11/02 15:02

Parmi les personnes vaccinées, le risque de faire une forme grave du Covid-19 apparaît fortement associé à l'âge, à la prise d'immunosuppresseurs ou de corticoïdes oraux et à la présence de certaines comorbidités, selon une étude

Parmi les personnes vaccinées, le risque de faire une forme grave du Covid-19 apparaît fortement associé à l'âge, à la prise d'immunosuppresseurs ou de corticoïdes oraux et à la présence de certaines comorbidités, confirme une vaste étude. Le constat était connu mais cette étude qui a porté sur l'ensemble des personnes ayant un schéma vaccinal complet (deux doses ou une dose et une infection) en France au 31 juillet, soit 28 millions de personnes, livre des chiffres intéressants.

Menée par la structure Epi-Phare, qui associe l'Assurance maladie (Cnam) et l'Agence du médicament (ANSM), elle révèle qu'au cours de ce suivi, 5.345 personnes ont été hospitalisées et 996 sont décédées à l'hôpital pour Covid-19.

Dans cette population de sujets vaccinés, les risques d'hospitalisation et de décès hospitalier étaient associés à l'âge. Par exemple, par rapport aux personnes de 45-54 ans, celles âgées de 85-89 ans avaient un risque 4 fois plus élevé d'être hospitalisées et 38 fois plus élevé de décéder.

Mais aussi à la localisation géographique: les personnes résidant dans les communes les plus défavorisées avaient un risque d'hospitalisation 1,3 fois plus élevé.

Par ailleurs, seulement 10% des patients vaccinés hospitalisés pour Covid-19 et 2% des patients vaccinés décédés en milieu hospitalier ne présentaient aucune comorbidité, soit deux fois moins que dans la population totale non vaccinée des deux premières vagues.

Parmi les personnes vaccinées hospitalisées, 12% présentaient une comorbidité, 16% deux comorbidités, 18% trois comorbidités, 16% quatre comorbidités et 27% cinq comorbidités ou plus.

En résumé, "parmi les personnes vaccinées, le risque résiduel de forme grave de Covid-19 apparaît fortement associé à l'âge, à la prise d'immunosuppresseurs ou de corticoïdes oraux ou de certaines comorbidités", relève le Pr Mahmoud Zureik, le directeur de la structure Epi-Phare.

"Et ce risque augmente fortement avec le nombre de comorbidités", ajoute-t-il.

Que faut-il en conclure ? En premier lieu, "ces résultats confirment le risque très faible d'hospitalisation chez les vaccinés", souligne l'épidémiologiste.

Ils "suggèrent aussi l'importance de la vaccination combinée à des mesures de prévention complémentaires pour éviter encore davantage le risque de formes sévères de Covid-19 chez les personnes vaccinées, en particulier les populations âgées et immunodéprimées", selon lui.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de CALMOS
12/février/2022 - 11h23

Exactement comme chez les non-vaccinés , qui eux au moins ne subissent pas les effets secondaires parfois très graves de la vaccination

L'art d'enfoncer des portes ouvertes pour le compte de la macronie

 

Portrait de CALMOS
12/février/2022 - 11h23

Exactement comme chez les non-vaccinés , qui eux au moins ne subissent pas les effets secondaires parfois très graves de la vaccination

L'art d'enfoncer des portes ouvertes pour le compte de la macronie

 

Portrait de stbx00
11/février/2022 - 20h50
soly a écrit :

Visiblement c'est vous qui ne comprenez rien à  mon message, le vaccin vous est monté sans doute à la tête pour être toujours à côté de la plaque... Je disais que pour les non vaccinés les risques de faire une forme grave étaient les mêmes : âge, comorbidité etc... La vaccination de masse n'a servi à rien....

Bah non désolé mais c'est vous qui ne comprenez pas... Vaccinés ou non, on a certes plus de risques d'être à l'hôpital si on est vieux et malade MAIS les non vaccinés ont beaucoup plus de risques de s'y retrouver que les vaccinés.

Toutes les études concluent à cela.

Regardez les chiffres publiés par la DREES, c'est très parlant...

Portrait de soly
11/février/2022 - 20h09
RED2510 a écrit :

Tu sais pas lire : ces résultats confirment le risque très faible d'hospitalisation chez les vaccinés

Visiblement c'est vous qui ne comprenez rien à  mon message, le vaccin vous est monté sans doute à la tête pour être toujours à côté de la plaque... Je disais que pour les non vaccinés les risques de faire une forme grave étaient les mêmes : âge, comorbidité etc... La vaccination de masse n'a servi à rien....

Portrait de seb2746
11/février/2022 - 17h50

110 ans, obèse avec 5 maladies à + de chance qu'un enfant de 3 ans en pleine santé et O-.

 

Merci de cette révélation, qui fait avancer la science.

Portrait de Amandecroquante
11/février/2022 - 17h39
soly a écrit :

C'est exactement paraîl pour les non vaccinés. En clair, la vaccination de masse n'a servi à rien sauf à enrichir les labos.

Il faut être un peu plus précise si tu veux que ta phrase soit correcte

Portrait de soly
11/février/2022 - 17h12

C'est exactement paraîl pour les non vaccinés. En clair, la vaccination de masse n'a servi à rien sauf à enrichir les labos.

Portrait de Amandecroquante
11/février/2022 - 17h05
z Finger a écrit :

Bref, ceux en mauvaise santé ont davantage de risques.

Rien de nouveau sous le soleil.

C’est exactement ça, bravo !

  » Que faut-il en conclure ? En premier lieu, "ces résultats confirment le risque très faible d'hospitalisation chez les vaccinés", souligne l'épidémiologiste. »