18/01 12:02

Pour faire face au manque de personnel que connaissent les hôpitaux de la région Ile-de-France, l'Agence régionale de santé déploie "un dispositif régional de fidélisation" avec notamment des "primes exceptionnelles"

Pour faire face au manque de personnel que connaissent les hôpitaux de la région, notamment pour palier le manque d'infirmiers, l'Agence régionale de santé (ARS) Île-de-France a annoncé déployer «un dispositif régional de fidélisation».

Concrètement, l'ARS entend «proposer des CDD attractifs aux IDE [infirmiers en soins généraux (ndlr)] ayant une expérience polyvalente, notamment en intérim, afin de combler, jusqu’à l’automne 2022, les postes vacants dans les établissements de santé».

Dès aujourd'hui et jusqu'au 28 février, ce dispositif régional permettra donc «à chaque établissement de proposer aux IDE sélectionnés sur la base de leur expérience, notamment en intérim, un CDD de six ou neuf mois, non renouvelable, avec une rémunération attractive et forfaitaire».

A la clé, des rémunérations qui atteindront «3.085 euros brut par mois (tarif vacataire) avec une prime exceptionnelle de 4.000 euros pour un CDD de six mois et 7.000 euros pour un CDD de neuf mois pour une activité à temps plein». S’ajouteront ensuite, selon l'ARS, «l’indemnité de précarité et l’indemnisation des congés qui n’auront pas pu être pris».

A noter que ces infirmiers auront «la possibilité d’intervenir à temps incomplet (entre 40 % et 100 %) et de choisir leur temps de travail quotidien». Seules conditions : «être affectés dans l’établissement où ils sont intervenus en temps qu’intérimaire» et «ne pas être en disponibilité d’un établissement de santé public partie au dispositif».

Quels établissements sont concernés ? «L’ensemble des établissements de santé franciliens qui peuvent [financièrement, ndlr] se saisir ou non de cette opportunité», sachant qu'il s'agit d'une grande première dans la région dont «le suivi et l’évaluation seront assurés par le comité inter-fédérations composé de l’ARS et des fédérations hospitalières publiques et privées» telles que l'AP-HP.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de seb2746
18/janvier/2022 - 13h19

Ils sont incapables de PAYER les heures supp du personnel soignant mais veulent donner des primes ?... ont a des milliers d'heures supp non rémunérées en souffrance sans solution, on prend vraiment le personnel pour des jambons.