12/04 13:30

Un procureur au Texas abandonne des poursuites engagées contre une jeune femme inculpée de meurtre pour avoir avorté, suscitant une mobilisation nationale autour de son cas

Un procureur au Texas a abandonné lundi des poursuites engagées contre une jeune femme inculpée de meurtre quelques jours plus tôt pour avoir avorté, suscitant une mobilisation nationale autour de son cas. Lizelle Herrera, 26 ans, avait été arrêtée le 7 avril, accusée d'avoir "sciemment causé la mort d'une personne par son propre avortement", selon les autorités d'un comté texan à la frontière avec le Mexique.

Elle n'avait été libérée qu'après le paiement d'une caution de 500.000 dollars. Lundi, un procureur a finalement abandonné les poursuites à son encontre, selon un document judiciaire consulté par l'AFP. "En examinant la législation en vigueur au Texas, il est clair que Mme Herrera ne peut pas et ne doit pas être poursuivie pour les faits qui lui sont reprochés", a estimé Gocha Allen Ramirez dans un communiqué.

Le procureur a toutefois assuré que les autorités locales avaient eu raison de l'arrêter "après un signalement de l'hôpital", car "ignorer les faits aurait été un manquement à leur devoir". Il n'est pas clair si la loi passée en septembre 2021 au Texas interdisant les IVG après six semaines de grossesse a servi de base pour l'inculpation initiale.

Mais cette affaire témoigne de la vive sensibilité autour de l'avortement aux Etats-Unis, au moment où des propositions de loi sur l'avortement -- restrictives ou protectrices -- déferlent par centaines sur les parlements des Etats en prévision d'une décision de la Cour suprême susceptible de bouleverser le cadre légal en vigueur depuis près de 50 ans dans le pays. "Nous sommes aux côtés de Lizelle et de toutes les personnes au Texas qui cherchent à bénéficier de soins, malgré les barrières et les obstacles systématiques", a souligné l'organisation Planned Parenthood, qui gère de nombreuses cliniques pratiquant des IVG dans tous les Etats-Unis.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Phantôme_
12/avril/2022 - 14h47
Jilou1994 a écrit :

Dans une société civilisée spirituellement parlant, avorter en dehors de toutes circonstances exceptionnelles devrait être considérer comme un meurtre comme le fait de tuer inutilement les animaux qui devraient aussi avoir le titre de citoyen. Toutefois dans nos sociétés soi-disants avancées, nous encourageons la conception erronée que notre corps et tout ce qui lui est relié nous appartient, qu'après la mort il n'y a rien, que le karma n'existe pas, pas plus que Dieu d'ailleurs. Donc il est logique que la loi ou la pression de la rue deviennent supérieures aux lois de Dieu. Dans une société où l'on tue allègrement et inutilement des milliards d'animaux et où l'avortement y est encouragé, il est normal que les conflits de toutes sortes se déroulent de façons aussi nombreuses que les vagues de l'océan. Mais bon, notre folie semble-t-il n'a pas de limite, alors le désert avance dans nos villes de grandes solitudes où la compassion véritable disparaît de jour en jour ! C'est un des symptômes de l'âge de Kali, l'âge de fer, l'âge de discorde et d'hypocrisie.

Toi, tu dois être assis devant ton ordi avec un chapeau en aluminium vissé sur la tête.  smiley Sinon, t'as déjà pris tes petites pilules roses aujourd'hui?

Portrait de Jilou1994
12/avril/2022 - 14h29

Dans une société civilisée spirituellement parlant, avorter en dehors de toutes circonstances exceptionnelles devrait être considérer comme un meurtre comme le fait de tuer inutilement les animaux qui devraient aussi avoir le titre de citoyen. Toutefois dans nos sociétés soi-disants avancées, nous encourageons la conception erronée que notre corps et tout ce qui lui est relié nous appartient, qu'après la mort il n'y a rien, que le karma n'existe pas, pas plus que Dieu d'ailleurs. Donc il est logique que la loi ou la pression de la rue deviennent supérieures aux lois de Dieu. Dans une société où l'on tue allègrement et inutilement des milliards d'animaux et où l'avortement y est encouragé, il est normal que les conflits de toutes sortes se déroulent de façons aussi nombreuses que les vagues de l'océan. Mais bon, notre folie semble-t-il n'a pas de limite, alors le désert avance dans nos villes de grandes solitudes où la compassion véritable disparaît de jour en jour ! C'est un des symptômes de l'âge de Kali, l'âge de fer, l'âge de discorde et d'hypocrisie.