19/03 14:02

Guerre en Ukraine: Les médias en Chine présentent une version bien à eux de l'invasion russe, qui s'inspire largement de la rhétorique de Vladimir Poutine

Par Beiyi SEOW

Tandis que s'étend la guerre en Ukraine, les médias en Chine présentent une version bien à eux de l'invasion russe, qui s'inspire largement de la rhétorique de Vladimir Poutine. Proche du président russe, le régime chinois se refuse depuis l'intervention du 24 février à employer le mot "invasion" et rejette la faute du conflit sur les Occidentaux et "l'expansion" de l'Otan. La Chine n'a d'ailleurs pas condamné l'invasion russe.

Cette posture est relayée par les médias officiels et les réseaux sociaux, dans un contexte de strict contrôle de l'information. Le jour où le président russe Vladimir Poutine annonçait l'assaut, l'agence de presse Chine nouvelle reprenait les éléments de langage du Kremlin: il s'agit d'une "opération militaire spéciale" et la Russie n'a "aucune intention" d'occuper l'Ukraine. Les médias évitent soigneusement le terme de "guerre", préférant les mots "conflit" ou "combats". "La Chine utilise intentionnellement un langage très vague", explique à l'AFP Justyna Szczudlik, spécialiste de la Chine à l'Institut polonais des affaires internationales. Ce faisant, Pékin espère ne pas se mettre en porte-à-faux avec ses partenaires européens, explique-t-elle. 

La Chine doit en effet jongler avec deux impératifs de sa politique étrangère: d'un côté, un sacro-saint attachement à défendre "la souveraineté et l'intégrité territoriale" des Etats (malgré la violation de celles de l'Ukraine). De l'autre, un rapprochement avec Moscou, trempé dans l'hostilité commune envers les Etats-Unis. La semaine dernière, le ministre des Affaires étrangères, Wang Yi, a salué une amitié "solide comme un roc" avec la Russie. Et de défendre les "préoccupations légitimes (de Moscou) en matière de sécurité". Comprendre: l'expansion de l'Otan est à l'origine du conflit.

Ce délicat numéro d'équilibriste touche également les médias. Une directive officielle qui a fuité en ligne les appelle à ne pas diffuser de contenus défavorables à la Russie. Lors de la cérémonie d'ouverture des Jeux paralympiques à Pékin, une condamnation de la guerre n'a ainsi pas été traduite à la télévision chinoise. De leur côté, les détenteurs en Chine des droits du championnat de foot anglais ont tout simplement renoncé à diffuser les matches du premier week-end de mars: les joueurs avaient prévu de manifester leur soutien à l'Ukraine. 

Sur les réseaux sociaux, des mots-dièses pro-Poutine et des appels à la capitulation des Ukrainiens circulent sans se heurter à la censure alors que les messages pro-Kiev sont bloqués. Des théories du complot russes sont également prises pour argent comptant par certains médias. "Il n'y a pas de fumée sans feu", commentait ainsi le Global Times, au sujet d'affirmations russes sur de prétendus laboratoires biologiques américains en Ukraine.

Le quotidien, au ton volontiers nationaliste, est en revanche resté coi sur le démenti de Washington, qui qualifie ces allégations de "mensonges purs et simples". "Comme tout pays, la Chine [...] prend avant tout en compte ses propres intérêts", relève l'analyste Richard Ghiasy, du Centre d'études stratégiques de La Haye. Or, "des liens stables et prévisibles avec la Russie sont absolument essentiels" pour Pékin.

Les médias chinois ne s'attardent guère sur l'afflux de réfugiés dans l'Union européenne. En revanche, la chaîne publique anglophone CGTN, destinée à un public étranger, a accordé un "entretien exclusif" au leader de la République autoproclamée de Donetsk dans l'est de l'Ukraine, uniquement reconnue par Moscou. Dans cet entretien, Denis Pouchiline évoquait les "zones libérées" par l'armée russe et assurait que "la grande majorité des citoyens veulent être aussi proches que possible de la Russie".

Malgré ce parti pris médiatique, la diplomatie chinoise tente de se positionner en actrice impartiale prête à jouer un rôle de médiatrice entre Kiev et Moscou. La Chine maintient une "politique indépendante sur la question de l'Ukraine (et) développe des liens avec toutes les parties pour injecter la stabilité dans le monde", relevait vendredi le Global Times. Pékin considère l'invasion russe comme un acte de "défense" face à l'Otan, souligne M. Ghiasy. A cet égard, la Chine "a une position claire et ne changera pas".

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Bob28
20/mars/2022 - 09h33

Il faut voir le bon côté des choses : il est désormais encore plus facile pour le grand public de comprendre qui sont les gentils et qui sont les méchants.

La binarité et le manichéisme en force !

Portrait de Amandecroquante
19/mars/2022 - 16h39

Si ça avait été le contraire cela aurait été normal…

il faut que les médias et les politiques arrêtent de croire que nous avons que des amis dans le monde, et que nous avons le moindre pouvoir. Nous avons tout fait pour tout perdre 

Portrait de Roxy
19/mars/2022 - 14h09

Poutine et le Chinois même combat de dictateurs !