11/01 10:16

Délits financiers: Le conseiller régional RN Florent de Kersauson, frère du navigateur Olivier de Kersauson, condamné à 50.000 euros d'amende, ainsi qu'à une interdiction de gérer une entreprise pendant cinq ans

Le conseiller régional RN Florent de Kersauson a été condamné à 50.000 euros d'amende, dont 30.000 avec sursis, ainsi qu'à une interdiction de gérer une entreprise pendant cinq ans par le tribunal correctionnel de Lorient pour une série de délits.

L'homme d'affaires de 72 ans, frère du navigateur Olivier, a été condamné pour une série de délits financiers, commis entre 2015 et 2017 : abus des biens ou du crédit d'une société par actions par un dirigeant à des fins personnelles, abus de pouvoir, non-établissement de l'inventaire, des comptes ou du rapport de gestion et non soumission des documents comptables à l'assemblée générale. Président des fonds d'investissement Nestadio Capital et Greenvest, Florent de Kersauson avait injecté l'argent des porteurs dans le fabricant de produits cosmétiques 6S Cosmétiques, à Larmor-Plage (Morbihan), dont il avait pris la direction.

Lors de sa comparution le 29 novembre, Florent de Kersauson avait assuré n'avoir «pas pris un euro de salaire ou de frais». L'entreprise, liquidée en novembre 2017, accusait alors un très lourd passif. Le septuagénaire avait reconnu avoir «pris un risque inconsidéré, certainement par orgueil» et admis s'être «lourdement planté». «Je pensais que sauver la société et les emplois valait la peine», avait-il dit à la barre du tribunal. Ni l'élu régional ni son avocat n'étaient présents à l'audience. Ils n'ont pas pu être contactés dans la soirée. Tête de liste du Rassemblement national dans le Morbihan pour les élections régionales de juin 2021, il avait recueilli 16,57% des suffrages au second tour.

L'Autorité des marchés financiers (AMF) a séparément annoncé lundi la mise en liquidation de Nestadio Capital, après le rejet en octobre par le Conseil d'État du recours de la société de gestion de portefeuille à l'encontre de la décision de retrait d'agrément prise par l'AMF le 17 décembre 2019. «Du fait de l'ouverture d'une procédure de liquidation judiciaire sans poursuite d'activité par jugement du tribunal de commerce de Lorient en date du 17 décembre 2021, la société Nestadio Capital n'est plus en mesure d'assurer la liquidation des fonds gérés» et un «liquidateur devrait être désigné en justice pour achever la liquidation de ces fonds», précise l'AMF dans un communiqué.

En septembre 2020 l'AMF avait déjà infligé une sanction de 100.000 euros à Florent de Kersauson, pour manquements à ses obligations professionnelles au sein de Nestadio, assortie d'une interdiction «d'exercer la profession de gérant ou de dirigeant d'une société de gestion pendant une durée de cinq ans». Nestadio avait écopé de 10.000 euros d'amende et d'un blâme.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de COLIN33
11/janvier/2022 - 13h32 - depuis l'application mobile

Comme quoi il y a des escrocs dans tous les partis politiques !

Portrait de ago47
11/janvier/2022 - 11h35
DixèmeDose a écrit :

 Une enquête sur la vente d’Alstom en 2015 ?

Ben non , Emmanuel Macron et de Valérie Pécresse sont impliqués dans ce scandale :

Mais surtout et avant tout, il faut lire les enquêtes de l’Incorrect et de Marianne sur les liens du couple Pécresse et Alstom. Selon le magazine l’Incorrect les nominations simultanées de « Valérie, ministre du Budget, et, son mari, Jérôme, président d’Alstom Renouvelables ont permis un déblocage soudain et surprenant de l’éolien en mer [en France]. Qui a coûté cher à l’État et s’est terminée en fiasco, mais a été rentable pour l’avancement de monsieur Pécresse au sein d’Alstom. »

