29/11 19:59

Variant Omicron - "Il n'y a pas de raison de paniquer et aucune nouvelle fermeture des frontières n'est envisagée pour l'instant" déclare le président américain, Joe Biden, dans un discours à la Maison Blanche - Vidéo

19h11: Joe Biden a estimé lundi qu'il n'y avait "pas de raison de paniquer" face à la propagation du nouveau variant Omicron du Covid-19, tout en appelant les Américains à se faire vacciner et à recevoir leurs doses de rappel. "Il y a des raisons d'être préoccupés face à ce nouveau variant, mais pas de raison de paniquer", a dit le président américain dans un discours à la Maison Blanche.

A l'approche des fêtes de fin d'année, il a appelé les Américains à se faire vacciner et à faire vacciner leurs enfants, ou le cas échéant à recevoir leurs doses de rappel, ainsi qu'à porter un masque à l'intérieur.

Le président américain a estimé que "tôt ou tard" ce nouveau variant apparaîtrait également aux Etats-Unis, mais il n'a pas annoncé de mesures contraignantes supplémentaires dans l'immédiat, que ce soit aux frontières ou à l'intérieur des Etats-Unis.

"Je n'anticipe pas cela à ce stade", a-t-il dit en réponse à une question sur des restrictions supplémentaires, alors que les Etats-Unis ont déjà fermé leurs frontières aux voyageurs en provenance de huit pays d'Afrique australe. Joe Biden a déclaré par ailleurs que "si les gens sont vaccinés et portent un masque, il n'y a pas besoin de confinement".

Interrogé sur une éventuelle obligation de vaccin ou de test pour prendre des vols domestiques aux Etats-Unis, le président démocrate a répondu: "A ce stade, ce n'est pas une recommandation" de la communauté scientifique.

Joe Biden a ajouté qu'il présenterait "jeudi" une stratégie détaillée de lutte contre le Covid-19 pendant l'hiver, "pas avec des fermetures ou des confinements, mais en amplifiant la vaccination, les rappels, les tests".

18h21: "Il n'y a pas de raison de paniquer" face à la propagation du nouveau variant Omicron, déclare le président américain, Joe Biden, dans un discours à la Maison Blanche. Il estime cependant que, "tôt ou tard", ce nouveau variant apparaîtra également aux Etats-Unis. Le Président affirme aussi que dans l'immédiat aucune nouvelle fermeture des frontières n'est prévue.

16h34: A partir du 1er décembre, les voyageurs non-résidents et non vaccinés seront interdits d’accès au territoire tunisien, annoncent les autorités. "Il est très vivement recommandé aux voyageurs de plus de 18 ans se rendant en Tunisie d’avoir achevé leur schéma vaccinal contre le Covid-19 avant leur départ", précisent-elles. 

15h31: Le président chinois Xi Jinping a promis un milliard de doses de vaccins anti-Covid à l’Afrique, sous la forme de dons ou de soutien à la production locale. « Dans le cadre de la lutte contre le Covid, la Chine fournira à l’Afrique un milliard de doses de vaccins supplémentaires, dont 600 millions sous forme de dons et 400 millions sous d’autres formes comme la mise en place d’unités de production de vaccins », a-t-il dit dans une intervention à distance lors du Forum de coopération Chine-Afrique (Focac).

La conférence est organisée alors que les pays africains s’emploient à relancer leurs économies durement touchées par la pandémie. Les organisateurs comptent pour y parvenir sur une coopération renforcée avec la Chine, premier partenaire commercial du continent.

L’Afrique accuse un sévère retard de vaccination. « Nous devons poursuivre la lutte solidaire contre le Covid. Nous devons accorder la priorité à la protection de nos populations et combler le fossé vaccinal », a dit le président chinois.

14h23: Des vols spéciaux sont organisés pour rapatrier en France les personnes bloquées au Maroc après la fermeture dimanche soir des frontières aériennes en raison de la propagation rapide du nouveau variant Omicron du Covid-19, a-t-on appris lundi de source diplomatique française.

« Des vols spéciaux sont mis en place pour les personnes n’ayant pas pu rentrer en France. Ils sont soumis à  »autorisation«  des autorités marocaines, a indiqué dans un tweet l’ambassadrice de France, Hélène Le Gal, qui invite les personnes concernées à se rapprocher des compagnies Air France et Transavia.

