16/04/2022 07:31

Amazon France a porté de 3% à 3,5% sa proposition d'augmentation générale des salaires lors de la dernière réunion de négociation, une offre jugée "inadmissible" par l'intersyndicale

Amazon France a porté de 3% à 3,5% sa proposition d'augmentation générale des salaires lors de la dernière réunion de négociation, une offre jugée "inadmissible" par l'intersyndicale. "La direction annonce ne vouloir augmenter nos salaires que de 3,5% et nous dit clairement qu'elle n'ira pas plus haut", assurent la CFDT, Sud, la CGT, la CAT et le syndicat des cadres CFE-CGC dans un communiqué alors que les échanges entamés le matin à Paris se poursuivaient en début d'après-midi.

"Inadmissible de la part du géant du e-commerce", critiquent les syndicats représentatifs, de surcroît remontés contre une décision d'Amazon de "facturer aux vendeurs une taxe de 5% pour le carburant et l'inflation" au lieu de "penser à ses salariés qui peinent à vivre dignement".

Les syndicats réclament 5% minimum d'augmentation des salaires.

Dans les sites logistiques du groupe, une certaine tension commençait à poindre, à l'image d'un début de mouvement de filtrage des camions à la sortie de l’entrepôt de Lauwin-Planques (Nord) où étaient rassemblés quelques dizaines de salariés, a constaté l'AFP. "Ils ne savent même pas nous donner une petite part de gâteau, donc là on filtre les camions et on ne les laissera pas passer tant qu'on n'aura pas les 5%", a déclaré Alexandre Campagne, délégué Sud.

Amazon a fait "des milliards de bénéfices (en 2021, ndlr), la qualité du travail était donc là", a ajouté Bouzienne Bourdim, chef d'équipe (CFDT). "3% pour une personne qui gagne 1 500 euros, ça fait même pas 30 euros en plus par mois. Là on ne travaille plus pour vivre mais pour survivre".

Selon différents salariés présents sur le site, des mouvements équivalents auraient également lieu à Chalon-sur-Saône, Montélimar et Boves (Somme). "La mobilisation est là, mais Amazon a anticipé et déplacé à l'étranger le travail prévu aujourd'hui en France", a expliqué Hakim Taoufik (CAT). "À Saran (Loiret), normalement on livre 80 000 colis par jour. A 9h00, on n'avait que 8 000 unités à distribuer". "Ca ne bouge pas beaucoup", a indiqué une source proche de la direction. "Le taux de participation atteint seulement 2-3% sur la France et il n'y a pas d'impact".

Un mouvement social a éclaté le 4 avril sur les huit sites logistiques d'Amazon en France pour réclamer une augmentation significative des salaires dans un contexte d'inflation et d'augmentation du prix des carburants. 

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions