27/02 14:31

La France a violé les droits des enfants français détenus en Syrie en omettant de les rapatrier, a affirmé un comité de l'ONU après une enquête

La France a violé les droits des enfants français détenus en Syrie en omettant de les rapatrier, a affirmé un comité de l'ONU, après avoir examiné des requêtes concernant 49 enfants français. "Le refus de la France de rapatrier des enfants français détenus dans des camps syriens dans des conditions mettant leur vie en danger depuis des années viole leur droit à la vie, ainsi que leur droit à ne pas subir de traitements inhumains et dégradants", a déclaré le Comité des droits de l'enfant, dans un communiqué. Il a estimé que "la France a la responsabilité et le pouvoir de protéger les enfants français dans les camps syriens contre un risque imminent pour leur vie en prenant des mesures pour les rapatrier".

Ce Comité est composé de 18 experts indépendants chargés de surveiller la mise en oeuvre de la Convention relative aux droits de l'enfant par ses États parties.

Il a publié ses constatations concernant la France après avoir examiné trois requêtes déposées par un groupe de ressortissants français dont les petits-enfants, nièces et neveux sont actuellement détenus dans les camps de Roj, d'Aïn Issa et de Hol, qui sont sous le contrôle des forces kurdes.

Les trois cas concernent 49 enfants français, dont les parents auraient collaboré avec le groupe Etat islamique (ou Daech). Certains sont nés en Syrie, tandis que d'autres y ont voyagé avec leurs parents français à un très jeune âge.

Depuis que les proches ont porté leur cas devant le Comité en 2019, le gouvernement français a rapatrié 11 de ces enfants. Les 38 autres enfants victimes, dont certains n'ont que cinq ans, sont toujours détenus dans des camps fermés en zone de guerre.

Le Comité de l'ONU a estimé que "la France a la responsabilité et le pouvoir de protéger les enfants français dans les camps syriens contre un risque imminent pour leur vie en prenant des mesures pour les rapatrier". Il a en outre considéré que la détention prolongée des enfants victimes dans des conditions mettant leur vie en danger équivaut également à "des peines ou traitements inhumains et dégradants".

Les experts ont également conclu que la France n'avait pas démontré "qu'elle avait dûment pris en compte l'intérêt supérieur des enfants victimes lors de l'évaluation des demandes de rapatriement de leurs proches".

En conclusion, le Comité exhorte la France à prendre des mesures urgentes pour rapatrier les 38 enfants victimes restants.

Dans l'intervalle, il demande aux autorités françaises "de prendre des mesures supplémentaires pour atténuer les risques pour la vie, la survie et le développement des enfants victimes pendant leur séjour dans le nord-est de la Syrie". 

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Pirate 92
27/février/2022 - 20h20

La France "mère patrie" n'a pas respecté les "droits" de ces enfants, quant aux parents ont-ils eux respecté leurs devoirs envers les "droits" de ces enfants ?

Portrait de Cest_pas_le_temps_qui_passe
27/février/2022 - 19h00
Zlehaineux a écrit :

C'est bien, on n'est jamais déçu avec vous. Dès qu'il y a une sottise à dire, on est sur de vous trouver. Mais c'est difficile, pour vous, d'exister actuellement, quand votre idole suprême, le poutinandolatre zemmour , vues ses positions sur la Russie,entre autres, va exploser en plein vol. D'ailleurs, vous avez sûrement remarqué que depuis quelques jours, sur ce blog ou un article sur 2 était une hagiographie de zemmour, plus rien, nada. Comme s'il fallait éviter qu'un article, puisse faire ressortir ce qu'avait sorti ce petit visionnaire, comme quoi il nous fallait un poutine en France ou qu'il était sur que la Russie n'envahirait jamais l'Ukraine. En espérant que ceux qui voulaient encore le parrainer ouvrent enfin les yeux, et voient que ce sinistre personnage, tout comme son héros petain, est prêt à vendre la France à l'ennemi. 

Pourquoi ne rappelles tu pas que Mélenchon a dit la même chose ? Mémoire sélective ou malhonnêteté intellectuelle ?

 

30 janviers 2022 (mélenchon dans C dans l'air ) "alors que le menace n'existe pas selon les ukrainiens eux-mêmes, il (macron) fait une bravade qui ne nous mène nulle part."

 

Si on se plonge dans les déclarations du président ukrainien Volodymyr Zelensky, ce que dit Jean-Luc Mélenchon n'est pas vraiment la réalité.S'il déclare que "nous ne voyons pas d'escalade supérieure à celle qui existait" et ajoute "nous n'avons pas besoin de cette panique" , Volodymyr Zelensky l'assure néanmoins : "La probabilité de l'attaque existe, elle n'a pas disparu et elle n'a pas été moins grave en 2021". Ce jour-là, il appelle également la Russie à "faire des pas pour prouver" qu'elle ne va pas passer à l'attaque. (source franceinter : De "la menace n'existe pas" à "la Russie agresse l'Ukraine" : sur la Russie, Mélenchon varie)

Portrait de YVESM
27/février/2022 - 15h32

« Always  blame the French ».

Venant d’où ça vient, du « machin », et avec ce qui se passe et pourrait se passer, que ces gens là continuent à vivre dans leur bulle de privilégiés...

Portrait de Ninie76700
27/février/2022 - 14h56
Hugo Drax a écrit :

Ca ne sert à rien de signer des conventions si c'est pour ne pas les appliquer. La France s'affaiblit gravement quand elle manque à sa parole. La France est responsable et coupable. Les parents sont des terroristes mais les enfants n'ont rien à voir là-dedans. La DDASS retire la garde d'enfants pour moins que ça.

Attention dans la plupart des cas rapatrier les enfants égal rapatrier les mères la c'est très dangereux ! Ci il suffiser de prendre les enfants (voir ados avec la tête déjà bien farcis) et de les placer dans des familles où structures avec une aide psychologique ok. Mais ils peuvent ce retrouver dans leurs familles avec des idées islamiste, avoir toujours contact avec leurs mères, oncles ... la loi n'autorise pas de les prendre et de les couper de tout, la est le problème et le danger