de chaparals
21/juin/2022 - 09h26

le plus grave étant que des personnes sans aucun scrupule et état d’âme ont voté pour ce mec smiley...