Ces vols spéciaux sont opérationnels uniquement au départ du Maroc vers la France, a précisé une source diplomatique française. Rabat a décidé le 25 novembre, avant l’apparition du variant Omicron, de suspendre les vols réguliers à destination et en provenance de France en raison de la recrudescence de l’épidémie de Covid-19 dans l’Hexagone. Cette décision est effective depuis dimanche à minuit et  »jusqu’à nouvel ordre«.

11h44: L’Afrique du Sud, où a été détecté le nouveau variant Omicron, devrait passer les 10.000 contaminations quotidiennes de Covid d’ici la fin de la semaine, a mis en garde l’épidémiologiste sud-africain Salim Abdool Karim. « Je m’attends à ce que nous dépassions les 10.000 cas par jour d’ici la fin de la semaine, nous verrons la pression sur les hôpitaux dans les deux ou trois semaines à venir », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse en ligne du ministère de la Santé.

Les scientifiques ont annoncé jeudi avoir détecté le variant Omicron dans le pays d’Afrique australe. Cette nouvelle forme du Covid-19 présente « un risque très élevé » au niveau mondial a mis en garde l’OMS, alors que de plus en plus de pays annoncent avoir eux aussi des cas. De nombreuses incertitudes entourent encore la dangerosité et la transmissibilité du variant aux nombreuses mutations.

Selon les premières observations, les scientifiques pensent que les vaccins anti-Covid actuels resteront efficaces contre les formes graves de la maladie nécessitant une hospitalisation, a souligné M. Abdool Karim.

« Il n’y a pas lieu de paniquer. Nous sommes déjà passés par là », a martelé le ministre de la Santé, Joe Phaahla, rappelant que le pays a déjà fait face à l’apparition des variants Beta et Delta. « Dans les prochains jours ou les prochaines semaines, nos scientifiques auront les réponses », a-t-il poursuivi. L’annonce de la découverte du nouveau variant a provoqué un vent de panique, de nombreux pays décidant en quelques heures d’interdire sur leur territoire des voyageurs en provenance d’Afrique australe. Le président sud-africain Cyril Ramaphosa a exigé dimanche la « levée immédiate et urgente » des ces restrictions, les jugeant dépourvues de « justification scientifique ». La fermeture des frontières n’empêchera pas Omicron de se propager, a répété M. Abdool Karim.

11h26: Les tests PCR sont toujours efficaces face au nouveau variant du coronavirus Omicron et des études sont en cours pour mesurer l'efficacité des autres outils de diagnostic, a indiqué l'OMS.
11h01: Le point sur ce que l'on sait ce matin

Le nouveau variant Omicron du coronavirus continue sa progression dans le monde, suscitant toujours plus d'inquiétude: le Japon a décidé lundi de se refermer à tous les visiteurs étrangers et le G7 réunit en urgence ses ministres de la Santé à Londres sur cette question.

Trois semaines après avoir assoupli certaines restrictions pour permettre l'entrée des voyageurs d'affaires, étudiants et stagiaires étrangers, Tokyo va "interdire toutes les (nouvelles) entrées de ressortissants étrangers du monde entier à partir du (mardi) 30 novembre", a déclaré le Premier ministre japonais Fumio Kishida. Les Japonais revenant de neuf Etats d'Afrique australe et de pays où des infections au nouveau variant - identifié pour la première fois en Afrique du Sud - ont été recensées devront, eux, se soumettre à "de strictes mesures d'isolement en fonction des risques".

Au-delà de l'Afrique australe, des cas liés à la nouvelle souche ont été détectés à travers les pays du G7, du Canada à l'Italie, en passant par la Grande-Bretagne et l'Allemagne. Une situation qui a conduit les ministres de la Santé de la France, des Etats-Unis, du Canada, d'Allemagne, d'Italie, du Japon et du Royaume-Uni à se retrouver ce lundi à Londres "pour discuter de l'évolution de la situation sur Omicron", lors d'une "réunion d'urgence", a annoncé Londres, à la tête de la présidence tournante du G7.

En France, la détection du variant Omicron est "très probablement une question d'heures", a estimé dimanche le ministre de la Santé Olivier Véran.

