28/01 15:02

L'enquête ouverte par le parquet de Paris sur les accusations de viols visant l'ancien ministre PRG Jean-Michel Baylet classée sans suite en raison de la prescription des faits

L'enquête ouverte par le parquet de Paris sur les accusations de viols visant l'ancien ministre PRG Jean-Michel Baylet a été classée sans suite en raison de la prescription des faits, a-t-on appris vendredi de source proche du dossier, confirmée par le parquet de Paris. Le patron de la Dépêche du Midi est accusé par Nathalie Collin, fille de l'ancien sénateur PRG Yvon Collin, de viols et d'agressions sexuelles lorsqu'elle avait entre 12 et 14 ans, au début des années 1980, ce qu'il conteste. "Ce qui est important, c'est que le parquet ne dit pas qu'il a classé parce que les faits sont insuffisamment caractérisés", a souligné auprès de l'AFP Me Zoé Royaux, avocate de Mme Collin.

Sollicité par l'AFP, le parquet de Paris a confirmé avoir classé la procédure sans suite du fait de l'acquisition de la prescription de l'action publique. Les faits que dénonce Mme Collin auraient débuté lors de vacances en Grèce avec ses parents dans la villa de Jean-Michel Baylet, puis se seraient poursuivis. Sur sa dénonciation, le parquet de Paris avait ouvert une enquête pour "viols" et "agressions sexuelles" sur mineur de moins de 15 ans le 9 juin 2020.

Après avoir été entendu par les policiers en audition libre en février 2021, l'ancien ministre, âgé de 75 ans, avait été confronté pendant cinq heures à son accusatrice en octobre dans les locaux de la Brigade de protection des mineurs à Paris. "J'en ressors comme je suis rentré, libre comme l'air", avait déclaré à l'issue de cette confrontation M. Baylet, qui a toujours contesté les faits. Pour Nathalie Collin, aujourd'hui âgée de 53 ans, cette confrontation lui a permis de "dire tout ce qu'elle avait besoin de lui dire (...) et qu'elle a retenu pendant ces années", avait expliqué Me Zoé Royaux. Amis de longue date, M. Baylet et M. Collin sont devenus des rivaux politiques et se livrent depuis plusieurs années une guerre virulente avec accusations de part et d'autre. L'ancien président du Parti radical de gauche (1996-2016) et ex-sénateur a participé à quatre reprises à des gouvernements de gauche sous la présidence de François Mitterrand puis de François Hollande, pour lequel il a été ministre de l'Aménagement du Territoire, de la Ruralité et des Collectivités territoriales.

Jean-Michel Baylet est également un des propriétaires et le président du groupe de presse La Dépêche du Midi, et est vice-président de l'Alliance de la presse d'information générale. Actuel maire de Valence-d'Agen (Tarn-et-Garonne), il a été réélu au conseil départemental du Tarn-et-Garonne mais a décidé de laisser la présidence du département. Sollicité, son avocat n'a pas donné suite dans l'immédiat.

 

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de seb2746
29/janvier/2022 - 11h43
Phantôme_ a écrit :

Coupable? Comment le savez vous? Vous y étiez?

C'est le résultat du jugement, suffit de lire.

 

Il n'y a QUE et seulement QUE la prescription qui lui a sauvé sa vie hors de prison, pour les juges c'est bien une culpabilité.

Portrait de Phantôme_
29/janvier/2022 - 00h12
seb2746 a écrit :

Coupable mais libre et sans déchéances des droits et pouvoirs qu'il a... un de + en liberté.

Coupable? Comment le savez vous? Vous y étiez?

Portrait de bergil
28/janvier/2022 - 18h42
serguei a écrit :

Encore une qui se réveille 41 ans après les faits !...

A l'époque des faits c'était un enfant !

Portrait de Petoulet
28/janvier/2022 - 17h25

La Dépêche,soit disant "journal de la démocratie" où l'on pratique la censure et la rétention d'infos à très hautes doses.

Et en ce qui concerne la concentration et le rachat de titres de presse,on ferait mieux de s'occuper de ce groupe monopolistique  qui bafoue la liberté d'expression en Occitanie  plutôt que de s'en prendre à Bolloré.

Mais voilà,JMB à le label "de gauche" (MDR) Ce qui lu donne l'impunité totale !

Portrait de COLIN33
28/janvier/2022 - 17h23 - depuis l'application mobile

Bonne décision, ces femmes n'ont cas se manifester plus tôt, comme a chaque fois ça sent la vengeance.....

Portrait de seb2746
28/janvier/2022 - 16h02

Coupable mais libre et sans déchéances des droits et pouvoirs qu'il a... un de + en liberté.

Portrait de bergil
28/janvier/2022 - 15h23

Ecoeurant si c'est avéré !

Portrait de serguei
28/janvier/2022 - 15h12

Encore une qui se réveille 41 ans après les faits !...