01/12 15:31

Un professeur a été suspendu de ses fonctions après avoir mis en cause l'Education nationale dans l'assassinat de Samuel Paty, l'enseignant décapité pour avoir montré des caricatures de Mahomet en classe

Un professeur a été suspendu de ses fonctions après avoir mis en cause l'Education nationale dans l'assassinat de Samuel Paty, enseignant décapité l'an dernier par un terroriste pour avoir montré des caricatures de Mahomet en classe.

Les fait se sont produits le 14 octobre, rapporte L'Express. Jean-Christophe Peton, professeur de lettres dans un lycée du Jura, s'est exprimé sur l'hommage national rendu à Samuel Paty via le logiciel Pronote.

«Avant d'être égorgé, Samuel Paty a été abandonné par sa hiérarchie, l'Education nationale et ses sbires», a-t-il dénoncé.

«Ne soyons pas dupes de l'hypocrisie de l'institution et de ses relais», a-t-il appuyé. 

Le professeur a posté sa déclaration sur Twitter et interpellé Jean-François Chanet, recteur de l'Académie de Besançon (Doubs). Il a ensuite reçu une convocation l'informant de sa suspension, pour une durée maximale de quatre mois. 

Contactée par l'Express, l'Académie de Besançon justifie sa sanction par l'utilisation de Pronote, «outil institutionnel et professionnel de communication», «à des fins de diffusion de propos personnels qui n'ont rien de pédagogiques». «C'est bien dans ce cadre là qu'il a été sanctionné, et pas pour ses propos», insiste-t-elle. 

Trop tard : l'histoire de Jean-Christophe Peton déchaîne les passions. Le #TousSuspendus figurait ce mercredi mati n parmi les tendances de Twitter, et de nombreux professeurs affirment leur soutien à leur collègue. L'Association des Professeurs de Lettres s'est également fendue d'un communiqué dénonçant une suspension «scandaleuse», allant à l'encontre de «la liberté d'expression». 

Si cette suspension met le feu aux poudres, c'est que de nombreuses zones d'ombre subsistent encore autour de l'assassinat de Samuel Paty. La réaction des pouvoirs publics est particulièrement mise en cause. Ont-ils soutenu l'enseignant avant son assassinat, ou au contraire, lui ont-ils reproché d'avoir montré des caricatures de Mahomet ? 

Une rumeur selon laquelle Samuel Paty était sur le point d'être sanctionné par le rectorat s'était propagée quelques jours après le drame. Elle a été démentie par le ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer, selon qui Samuel Paty a bénéficié d'un «soutien complet» de l'institution. 

Un rapport d'inspection publié un mois plus tard avait effectivement conclu à la «réactivité» des services académiques et départementaux... Mais avait aussi souligné des failles administratives et des problèmes de communication entre les services de l'Etat. 

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de dzeus
2/décembre/2021 - 11h22

Hou la, elle ne traine pas l’éducation nationale. si il pouvait en sortir un procès ou serait prouvé que ce professeur a bien été abandonné par sa hiérarchie et cela au plus haut niveau.

Portrait de soly
1/décembre/2021 - 22h01

L'éducation nationales assure le relais de ce que l'islamo gauchisme, notamment Vallaud Belkacem, a fait des programmes scolaires. Il n'y a qu'a voir les cours d'Histoire totalement détruits par VBelkacem. Un exemple : il n'y a plus d'Histoire de France  et par contre au collège, dans le programme,  il y est fait une haie d'honneur à l'Islam etc.