Alors que la pandémie a déjà fauché plus de cinq millions de vies dans le monde depuis fin 2019, l'arrivée du variant Omicron a été jugée "préoccupante" par l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Pour autant, l'OMS plaide pour un maintien de l'ouverture des frontières, alors que l'Afrique du Sud et plusieurs autres pays se voient fermer de nombreuses frontières.

Se jugeant déjà "punie" pour avoir révélé l'existence du variant, l'Afrique du Sud a demandé la levée "immédiate et urgente" des restrictions de voyage. Le Malawi a dénoncé des restrictions de voyage relevant de "l'afrophobie".
L'hôpital Bambino Gesù de Rome a publié une première "image" du nouveau variant, qui montre qu'il présente beaucoup plus de mutations que le variant Delta actuellement dominant. "D'autres études nous diront si cette adaptation est neutre, moins dangereuse ou plus dangereuse", ont précisé les chercheurs.

Les cas se sont en tout cas multipliés, notamment en Europe. Aux Pays-Bas, les autorités sanitaires ont annoncé que 13 passagers arrivés d'Afrique du Sud vendredi à Amsterdam étaient porteurs du variant. Un couple faisant partie du groupe a été arrêté dans un avion qui s'apprêtait à décoller vers l'Espagne, après avoir fui l'hôtel où ils étaient confinés. Le couple, composé d'un Espagnol de 30 ans et d'une Portugaise de 28 ans, a été replacé en quarantaine et risque des poursuites pour "atteinte à la sécurité publique".

10h39: Le gouvernement britannique, qui occupe en ce moment la présidence tournante du G7, a annoncé convoquer aujourd'hui « une réunion d’urgence » de ministres de la Santé du groupe afin qu’ils s’attaquent à la question du variant Omicron du coronavirus.

Les ministres de la Santé de la France, des Etats-Unis, du Canada, d’Allemagne, d’Italie, du Japon et du Royaume-Uni se retrouveront donc « lundi 29 novembre pour discuter de l’évolution de la situation sur Omicron », lors d’une « réunion d’urgence », a annoncé le ministère britannique de la Santé dans un communiqué.

Cette décision intervient alors que des cas liés à la nouvelle souche ont été détectés dans plusieurs pays à travers le globe, notamment aux Pays-Bas où 13 cas ont été identifiés, en Italie et en Allemagne. Au Royaume-Uni, trois cas ont pour l’instant été confirmés par l’Agence britannique de sécurité sanitaire (UKHSA): le cas d’une personne qui s’était rendue à Londres mais qui a depuis quitté le pays, un cas dans la ville de Nottingham (centre de l’Angleterre) et le dernier dans celle de Chelmsford (est de Londres).

Alors que la pandémie a déjà fauché plus de cinq millions de vies dans le monde depuis fin 2019, l’arrivée durant la semaine écoulée du variant Omicron a été jugée « préoccupante » vendredi par l’Organisation mondiale de la santé.

Identifié en Afrique du Sud, il a poussé de nombreux pays à fermer leurs frontières à l’Afrique australe - dont l’Afrique du Sud, le Botswana, le Zimbabwe, la Namibie, le Lesotho, l’Eswatini, le Mozambique, mais aussi la Zambie, le Malawi ou l’Angola selon les cas - alors qu’ils venaient parfois à peine de se rouvrir au monde.

10h26: L’Australie a suspendu lundi son projet de réouverture des frontières aux étudiants et aux travailleurs qualifiés, invoquant les incertitudes qui entourent encore la dangerosité et la transmissibilité du variant Omicron. A l’issue d’une réunion en urgence, le Premier ministre Scott Morrison a déclaré que la réouverture tant attendue n’aura pas lieu le 1er décembre comme prévu et son report d’au moins deux semaines.

Les frontières de l’île-continent sont fermées à la plupart des non-ressortissants depuis plus de 20 mois, ce qui a entraîné une pénurie de main-d’oeuvre et mis à mal le secteur vital du tourisme. M. Morrison a qualifié ce report de « nécessaire et temporaire », fondé sur des recommandations médicales.

L’Australie a détecté cinq cas du variant du coronavirus Omicron chez des passagers en provenance d’Afrique australe. « La suspension temporaire permettra à l’Australie de recueillir les informations dont nous avons besoin pour mieux comprendre ce variant Omicron », a-t-il déclaré.

