18/02/2022 10:16

L'acteur Gérard Depardieu fait des confidences sur l'alcool dans "La grande librairie" sur France 5: "C'est une drogue qui est la plus difficile à enlever. Elle laisse des traces" - VIDEO

Mercredi soir, Gérard Depardieu était l'invité de "La grande librairie" sur France 5 à l'occasion d'une émission spéciale. Au cours du programme, l'acteur a évoqué l'addiction à l'alcool et la difficulté de s'en défaire.

"Tous les gens que j'ai vu boire... C'est une drogue qui est la plus difficile à enlever", a-t-il expliqué face à François Busnel. Et d'ajouter : "Elle laisse des traces. L'alcool, ça ronge, ça fait mal. C'est terrible". Jeanmarcmorandini.com vous propose de (re)découvrir cette séquence (voir vidéo ci-dessus).

 

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Talya
18/février/2022 - 19h35
Parapluie a écrit :

Je suis tout à fait d'accord avec lui et le pire c'est que je dirais même que notre société nous pousse à consommer, elle exerce une pression : on s'est tous fait un jour charier pour avoir refusé de prendre un verre d'alcool.

Un fumeur qui arrête le tabac on dira de lui qu'il est courageux que c'est mieux pour sa santé, un buveur qui arrête l'alcool on dira plus facilement de lui qu'il était plus rigolo avant, qu'il ne sait plus s'amuser, on n'hésitera pas à lui proposer une "petite coupe pour l'occasion, ça ne te fera pas de mal" et pourtant on trouverait incongrue de proposer une clope à quelqu'un qui a arrêté de fumer...

Je pense que notre regard sur l'alcool doit évoluer au même titre qu'il a évolué sur le tabac.

La France a du mal à lutter contre le fléau de l'alcool, à cause de sa production de vin. Elle entretient un lien historique et culturel avec l’alcool et ne peut pas le considérer comme une drogue. Résultat, les pouvoirs publics encouragent encore son usage et en tolèrent l’abus." ont Consommez avec modération, mais consommez !" Mais les Français ne sont pas une exception. Tous les pays producteurs ont le même problème: l’Allemagne ou l’Australie avec la bière, le Royaume-Uni avec le whisky, la Russie avec la vodka. D’où le résultat: une population qui ne prend pas suffisamment au sérieux les méfaits de l’alcool et des centaines de milliers de vies ruinées. En outre, la dépendance à l'alcool est terrible, plus forte que celle à l’héroïne. L'alcoolique se réveille la nuit pour boire, et un sevrage trop brutal entraîne des souffrances neuronales, des délires, des crises d’épilepsie qui peuvent être fatales. Enfin, la rémission est très difficile car le quotidien est envahi par l’alcool, contrairement aux autres drogues dures difficiles d’accès.