Puis il y a eu le scandale de la vente du fleuron industriel et stratégique français qu’est Alstom. La vente des activités énergie à l’américain Général Electric a été une perte de souveraineté sans égale pour la France, qui a remis entre les mains des Américains nos technologies et activités les plus sensibles pour faire tourner, non seulement nos centrales nucléaires, mais aussi nos sous-marins nucléaires. Le mari de Pécresse, Jérôme Pécresse, est au cœur de ce scandale, il était le bras droit du PDG d’Alstom, Patrick Kron, lors de l’intégration d’Alstom à General Electric. D’ailleurs Jérôme Pécresse est le seul dirigeant clef que les américains n’ont pas viré suite à l’opération de rachat, il a même été promu PDG de GE Renewable Energy. Hors rémunérations, le mari de Valérie aurait touché, minimum, 2 millions d’euros.

Cette Affaire Alstom-General Electric, ne touche pas que Mme Pécresse mais aussi M. Macron et toute l’élite financière parisienne qui se serait mise dans les poches 1/2 milliards € en  frais de conseil divers.  le député LR, Olivier Marleix, avait saisi la justice en janvier 2019 pour qu’elle enquête sur les circonstances de cette affaire. Le député émettait  notamment l’hypothèse d’un possible « pacte de corruption » au bénéfice de celui qui a favorisé la vente, le ministre de l’économie d’alors : Emmanuel Macron. Ce dernier aurait bénéficié indirectement du demi milliards d’euros pour sa campagne de 2017, via son parti En Marche. Aujourd’hui Olivier Marleix soutient Valérie Pécresse.

La nomination de Valérie Pécresse est ainsi une très bonne nouvelle pour les bénéficiaires de la vente d’Alstom, ils sont assurés que Les Républicains ne remettront pas sur le tapis ce scandale. D’ailleurs ce n’est pas la 1ère fois que Macron et Pécresse collaboraient sur cette affaire. Ainsi, selon Marianne, quand le mari de Pécresse a décidé de licencier 800 personnes en Ile de France, avec Emmanuel Macron ils se seraient gardés tous deux de faire publiquement des annonces avant les élections régionales qui auraient pu compromettre l’élection de Valérie à la tête de la même région.

Pour la nomenklatura le couple Pécresse-Macron est l’assurance de garder les pleins pouvoirs. En effet en 2022, les législatives vont être décorrélées des présidentielles car elles vont avoir lieu 2 mois plus tard. Aussi avec le morcellement actuel des Français il sera difficile pour le Président nouvellement élu d’avoir une majorité au parlement. Par contre, LREM et LR, à deux, et quelles que soient les configurations, sont quasi assurés d’avoir la majorité au Parlement. Aussi les chances sont grandes que Macron, Pécresse et Edouard Philippe se partagent les postes de Président, 1er ministre et Président de l’Assemblée nationale. Tout cela se faisant, bien sûr, au nom d’une Union nationale contre les lépreux, les complotistes, les extrêmes, au nom de notre République bananière et ses valeurs progressistes, défendues par le barnum habituel des prostitués, qui nous donnent des leçons de vertus à longueur d’année. Si cela devait arriver, vous devez vous préparer à une grande braderie de la France.

Vous seriez pas un peu HS ????

dois je vous rappeler que Macron a envoyé 4 ministres pour faire battre Pécresse en Ile de France. Drôle de couple !!!!

Portrait de DixèmeDose
11/janvier/2022 - 11h27

 Une enquête sur la vente d’Alstom en 2015 ?