M. Morrison a cité de nouvelles préoccupations concernant « l’efficacité du vaccin, la gravité de la maladie, y compris si elle peut générer des symptômes plus légers, et son taux de transmission ». La semaine dernière, Canberra a annoncé que les étudiants étrangers, les travailleurs qualifiés et les détenteurs de visas vacances-travail pourraient à nouveau se rendre en Australie à partir du 1er décembre. Le gouvernement a levé en octobre les restrictions concernant les voyages à l’étranger pour les Australiens.

Mais il avait catégoriquement refusé d’assouplir les restrictions pour les non-Australiens, une décision qui a bloqué en Australie environ 1,4 million de détenteurs de visas qualifiés, sans possibilité de retour s’ils décidaient de quitter le pays. Le 20 mars 2020, l’île a instauré l’une des fermetures des frontières les plus strictes au monde afin de se protéger de la pandémie de Covid-19. Des dizaines de milliers d’Australiens vivant à l’étranger n’ont pas pu rentrer dans leur pays natal durant 19 mois. Les vols étaient rares et les ressortissants autorisés à rentrer devaient effectuer une coûteuse quarantaine de 14 jours à l’hôtel.

10h20: Les treize cas de Covid-19 identifiés chez les footballeurs du club portugais Belenenses SAD, qui pour cette raison n'avait pas pu aligner suffisamment de joueurs samedi face au Benfica, sont probablement associés au nouveau variant Omicron du coronavirus, a annoncé lundi l'Institut national de santé (Insa).
Il s'agit des premiers cas du nouveau variant détectés au Portugal et, selon l'agence publique, un des footballeurs avait récemment voyagé en Afrique du Sud. La tenue du match a provoqué ce week-end une vive polémique, la rencontre n'ayant été interrompue qu'en début de deuxième période quand l'équipe du Belenenses SAD s'est vue réduite à six joueurs alors que le Benfica menait 7-0.
09h44:
Le nouveau variant Omicron du coronavirus présente « un risque très élevé » au niveau mondial a mis en garde l’OMS lundi, tout en soulignant les nombreuses incertitudes qui entourent encore la dangerosité et la transmissibilité du variant. « A ce jour, aucun décès associé au variant Omicron n’a été rapporté », souligne l’Organisation dans un document technique publié lundi, qui donne également des conseils aux autorités pour tenter de juguler la diffusion du nouveau variant.

« Etant donné les mutations qui pourraient conférer un potentiel d’échappement à la réponse immunitaire tout comme possiblement donner un avantage en termes de transmissibilité, la probabilité qu’Omicron se répande au niveau mondial est élevée », indique l’organisation alors que la liste du nombre de pays où il est détecté ne cesse de s’allonger, après des premiers cas repérés en Afrique australe en novembre.

« En fonctions de ces caractéristiques, il pourrait y avoir de futurs pics de Covid-19, qui pourraient avoir des conséquences sévères en fonction de différents facteurs et en particulier où ces pics se produiraient », a ajouté l’OMS, qui avait dès vendredi classé le variant comme « préoccupant ».

L’organisation souligne toutefois que de nombreuses inconnues demeurent sur ce variant: sa contagiosité, savoir si elle est inhérente aux mutations constatées ou si elle relève du fait que ce variant sait mieux échapper à la réponse immunitaire; le niveau de protection conféré par les vaccins anti-Covid existants en termes de contagiosité et sévérité de la maladie; si le variant provoque des symptômes plus graves.

08h33: Les ministres de la Santé du G7 se réunissent en urgence à Londres  face à l'inquiétude suscitée par le nouveau variant Omicron du coronavirus, qui continue à se propager à travers le monde malgré les fermetures de frontières. Les ministres de la Santé de la France, des Etats-Unis, du Canada, d'Allemagne, d'Italie, du Japon et du Royaume-Uni se retrouvent "pour discuter de l'évolution de la situation sur Omicron", lors d'une "réunion d'urgence", a annoncé Londres, à la tête de la présidence tournante du G7.

06h35 : Huit cas possibles de porteurs du variant Omicron ont été repérés en France, annonce le ministère de la Santé dans un communiqué. Un séquençage est en cours pour confirmer l'information. Ces personnes ont toutes voyagé en Afrique australe dans les deux dernières semaines. Le ministère précise qu'en attendant les résultats, ces personnes ont été placées à l'isolement et les cas contacts prévenus. 

