11/12 09:41

L'élection Miss France 2022 ce soir, un rendez-vous "populaire" mais critiqué, jugée "sexiste" ou "has been" par certains, et même attaquée en justice

Plébiscitée l'an dernier par plus de dix millions de téléspectateurs, l'élection Miss France, dont l'édition 2022 se tiendra ce samedi, est plus que jamais dans l'oeil du cyclone, jugée "sexiste" ou "has been" par certains, et même attaquée en justice. Samedi soir à Caen (Calvados), sur le thème des comédies musicales, 29 miss régionales de 18 à 24 ans se disputeront le titre de reine de beauté nationale que remettra en jeu Amandine Petit, Miss France 2021.

Le jury présidé par Jean-Pierre Foucault réunira notamment la chanteuse Amel Bent et François Alu, premier danseur de l'Opéra de Paris. Les miss finalistes seront départagées à 50/50 par les téléspectateurs de TF1 et le jury. En cas d'égalité, le public aura le dernier mot. Depuis plusieurs années, le concours Miss France, racheté à la famille de Fontenay par la société de production Endemol, est la cible de l'association "Osez le féminisme!". Elle estime que "ce concours sexiste qui renvoie les femmes à leur seul aspect physique est un anachronisme en promouvant l'archétype de la jeune fille bonne à marier".

Dans son "rapport annuel sur l'état des lieux du sexisme en France", en 2019, le Haut Conseil à l'Égalité entre les femmes et les hommes (HCE) avait lui-même qualifié le concours Miss France de "caricature archaïque", dénonçant notamment l'exigence faite aux candidates d'être célibataires et sans enfant. "Miss France fait partie de nos traditions... Ce qui m'interroge ce sont les règles, que je trouve complètement +has been+", a estimé fin octobre la ministre de l'Égalité femmes-hommes, Élisabeth Moreno. "Pourquoi une Miss France ne pourrait pas faire d'ironie, ne pourrait pas être maman ou poser seins nus pour lutter contre le cancer?", s'est-elle interrogée.

Depuis, "Osez le féminisme!" a ouvert un front judiciaire: le droit du travail. Pour l'association, le recrutement reposant sur des critères de beauté est par définition "discriminatoire". L'association estime par ailleurs que les candidates doivent bénéficier d'un contrat de travail. Les prud'hommes se pencheront en juin sur une possible violation du droit du travail. Nouvelle présidente de la société Miss France, la productrice Alexia Laroche-Joubert a décidé sans attendre que les candidates seront pour la première fois rémunérées pour la finale, mais pas pour les répétitions. "Il y a des critères à faire évoluer pour s'adapter à l'époque (...). Je pense que sûrement le statut de célibataire est obsolète", a admis Mme Laroche-Joubert lors de la présentation de l'édition 2022. Elle a toutefois jugé que "les polémiques sur le sexisme dans Miss France sont le fait d'un petit groupe de néo-féministes qui portent un regard condescendant sur un programme convivial et populaire".

Pour Sylvie Tellier, Miss France 2002 et depuis directrice du concours, "le féminisme, c'est d'abord le choix de faire des choses en tant que femme". "Nous avons de plus en plus de candidates. Certains mouvements féministes pensent s'exprimer pour la majorité des femmes", a-t-elle réagi auprès de l'AFP. "Miss France a changé ma vie, comme d'autres Miss. Je me suis présentée car je l'ai voulu. Qu'on ne vienne pas me dire que je suis une poupée bimbo!" De son côté, Geneviève de Fontenay, emblématique "Miss des Miss" qui a claqué la porte du concours pour divergences de vue il y a une dizaine d'années, confie "qu'elle n'a jamais ressenti que Miss France portait atteinte à l'image de la femme". "De mon temps, Miss France c'était la mise en valeur des terroirs, mais j'ai toujours refusé les maillots de bains deux pièces car j'estime que le nombril à l'air lors de l'élection, c'est de l'exhibition!", observe toutefois Mme de Fontenay, 89 ans, qui demande aux 29 miss finalistes de reverser leur cachets "à leur commune ou à des associations caritatives".

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de FF95
11/décembre/2021 - 10h20

A partir du moment où ces filles sont là de leur plein gré, je ne vois absolument pas où est le problème.  Si quelque chose leur pose problème ou ne leur va pas, elle peuvent tout arrêter. 

Il serait intéressant que les féministes extremistes comprennent à un moment que toutes les femmes ne sont pas dans le même délire qu'elles et ne pensent pas forcément la même chose. 

Si ce genre de cérémonie ne leur plaît pas, elles ne participent pas et ne regardent pas. Mais par pitié, qu'elles foutent la paix à tout le monde...

Pour défendre la cause féministe, il y a des sujets bien plus importants et plus graves que l'élection de miss France. 

Portrait de YVESM
11/décembre/2021 - 09h50

Les talibans...notre nouvel horizon.