30/01 12:02

Une campagne de communication contre les violences faites aux femmes lancée par la marque de vêtements Camaïeu déclenche de vives réactions

Alors que la marque a récemment lancé une campagne de communication contre les violences faites aux femmes, cette dernière est loin de faire l’unanimité. En cause, cette campagne choc met en scène sur le site de la marque, entre autres modèles, des femmes marquées ici d’un cocard, là d’un bleu au cou ou au menton. Sous ces photographies, en lieu et place du prix, on peut lire «1 femme sur 10 est victimes de violences. Victimes ou témoins composez le 3919». 

Si l’objectif est de tirer la sonnette d’alarme sur les violences subies par les femmes en les incitant à parler et en poussant les témoins à agir, en faisant mieux connaître le numéro national de référence pour les femmes victimes de violences, la forme de cette campagne réalisée par Buzzman fait polémique auprès de nombreux internautes. 

«Vous pensez vous adresser à qui exactement là ?», écrit l’un d’entre eux sur Twitter avant d’ajouter «le déguisement de femme battue en 2022, c'est non». «On ne se grime pas en femme victime de violence en fait. Faites des t-shirts à la limite, mais arrêtez avec votre marketing nauséabond», note un autre. «Les femmes sont bien trop au courant. Ce sont les hommes qu’il faut interpeller non ?», «Faites ça sur la section "vêtements hommes" parce que nous on est déjà au courant en fait, au revoir», «mais me**e, c’est nous les victimes, faites un partenariat avec Celio non? Histoire de s’adresser aux agresseurs», «Cette campagne marketing est déplorable, désastreuse et dangereuse», peut-on également lire sur le réseau à l’oiseau bleu, entre autres nombreux messages. 

Jugeant la campagne «malvenue», certains s’interrogent sur la réception de ces images par des femmes victimes de violences quand d’autres pointent du doigt les violences psychologiques invisibles. «Voir ce genre d'images peut être un déclencheur très fort pour les anciennes victimes», note un internaute. 

 Si ces images sont loin de faire l’unanimité, on peut toutefois lire quelques rares réactions moins acerbes : «On aime ou pas, Ça choque ou pas, mais ça fait parler. Ce qui est le plus choquant, c’est que des femmes en soient encore victimes !», souligne un internaute. «Je pose la question très naïvement, vraiment… mais est ce qu'une telle opération, avec la mise en avant du numéro etc, ne peut pas encourager une personne ? Je veux dire en voyant une photo comme ça, prendre conscience que ce qui arrive n’est pas normal..?», se demande un autre. 

Outre ces images chocs, qui semble-t-il sont loin d’avoir eu l’effet escompté, la marque a par ailleurs mis en vente un t-shirt affichant le numéro 3919, dont 100 % des bénéfices sont reversés à l’association SOLFA, qui accueille des femmes victimes de violences. «C’est avec la volonté que ce numéro soit connu du plus grand nombre de femmes que l’ensemble de nos équipes de vente le portera en boutique durant tout le mois de janvier», note également sur son site la marque, qui propose par ailleurs de faire des dons en caisse au profit de l’association. Une association qu’elle soutenait depluis plusieurs années avant cette campagne, d’après plusieurs médias. 

Selon les chiffres de 2019, partagés sur le site du gouvernement, «en moyenne le nombre de femmes âgées de 18 à 75 ans, qui au cours d’une année, sont victimes de violences physiques et/ou sexuelles commises par leur conjoint ou ex-conjoint est estimé à 213.000 femmes». Parmi ces victimes, «seulement 18 % déclarent avoir déposé une plainte en gendarmerie ou au commissariat de police».  

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Leon48Leon
30/janvier/2022 - 14h19 - depuis l'application mobile

Je ne trouve pas cela choquant. Les femmes battues se sont avant tout des femmes. On en croise tous les jours sans le savoir. C’est à mon humble avis ce que cette campagne veut dire.