"Le séquençage des prélèvements de ces patients est priorisé ou en cours d’organisation afin de disposer d'une confirmation diagnostique dans les meilleurs délais", précise la DGS. La "confirmation par séquençage "peut prendre quelques jours", ajoute-t-elle.

"Dès lors que (le variant Omicron) circule en Grande-Bretagne, en Italie, en Belgique, il est probable qu'il y ait déjà des cas en circulation" sur le territoire français, avait déclaré ce dimanche matin Olivier Véran, ministre de la Santé. Quelques heures plus tard, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal avait évoqué "une dizaine de cas" possibles de ce nouveau variant du Covid-19.

05h30: Le nouveau variant du coronavirus, Omicron, continuait dimanche soir à se propager dans le monde entier, avec de premiers cas au Canada, semant l'inquiétude et poussant de plus en plus de pays à fermer à nouveau leurs frontières aux voyageurs étrangers.

Dernier en date, le Canada a annoncé dimanche deux cas chez des personnes ayant voyagé récemment au Nigeria et qui ont été placées à l'isolement à Ottawa.

Alors que la pandémie a déjà fauché plus de cinq millions de vies dans le monde depuis fin 2019, l'arrivée durant la semaine écoulée du variant Omicron a été jugée "préoccupante" par l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Identifié en Afrique du Sud, il a poussé de nombreux pays à fermer leurs frontières à l'Afrique australe alors qu'ils venaient parfois à peine de se rouvrir au monde. L'OMS est venue au secours des pays africains, demandant "que les frontières restent ouvertes".

Se jugeant déjà "punie" pour avoir révélé l'existence du variant, l'Afrique du Sud a demandé la levée "immédiate et urgente" des restrictions de voyage. Le Malawi a dénoncé des restrictions de voyage relevant de "l'afrophobie".

Dans l'immédiat, le prestigieux hôpital Bambino Gesù de Rome a publié une première "image" du nouveau variant, qui montre qu'il présente beaucoup plus de mutations que le variant Delta actuellement dominant.

"D'autres études nous diront si cette adaptation est neutre, moins dangereuse ou plus dangereuse", ont précisé les chercheurs. Aux Pays-Bas, les autorités sanitaires ont annoncé que 13 passagers arrivés d'Afrique du Sud vendredi à Amsterdam étaient porteurs du variant.

La gendarmerie locale a du reste annoncé dimanche soir avoir arrêté, dans un avion qui s'apprêtait à décoller, deux passagers qui avaient "fui" un hôtel où étaient confinés des passagers en provenance d'Afrique du Sud et positifs au Covid.

Deux cas signalés au Danemark venaient aussi d'Afrique du Sud, tout comme et les trois cas confirmés en Allemagne et le cas "probable" annoncé dimanche soir par la Suisse.

Le Royaume-Uni a aussi annoncé dimanche un troisième cas, venu d'Afrique australe. Israël, où un cas a été confirmé chez un voyageur revenu du Malawi, interdit à partir de dimanche soir l'entrée des étrangers et imposer test PCR et quarantaine même à ses ressortissants vaccinés.

Deux cas ont été confirmés en Australie chez deux passagers vaccinés venus d'Afrique australe, le jour où le pays fermait ses frontières à neuf Etats d'Afrique australe.

Outre le Canada, Israël et l'Australie, la présence du variant Omnicron est confirmée en Afrique du Sud, au Botswana, à Hong Kong, et dans plusieurs pays d'Europe (Belgique, Allemagne, Italie et République tchèque).

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de lolo57
30/novembre/2021 - 15h06

J'espère que le travail que j'ai fourni pendant ma journée de solidarité ne lui aura pas servi.

Portrait de kennynos
30/novembre/2021 - 00h15
LoutreDeMer a écrit :

Smicard ou pas, avec un avis médical donc une ordonnance, le test pcr est gratuit. 

 Mais dans votre cas cité, le mieux est quand même le vaccin... 

Non hélas, plein de personnes se retrouvent face à cette problématique, il y a plein de forums qui en parlent.

Je te donne cette exemple parce que ma mère y est confrontée, elle a des douleurs anormales dans la tête depuis un bon moment donc elle doit consulter des neurlogues, faire des examens médicaux et plusieurs choses à l'hopital pile poile maintenant.

elle refuse totalement le vaccin et son médecin refuse de lui donner des ordonnances pour les pcr donc elle doit tout payé de sa poche. Entre ça + les dépassements d'honoraire pour plein de choses, ça devient impayable pour les gens dans le besoin. Donc elle reste avec sa douleur en espérant que le pass partira bientôt.

