28/05 07:17

Fusillade dans une école du Texas : La police a pris une "mauvaise décision" en n'entrant pas rapidement dans l'école, a reconnu un haut responsable - Vidéo

La police a pris une "mauvaise décision" en n'entrant pas rapidement dans l'école d'Uvalde pour mettre fin au massacre, a reconnu un haut responsable texan, tandis qu'a émergé un premier témoignage d'une élève survivante. "Avec le recul, maintenant, bien sûr que ce n'était pas la bonne décision. C'était la mauvaise décision, point final", a déclaré Steven McCraw, directeur du département de la sécurité publique du Texas, lors d'une conférence de presse tendue.

Dix-neuf agents sur place ont attendu l'intervention d'une unité spécialisée de la police aux frontières, environ une heure après que le tireur, Salvador Ramos, se fut introduit mardi dans le bâtiment.

L'adolescent d'à peine 18 ans a tué 19 enfants et deux enseignantes. Pressé par les journalistes d'expliquer ce délai d'intervention très critiqué, le responsable a affirmé que les forces de l'ordre pensaient "qu'il n'y avait peut-être plus de survivant".

La police a pourtant reçu de nombreux appels de plusieurs personnes se trouvant dans les deux salles de classe touchées, dont un d'une enfant à 12H16, plus d'une demi-heure avant l'intervention de la police à 12H50, prévenant que "huit à neuf élèves étaient vivants", a déclaré M. McCraw.

Dans un témoignage inédit, une élève survivante de 11 ans a ainsi raconté à CNN avoir, avec un camarade, récupéré le téléphone portable d'une professeure morte pour appeler la police et leur demander d'intervenir.

Cette élève, Miah Cerrillo, a décrit hors caméra à la chaîne américaine l'irruption du tireur dans la classe alors que son enseignante allait fermer la porte. Selon elle, Salvador Ramos a regardé l'institutrice, lui a dit "bonne nuit" puis lui a tiré dessus, avant d'abattre sa collègue puis des élèves.

Il s'est ensuite rendu dans l'autre salle de classe. Miah a raconté s'être alors enduite du sang d'un camarade décédé et avoir fait la morte de peur que le tireur ne revienne. Lors d'une autre conférence de presse vendredi après-midi, le gouverneur du Texas Greg Abbott a dit avoir été "induit en erreur" sur la réponse policière par des informations initiales inexactes. "Cela me rend furieux", a-t-il dit.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Jeand
28/mai/2022 - 11h34
seb2746 a écrit :

C'est la PROCEDURE... on ne peut rien reproché aux policiers sur le fond. juste qu'effectivement, sur la forme, c'est a EUX de s'adapter à la situation... sauf que ce n'est pas le SWAT mais une police n'ayant pas la compétence pour gérer les prises d'otages et les massacres.

 

Qu'il s'inquiète pas, y'en aura des centaines et des milliers d'autres dans son pays smiley

ben si, le swat était présent... et il n'est pas rentré

Portrait de seb2746
28/mai/2022 - 10h43

C'est la PROCEDURE... on ne peut rien reproché aux policiers sur le fond. juste qu'effectivement, sur la forme, c'est a EUX de s'adapter à la situation... sauf que ce n'est pas le SWAT mais une police n'ayant pas la compétence pour gérer les prises d'otages et les massacres.

 

Qu'il s'inquiète pas, y'en aura des centaines et des milliers d'autres dans son pays smiley