23/03/2022 16:31

Notre-Dame de Paris : Accusée de "détournements de dons", la mairie de la capitale va exonérer de redevance le chantier de reconstruction

La polémique autour de la redevance de chantier de Notre-Dame de Paris avait éclaté mi-février. Face à la colère des élus et des Parisiens, la municipalité parisienne a d'ores et déjà annoncé qu'elle y renonçait. Le sujet devrait être discuté ce jeudi au Conseil de Paris.

«Il n'est pas envisageable de faire prendre en charge des redevances qui représentent plusieurs millions d'euros par la générosité publique», avait ainsi pointé un rapport parlementaire le 16 février dernier, déplorant que la municipalité parisienne exige le paiement d'une redevance d'occupation de l'espace public à l'établissement public chargé de la restauration de la cathédrale.

Depuis, les critiques n'avaient cessé de pleuvoir sur l'exécutif parisien, de la part des administrés mais aussi d'autres élus de la capitale. Tous s'insurgeaient que la municipalité réclame environ 3,4 millions d'euros par an dans le cadre de cette restauration entièrement financée par des dons privés. Une redevance estimée à pas loin de 25 millions d'euros pour l'ensemble du chantier.

Interrogé à ce sujet ce mardi 22 mars, le premier adjoint à la mairie de Paris Emmanuel Grégoire a confié à l'AFP que «l'exonération était une hypothèse privilégiée», tout en soulignant vouloir «garder la main sur le quand et le comment». Il s'est également dit «extrêmement agacé par la polémique instrumentalisée autour du sujet».

«Comme d’habitude, prise en défaut par notre groupe, la Maire de Paris est obligée de se confronter au réel : cette nouvelle taxe était injustifiée, en plus d’être indécente et totalement déplacée dans un tel contexte», a réagi dans la foulée le groupe d'opposition de la droite parisienne, Changer Paris.

Quelques jours plus tôt, de nombreux élus avaient fait part de leur indignation lors de la conférence de presse de présentation du Conseil de Paris. «On trouve que c’est tout à fait aberrant que le chantier de Notre-Dame soit concerné par cette redevance», avait fait savoir Maud Gatel, la présidente du groupe des élus MoDem, Démocrates et Ecologistes au Conseil de Paris.

Un avis partagé par les élus du groupe Changer Paris, qui réclament depuis un mois «l’annulation de cette redevance annuelle» qualifiée d'«insupportable». «Un détournement assez cynique de la générosité publique», selon eux, «au mépris des centaines de milliers de donateurs qui pensaient contribuer à cette restauration emblématique, et non renflouer les caisses exsangues de la Ville».

Autre polémique qui pourrait aussi venir agacer l'exécutif : celle des 50 millions d'euros de dons promis par la Ville pour la restauration de Notre-Dame de Paris, qui devraient finalement servir à financer l'aménagement du parvis de la cathédrale. Un projet pourtant antérieur à l'incendie du monument, rappellent les opposants d'Anne Hidalgo.

Un sujet balayé par la maire de la capitale, qui s'était exprimé sur le dossier en avril 2021, affirmant que la décision de consacrer cette somme au réaménagement des abords du site avait été prise «en accord avec l'Etat». Le 27 septembre, l'édile avait d'ailleurs tenu une conférence de presse conjointe avec le diocèse de Paris, afin de présenter les 4 lauréats retenus pour repenser le parvis.

Ce jour-là, Mgr Patrick Chauvet, le recteur de la cathédrale, avait comparé le monument à un «bijou» qui «a besoin d’un écrin qui ne concerne pas seulement le parvis mais aussi ses abords jusqu'à la Seine». Voilà à quoi serviront ces 50 millions d'euros. «Il n'a jamais été question qu'un euro de Notre-Dame serve à autre chose qu'à Notre-Dame», a confirmé Emmanuel Grégoire, qui présentera donc ce jeudi un texte à ce sujet.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de YVESM
23/mars/2022 - 18h30

Bravo, pour ce rapport parlementaire.

Où on redécouvre cette mairie de Paris déconnectée de la réalité.