On en est quand même là pour plein de personnes et je ne vois personne aborder ce thème dans l'actualité. Alors que c'est la chose qui me semble la plus dramatique.

Je suis totalement contre la logique du pass mais à la rigueur tout le reste on peut s'en passe, que ça soit des restos, des cinémas, des trains ... on peut toujours essayer de vivre autrement.

Mais l'hopital ça peut etre vital et le libre accés au soin est une des bases de ce pays et il a été dévoyé officiellement depuis cet été. Au moins laisser les tests valables 72h pour l'hopital ou qu'ils soient gratuit. Mais non 25 euros à chaque journée de présence à l'hosto, fantastique.

Portrait de miya.wallace
29/novembre/2021 - 20h55

Chez nous cela s'appelle le CAC40, il y a même une banque qui dit "vous êtes utiles..."

Portrait de kennynos
29/novembre/2021 - 20h37
LoutreDeMer a écrit :

Et alors ? C'est comme bien des médicaments dit "de confort" qui ne sont pas remboursés. 

C'est un choix de ne pas vouloir être vacciné donc un test de "confort" est payant, comme bien d'autres soins plus utiles... 

 

Un test de confort pour dépister des maladies graves,tu te fous de la gueule de qui au juste?

 

quand tu dois enchainer les scanner, rendez vous médicaux à l'hopital  pour des douleurs suspectes, tu dois faire 7 à 8 tests par mois? smiley Au moins 72 heures, ça permettait de s'organiser et de prendre plein de rendez vous sur une même période.

Mais là non un smicard ne pourra pas, il décidera de ne pas le faire et si il a un cancer, bah adieu

(tout en sachant que tout ceci ne mène à rien vu que les vaccinés transmettent)

 

elle est fabuleuse votre démocratie, tous ses fondements balayés smiley

alors par pitié, arrêtez de venir faire les altruistes, ceux qui pensent aux autres, vous avez juste envie de voyager et d'aller en terrasse, ça s'arrête là.

Portrait de kennynos
29/novembre/2021 - 19h57
FF95 a écrit :

Tu es un véritable danger public.

Que tu ne veuilles pas te faire vacciner, c'est ton problème.  Mais tenir des propos pareils (limite méprisant pour les vaccines), et sortir autant d'arguments absurdes c'est dangereux. 

Je pense que dans ton cas, ce qu'il faut trouver rapidement c'est un vaccin contre la betise (et je reste poli)...

danger public parce qu'on fait de l'humour noir wo! laisse moi deviner dans ta nouvelle pseudo '''''démocratie''''' on aura même plus le droit de faire de blagues en plus de ses 45 doses annuelles et de son masque jusque dans les toilettes ?

Par contre, dans votre camp, on ne voit aucun problème à rendre obligatoire les tests payants tous les 24 h pour les non vaccinés qui doivent faire des analyses à l'hopital. Plein de personnes ne souhaitant pas se faire vacciner vont donc négliger leur santé voir ne pas se faire dépister de maladie grave par manque d'argent.Mais là, on ne vous entend plus faire l'altruiste quand l'accés au soin pour tous est remis en cause, là non monsieur l'empathique préfére critiquer une blague vaseuse, c'est la priorité.

Portrait de FF95
29/novembre/2021 - 10h48
kennynos a écrit :

on risque d'avoir les 2 narines bouchées au lieu d'une, VITE MA DOSE!

Tu es un véritable danger public.

Que tu ne veuilles pas te faire vacciner, c'est ton problème.  Mais tenir des propos pareils (limite méprisant pour les vaccines), et sortir autant d'arguments absurdes c'est dangereux. 

Je pense que dans ton cas, ce qu'il faut trouver rapidement c'est un vaccin contre la betise (et je reste poli)...

Portrait de Tudo
29/novembre/2021 - 10h29

L'OMS va catégoriser le nouveau variant en maladie cardiaque et non plus en maladie respiratoire. On ne connait pas encore son mode de transmission. Les gênes respiratoires sont minimes mais à long terme des problèmes cardiaques sont induits. Ce qui veut dire que tout ce qui a été mis en place jusqu'à présent ne servira plus à rien (distanciation sociale, gel hydroalcoolique, vaccin...). Bref, on est dans la m....

