17/05 10:16

Le correspondant en Ethiopie de l'hebdomadaire The Economist a été expulsé de ce pays d'Afrique de l'Est qui lui reproche une "approche erronée" du journalisme

Le correspondant en Ethiopie de l'hebdomadaire The Economist a été expulsé de ce pays d'Afrique de l'Est qui lui reproche une "approche erronée" du journalisme, a déploré lundi le magazine, confirmant une information des autorités éthiopiennes. "Le 13 mai, le gouvernement éthiopien a retiré l'accréditation presse de Tom Gardner, correspondant de The Economist à Addis Abeba. On lui a ensuite indiqué qu'il avait 48 heures pour quitter le pays", a déclaré le magazine dans un communiqué publié lundi. "La raison évoquée pour l'expulsion de M. Gardner était qu'il avait une +approche erronée+ du travail journalistique", poursuit le texte, louant de son côté un journaliste "professionnel" et "impartial".

Vendredi, l'autorité éthiopienne des médias avait publié sur Twitter une lettre adressée à M. Gardner lui annonçant le retrait de son accréditation, et invitant le magazine à proposer un autre journaliste pour couvrir le pays.

En mai 2021, les autorités éthiopiennes avaient expulsé le correspondant dans le pays du New York Times, Simon Marks. Lundi, The Economist précise que son journaliste s'était notamment rendu au Tigré, région du Nord en proie depuis novembre 2020 à un conflit armé opposant le gouvernement fédéral et des rebelles tigréens.

Début mai, le Comité de protection des Journalistes (CPJ) a appelé les autorités à libérer deux journalistes de la télévision en ligne Oromia News Network (ONN), accusés d'"atteinte à la Constitution", chef potentiellement passible de la peine de mort. L'organisation a également appelé à "cesser de cibler les membres de la presse".

Quelques jours plus tôt, Daniel Bekele, chef de la Commission éthiopienne des droits de l'Homme (l'EHRC,un organisme public indépendant), s'était dit inquiet de l'arrestation par des policiers en civil "du journaliste Gobeze Sisay, dont la localisation est inconnue depuis".

A l'occasion de la Journée mondiale de la Liberté de la presse, Daniel Bekele avait aussi rappelé le rapport publié en avril par l'EHRC, dénonçant les "détentions au mépris des procédures légales de journalistes et de salariés de médias" en Ethiopie.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions