12:02

La suspension de l'agence de presse russe Tass de l'Alliance européenne des agences de presse (EANA) a été confirmée par son assemblée générale

La suspension de l'agence de presse russe Tass de l'Alliance européenne des agences de presse (EANA) a été confirmée  par son assemblée générale, en raison du non respect des plus importants "principes" de l'association. Réunie à Sarajevo, l'assemblée générale de l'EANA a décidé "par une grande majorité, de confirmer la suspension de l'agence russe Tass de l'EANA", a déclaré le président de l'alliance, Clemens Pig, au cours d'une conférence de presse. Le conseil d'administration de l'EANA, qui est composé de cinq membres dont le PDG de l'AFP, Fabrice Fries, avait décidé le 27 février de suspendre "immédiatement" l'agence russe des rangs de l'alliance, en attendant une décision de l'assemblée générale.

Cette décision avait été prise trois jours après le début de l'invasion russe de l'Ukraine en raison de "la nouvelle réglementation appliquée par le gouvernement russe qui restreint fortement la liberté des médias".

"La suspension signifie que Tass n'est autorisé à participer à aucune conférence (de l'alliance) et qu'il n'y a pas de communication officielle entre l'Alliance européenne des agences de presse et Tass", a expliqué Clemens Pig, en précisant que l'exclusion avait été la seconde option. Selon le secrétaire général de l'EANA, Alexandru Ion Giboi, l'agence russe ne respectait plus "l'objectif le plus important" de l'alliance, à savoir d'exercer des activités journalistiques "au plus haut niveau possible". "Tass a été suspendu indéfiniment (...) et les conditions pour pouvoir retourner au sein de notre communauté seront extrêmement difficiles", a-t-il dit.

Dans la foulée du début de l'offensive des forces russes en Ukraine, le régulateur russe des médias, Roskomnadzor, avait ordonné aux médias nationaux de supprimer de leurs contenus toute référence à des civils tués par l'armée russe en Ukraine, ainsi que les termes "d'invasion", "d'offensive" ou de "déclaration de guerre".

Il avait souligné que "seules les sources officielles russes disposent d'informations actuelles et fiables". Les deux responsables de l'EANA ont exprimé le plein soutien de l'alliance à l'agence de presse ukrainienne, Ukrinform. "Nous continuerons à aider et à faire tout ce qui est humainement en notre pouvoir pour soutenir Ukrinform, nos collègues et nos amis là-bas", a dit le secrétaire général de l'alliance.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de gastonL
14/mai/2022 - 13h22
La Russie fait sa propagande, l'Ukraine fait sa propagande, les USA font leur propagande, LCI fait de la propagande ukrainienne, l'Ukraine interdit les médias pro-russe, la France interdit RT, .... Ils le font tous.
Portrait de Vive la France
14/mai/2022 - 12h36

Mais il est où PhilRAI ?

le régulateur russe des médias, Roskomnadzor, avait ordonné aux médias nationaux de supprimer de leurs contenus toute référence à des civils tués par l'armée russe en Ukraine, ainsi que les termes "d'invasion", "d'offensive" ou de "déclaration de guerre"