Portrait de Cortex
29/novembre/2021 - 10h02
croco666 a écrit :

@kennynos Je te comprends et moi même comme je l'ai dit à maintes reprises, je ne suis pas favorable au pass sanitaire. Mais tu ne te rends pas compte qu'il y a des gens, beaucoup plus âgés que toi, qui vont prendre la décision de ne pas se faire vacciner, parce qu'ils vont lire ici et là des fakenews qu'ils vont prendre au 1er degré et qu'ils ne vont pas comprendre que c'était de l'ironie.

Ce sera leur choix. Ils sont adultes. S'ils sont normalement constitué, ils ont leur libre-arbitre sinon, ce ne serait que des moutons.

Portrait de Cortex
29/novembre/2021 - 09h59
COLIN33 a écrit :

Vaccin pour tous!!! les réfractaires endurcis, accès interdit dans les grandes surfaces, festivités diverses etc. même si ils ont fait un test, nos dirigeants politiques doivent avoir des c.....es pour imposer le vaccin.......

Je ne suis pas et je ne me ferai pas vacciner. Je ne suis pas anti-vax, ça ne me gène en rien que tous ceux qui le souhaitent se fasse vacciner. Grand bien leur fasse.

Mais moi, étant non vacciné, je respecte scrupuleusement TOUS les gestes barrières. Je ne me relâche en rien contrairement à ce qu'on peut voir chez la plupart des vaccinés !

Les festivités diverses, les restaurants, les cinémas, etc.. ça fait bien longtemps que je m'abstiens pour le plus grand plaisir de mon banquier.

En revanche, vous ne m'empêcherez jamais d'aller faire mes courses pour me nourrir. Ici nous sommes en France hein , pas dans je ne sais quelle dictature. Je sais que vous avez du mal avec ça, mais la liberté n'est pas un vain mot smiley

Portrait de kennynos
29/novembre/2021 - 09h43
croco666 a écrit :

@kennynos Que tu ne veuilles pas te faire vacciner parceque tu as 29 ans, je le comprends, mais ce n'est pas une raison pour dire n'importe quoi ! Tu es contre le gouvernement qui voudrait te pousser à te faire vacciner mais toi tu fais pareil dans l'autre sens, en voulant dissuader les gens qui te lisent de se faire vacciner, en disant des âneries. Les milliers de personnes qui sont actuellement hospitalisées pour covid, et y compris des jeunes, je ne pense pas qu'ils ont juste une narrine bouchée. Non seulement cette remarque est idiote, mais en plus c'est un énorme manque de respect pour ces milliers de personnes actuellement hospitalisées et pour les dizaines de personnes chaque jour qui meurent du Covid.

ce gouvernement et plein de gens manipulables veulent ruiner notre vie tout ça parce qu'on évoque juste le droit de disposer de notre propre corps

J'estime qu'ironiser sur la situation c'est bien peu comparé à la haine/le sadisme qu'on peut observer chez les pro vax.

Portrait de kennynos
29/novembre/2021 - 09h39
COLIN33 a écrit :

Vaccin pour tous!!! les réfractaires endurcis, accès interdit dans les grandes surfaces, festivités diverses etc. même si ils ont fait un test, nos dirigeants politiques doivent avoir des c.....es pour imposer le vaccin.......

On ne cédera pas, on a des convictions nous

c'est pas en nous empêchant de boire un coca en terasse qu'on cède comme des petites marionnettes. On vit très bien de manière parallèle

 

fêtes entre nous

sport en pleine nature

soirées film chez soi entre potes

petit rencard dans un parc tranquille

vous ne nous aurez pas smiley maintenant rage bien et prépare toi à tes 45 doses.smiley

Portrait de COLIN33
29/novembre/2021 - 08h50 - depuis l'application mobile

Vaccin pour tous!!! les réfractaires endurcis, accès interdit dans les grandes surfaces, festivités diverses etc. même si ils ont fait un test, nos dirigeants politiques doivent avoir des c.....es pour imposer le vaccin.......

Portrait de kennynos
29/novembre/2021 - 08h35

on risque d'avoir les 2 narines bouchées au lieu d'une, VITE MA DOSE!