15/04 15:02

Accrochage sur CNews entre Jean-Marc Morandini et Louis Boyard, qui soutient les étudiants grévistes de La Sorbonne: "C'est ridicule de vouloir donner des leçons à tout le monde" - VIDEO

Ce matin, Jean-Marc Morandini présentait en direct un nouveau numéro de "Morandini Live" sur CNews. Au début de l'émission, le journaliste est revenu sur l'occupation de La Sorbonne à Paris par des étudiants qui ont fait entendre leur voix dans l’entre-deux-tours de l’élection présidentielle.

"Vous n'avez pas bossé. Vous dites qu'on a mis sur le même plan Emmanuel Macron et Marine Le Pen. Ce n'est pas vrai. C'est surtout une mobilisation contre l'extrême droite et contre Marine Le Pen. Lisez les communiqués, regardez les vidéos", a lancé Louis Boyard, étudiant. "Vous avez fait une vidéo hier sur les réseaux sociaux et c'est un peu ce que vous dites : ni Macron, ni Le Pen", a déclaré Jean-Marc Morandini.

"Non, regardez la vidéo ! On tape beaucoup plus sur Marine Le Pen. Sortez la vidéo (...) On dit ni Macron, ni Le Pen mais on exprime bien que Marine Le Pen est bien pire qu'Emmanuel Macron", a poursuivi le jeune étudiant. "En fait, vous contestez des choses juste pour contester. C'est bizarre", a précisé le journaliste à destination de son interlocuteur.

Quelques instants plus tard, Jean-Marc Morandini a montré à Louis Boyard des tags écrits sur les murs de la Sorbonne. "Au fond, on voit écrit ACAB. On ne voit pas pourquoi d'un coup vous êtes contre les policiers. En gros, ça veut dire 'tous les policiers sont des salauds'", a indiqué le journaliste. "Ca veut aussi dire autre chose. Encore une fois, vous n'avez pas bossé...", a répondu Louis Boyard. "Arrêtez de dire 'vous n'avez pas bossé'. C'est un peu ridicule de vouloir donner des leçons à tout le monde", a poursuivi Jean-Marc Morandini.

 

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de KERCLAUDE
16/avril/2022 - 08h36

Pourquoi inviter ce jeune homme qui ne représente que lui même.  

Portrait de Nowo
15/avril/2022 - 17h33

Ce type qui pense combattre les discriminations ne sen rend même pas compte que son discours et ses actes sont eux mêmes discriminatoires.

Quel tout petit con !