03/04/2022 10:46

Christophe Castaner (En Marche) : "La mise en cause du cabinet McKinsey, accusé de ne pas payer d'impôts par le Sénat, est une opération politique et un procès d'intention"

Selon le chef de file des députés de la majorité LREM. Christophe Castaner, interviewé ce matin sur RMC, la mise en cause par le Sénat du cabinet privé McKinsey, qui a passé de nombreux contrats avec l'État et n'aurait pas payé d'impôts depuis des années, est un "procès d'intention" et une "opération politique".

« S’il y a preuve de manipulation, que ça aille au pénal ! » C’est par cette phrase qu’Emmanuel Macron, accusé d’avoir démultiplié les contrats avec des entreprises de conseil depuis son élection, a répondu à ses détracteurs. Au centre de la polémique : le cabinet McKinsey, embauché notamment pour conseiller le gouvernement sur la campagne de vaccination. Selon une commission d’enquête du Sénat, des entités françaises du cabinet américain McKinsey n’auraient pas payé d’impôts sur les sociétés en France entre 2011 et 2020.

L’affaire est partie d’un rapport publié le 17 mars dernier par la commission d’enquête du Sénat sur l’influence croissante des cabinets de conseil sur les politiques publiques. Selon les investigations des sénateurs, les dépenses du gouvernement dans le domaine ont plus que doublé en 2021, avec 893,9 millions d’euros versés par les ministères à des cabinets de conseil, contre 379,1 millions d’euros en 2018, pour des contrats passés avant le quinquennat d’Emmanuel Macron.

Parmi ces cabinets figure McKinsey, une entreprise américaine qui possède plusieurs filiales en France, dont les deux principales « McKinsey & Company Inc. France et McKinsey & Company SAS ». Ces dernières ont été sollicitées par l’Etat pour différentes missions de conseil, notamment sur la réforme des APL, la réforme des retraites ou plus récemment sur la gestion du coronavirus.

Pendant la crise sanitaire, le gouvernement aurait dépensé plus de 12 millions d’euros pour s’offrir les conseils de McKinsey sur la campagne de vaccination, affirment les sénateurs, qui reprochent au cabinet de faire de l’optimisation fiscale.

Les filiales de l’entreprise américaine n’auraient payé aucun impôt sur les sociétés en France entre 2011 et 2020, alors que leur chiffre d’affaires sur le territoire a atteint « 329 millions d’euros en 2020, dont environ 5 % dans le secteur public », a affirmé le Sénat.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Enigma
4/avril/2022 - 11h25

Alors comment dire.... Cette personne est la reine des girouettes, plus occupé à se préoccuper de ses miches que des pauvres pleu-pleu(s ??) que nous sommes :'( N'oubliez pas qu'il y a les législatives, et cela sera le moment d'éjecter ses sbires (lui, la marchande aux APL et j'en passe) smiley Chic chic !!!! smiley

Portrait de YVESM
4/avril/2022 - 08h50
Vade Retro a écrit :

Parlons du Rotschild gate alors...

+ 7 MILLIONS

Portrait de Sivom45000
4/avril/2022 - 07h29 - depuis l'application mobile
Bob28 a écrit :

Le problème ce n'est pas le fait de faire appel aux cabinets de conseil. Le problème c'est d'avoir fait exploser ce poste de dépenses alors que les ressources en interne avaient les capacités. Et moralement, le fait de faire appel à des "amis à qui on doit un service" est discutable.

Macron a raison : ce n'est pas illégal. Mais il faut qu'il comprenne que ce n'est pas parcequ'un truc est légal qu'il est forcément moral. Comme toucher son bonus dans un trust étranger. C'est légal mais immoral.

FILLON a perdu les présidentielles pour moins que ça. Selon le calcul de Telerama le préjudice représente l'emploi de 4800 Penelope FILLON. 2 affaires et 2 traitements différents par nos chers médias.

Portrait de Bob28
4/avril/2022 - 07h11
I'ECUME DES CHOSES a écrit :

comme si l'appel a des consultants,

que ce soit MacKinsey ou autres étaient nouveau:

toutes les coillectivités  leur font appel ...

depuis des lustres... mais encore une fois...

on ne voit que l'écume des choses

 

Le problème ce n'est pas le fait de faire appel aux cabinets de conseil. Le problème c'est d'avoir fait exploser ce poste de dépenses alors que les ressources en interne avaient les capacités. Et moralement, le fait de faire appel à des "amis à qui on doit un service" est discutable.

Macron a raison : ce n'est pas illégal. Mais il faut qu'il comprenne que ce n'est pas parcequ'un truc est légal qu'il est forcément moral. Comme toucher son bonus dans un trust étranger. C'est légal mais immoral.

Portrait de KEYZER
3/avril/2022 - 19h14
I'ECUME DES CHOSES a écrit :

question:

est ce le politique qui engendre l'economique ?

ou

est ce l'économique qui engendre le politique ?

Ici, en France, il y avait la Régie Renault par ex , l' Etat était au commande d'une entreprise. 

Aujourd'hui, c'est le cabinet Mckinsey, Uber, Amazon qui décide du sort de notre pays.

Autre temps, autres moeurs...

Portrait de KEYZER
3/avril/2022 - 16h34
I'ECUME DES CHOSES a écrit :

comme si l'appel a des consultants,

que ce soit MacKinsey ou autres étaient nouveau:

toutes les coillectivités  leur font appel ...

depuis des lustres... mais encore une fois...

on ne voit que l'écume des choses

 

J'en conclus que les élections ne sont qu'un leurre. 

Les politiques ne sont que les marionnettes de ses entités qui gouvernent en leur nom. L'exemple de l'émergence de plateforme du style uber, delivroo (...) est symptomatique de cette " dérive" danslequel les Etats ne sont que les serviteurs de ces sytèmes : depuis qu'ils existent, tout le monde sait que ces boites utilisent le travail dissimulé ( afin de faire des économies financières cela va de soi) pour s'imposer. Malgré différentes plaintes au tribunal, elles continuent leur business sur ce même sytème car elles savent pertinnement que l'Etat ne leur fera aucune poursuite. Ces systèmes se trouvent in fine au dessus des Etats qui les ont fait venir, quitte à être hors la loi ( du travail en l'occurence).

Portrait de La sorcière
3/avril/2022 - 13h30

TROUD'CUL !

Portrait de Jilou1994
3/avril/2022 - 11h48

Système de gestion de plus en plus utilisé par les sociétés capitalistes importantes mais pour un gouvernement c'est carrément contraire à la logique de souveraineté.