Ben non , Emmanuel Macron et de Valérie Pécresse sont impliqués dans ce scandale :

Mais surtout et avant tout, il faut lire les enquêtes de l’Incorrect et de Marianne sur les liens du couple Pécresse et Alstom. Selon le magazine l’Incorrect les nominations simultanées de « Valérie, ministre du Budget, et, son mari, Jérôme, président d’Alstom Renouvelables ont permis un déblocage soudain et surprenant de l’éolien en mer [en France]. Qui a coûté cher à l’État et s’est terminée en fiasco, mais a été rentable pour l’avancement de monsieur Pécresse au sein d’Alstom. »

Puis il y a eu le scandale de la vente du fleuron industriel et stratégique français qu’est Alstom. La vente des activités énergie à l’américain Général Electric a été une perte de souveraineté sans égale pour la France, qui a remis entre les mains des Américains nos technologies et activités les plus sensibles pour faire tourner, non seulement nos centrales nucléaires, mais aussi nos sous-marins nucléaires. Le mari de Pécresse, Jérôme Pécresse, est au cœur de ce scandale, il était le bras droit du PDG d’Alstom, Patrick Kron, lors de l’intégration d’Alstom à General Electric. D’ailleurs Jérôme Pécresse est le seul dirigeant clef que les américains n’ont pas viré suite à l’opération de rachat, il a même été promu PDG de GE Renewable Energy. Hors rémunérations, le mari de Valérie aurait touché, minimum, 2 millions d’euros.

Cette Affaire Alstom-General Electric, ne touche pas que Mme Pécresse mais aussi M. Macron et toute l’élite financière parisienne qui se serait mise dans les poches 1/2 milliards € en  frais de conseil divers.  le député LR, Olivier Marleix, avait saisi la justice en janvier 2019 pour qu’elle enquête sur les circonstances de cette affaire. Le député émettait  notamment l’hypothèse d’un possible « pacte de corruption » au bénéfice de celui qui a favorisé la vente, le ministre de l’économie d’alors : Emmanuel Macron. Ce dernier aurait bénéficié indirectement du demi milliards d’euros pour sa campagne de 2017, via son parti En Marche. Aujourd’hui Olivier Marleix soutient Valérie Pécresse.

La nomination de Valérie Pécresse est ainsi une très bonne nouvelle pour les bénéficiaires de la vente d’Alstom, ils sont assurés que Les Républicains ne remettront pas sur le tapis ce scandale. D’ailleurs ce n’est pas la 1ère fois que Macron et Pécresse collaboraient sur cette affaire. Ainsi, selon Marianne, quand le mari de Pécresse a décidé de licencier 800 personnes en Ile de France, avec Emmanuel Macron ils se seraient gardés tous deux de faire publiquement des annonces avant les élections régionales qui auraient pu compromettre l’élection de Valérie à la tête de la même région.

Pour la nomenklatura le couple Pécresse-Macron est l’assurance de garder les pleins pouvoirs. En effet en 2022, les législatives vont être décorrélées des présidentielles car elles vont avoir lieu 2 mois plus tard. Aussi avec le morcellement actuel des Français il sera difficile pour le Président nouvellement élu d’avoir une majorité au parlement. Par contre, LREM et LR, à deux, et quelles que soient les configurations, sont quasi assurés d’avoir la majorité au Parlement. Aussi les chances sont grandes que Macron, Pécresse et Edouard Philippe se partagent les postes de Président, 1er ministre et Président de l’Assemblée nationale. Tout cela se faisant, bien sûr, au nom d’une Union nationale contre les lépreux, les complotistes, les extrêmes, au nom de notre République bananière et ses valeurs progressistes, défendues par le barnum habituel des prostitués, qui nous donnent des leçons de vertus à longueur d’année. Si cela devait arriver, vous devez vous préparer à une grande braderie de la France.

Portrait de canopee3
11/janvier/2022 - 10h38
•Gaston de Phœbus• a écrit :

Tiens tiens ! Là c'est un élu du RN de plus frère du très connu (et grand) O de Kersauson et on parle de sa condamnation pour malversation financière. 

Je n'ai pas souvenir du même foin quand Claire O'Petit, députée LREM, à été condamnée à "une interdiction de diriger, gérer, administrer ou contrôler directement ou indirectement toute entreprise commerciale ou artisanale (...) pour une durée de cinq ans".

Vous avez peut-être juste la mémoire sélective?