26/02 10:15

Trois policiers présents lors de l'interpellation fatale de George Floyd en 2020 reconnus coupables par un tribunal fédéral de ne pas être intervenus pour porter assistance

Trois policiers présents lors de l'interpellation fatale de George Floyd en 2020 ont été reconnus coupables par un tribunal fédéral de ne pas être intervenus pour porter assistance à l'Afro-Américain, en train d'agoniser sous leurs yeux.

La mort de George Floyd, filmée et mise en ligne, avait déclenché d'immenses manifestations contre le racisme et les violences policières dans tous les Etats-Unis et au-delà, à l'été 2020.

Tou Thao, 36 ans, Alexander Kueng, 28 ans, et Thomas Lane, 38 ans, étaient jugés à Saint Paul, ville jumelle de Minneapolis où avait eu lieu le drame, dans le nord des Etats-Unis. Le jury a rendu son verdict après deux jours de délibérations, au terme d'un procès ayant duré un mois.

Le neveu de George Floyd, Brandon Williams, a qualifié la décision des jurés de "petite victoire". "Avec un peu d'espoir, c'est un pas dans la bonne direction", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse. Car "souvent, lorsque des agents tuent des hommes et des femmes noirs, ils s'en sortent sans conséquence", a-t-il ajouté, estimant que ce verdict envoyait ainsi "un message".

"Il s'agit d'une bonne journée pour nous", mais "je ne récupérerai jamais George", a dit, ému, son frère Philonise Floyd.

Un quatrième policier, Derek Chauvin, a déjà été reconnu coupable en juin de meurtre et condamné à 22 ans et demi de prison par la justice de l'Etat du Minnesota. C'est lui qui avait maintenu durant de longues minutes, le 25 mai 2020, son genou sur le cou de George Floyd, provoquant son asphyxie.

Alexander Kueng était sur le dos de George Floyd, et Thomas Lane lui tenait les jambes. Tou Thao, de son côté, gardait à distance les passants choqués.

Jeudi, les trois agents ont été reconnus coupables de ne pas avoir apporté les secours médicaux nécessaires à l'Afro-Américain, qui montrait pourtant clairement des signes de détresse vitale.

Les agents Thao et Kueng, qui sont respectivement d'origine asiatique et noir, ont également été reconnus coupables de ne pas être intervenus pour dissuader Derek Chauvin d'"exercer une force déraisonnable".

Thomas Lane, qui avait suggéré à deux reprises de mettre l'Afro-Américain sur son flanc, en position latérale de sécurité, n'était pas visé par ce chef d'inculpation.

Leur peine, qui sera prononcée ultérieurement, peut théoriquement aller jusqu'à la prison à vie, même si ce n'est a priori pas ce qui sera retenu.

Les trois policiers seront également jugés par la justice de l'Etat du Minnesota, pour "complicité de meurtre", à partir de début juin.

- "Inaction" -

"Ils avaient la possibilité, l'autorité, l'occasion et les moyens" d'intervenir, avait martelé mardi durant son réquisitoire final la procureure Manda Sertich. "Les passants ont en réalité davantage agi que les agents", avait-elle ajouté, en référence aux témoins de la scène ayant tenté, en vain, d'intervenir.

Alexander Kueng et Thomas Lane, deux nouvelles recrues de la police de Minneapolis, avaient été appelés par un commerçant qui soupçonnait George Floyd d'avoir utilisé un faux billet de 20 dollars pour payer un paquet de cigarettes.

Alors qu'ils peinaient à faire entrer dans leur véhicule cet homme à la stature imposante, ils avaient été rejoints par deux agents expérimentés, Tou Thao et Derek Chauvin.

Durant le procès, la défense avait insisté sur le manque d'expérience des agents Kueng et Lang, déployés sur le terrain depuis quelques jours seulement, et sur l'ascendant pris par Derek Chauvin face à la situation.

Ce dernier a plaidé coupable en décembre dans ce volet fédéral, admettant alors pour la première fois une part de responsabilité dans le drame.

"Le ministère de la Justice va continuer à réclamer des comptes aux agents de police dont les actions, ou l'inaction, violent leur devoir constitutionnel de protéger les droits civiques de nos concitoyens", a déclaré dans un communiqué le ministre américain de la Justice, Merrick Garland. "George Floyd devrait être en vie aujourd'hui", a-t-il ajouté.

Les images de la mort de George Floyd, dans la rue face contre terre, et après qu'il eut maintes fois répété ne plus pouvoir respirer, avaient choqué dans le monde entier.

Son nom était ainsi devenu, aux côtés d'autres, un emblème du mouvement Black Lives Matter (les vies noires comptent) lors des grandes manifestations antiracistes de 2020.

Ailleurs sur le web

Vos réactions