20/11 07:46

Les trois policiers mis en cause dans l'affaire de l'interpellation violente de Théo Luhaka, en février 2017 à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) seront jugés aux assises

Les trois policiers mis en cause dans l'affaire de l'interpellation violente de Théo Luhaka, en février 2017 à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) seront jugés aux assises, après le rejet de leur appel, a-t-on appris jeudi. Les trois agents espéraient être présentés devant un tribunal correctionnel, mais leur appel de la décision de la juge d’instruction de Bobigny a donc finalement été rejeté.

La victime étant désormais handicapée à vie, les policiers seront jugés par une cour d'assises, juridiction pénale compétente pour juger les crimes.

La date du procès n'est en revanche pas encore connue. Le principal accusé, âgé de 31 ans, est notamment renvoyé pour violences volontaires ayant entraîné une mutilation ou une infirmité permanente chez la victime. Les deux autres, 28 et 39 ans, devront répondre de violences volontaires avec plusieurs circonstances aggravantes.

Un quatrième policier, témoin de la scène, a par ailleurs bénéficié d'un non-lieu. L'affaire avait eu un fort écho médiatique dans le pays.

Les images de vidéosurveillance avaient montré la tentative d’immobilisation des policiers sur Théo, qui avait essayé de se débattre avant de s’effondrer. Le jeune homme avait ensuite été déplacé à quelques mètres, hors du champ de la caméra.

Âgé de 22 ans à l’époque de l’agression, Théo avait notamment reçu un coup de matraque télescopique au niveau du sphincter anal. Faute d'éléments suffisants, la qualification de «viol aggravé» n’a pas été retenue par le parquet.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Bob28
20/novembre/2021 - 09h59

Le fait qu'ils soient jugés "aux assises" est une provocation envers Théo qui lui ne peut plus s'y mettre.

Portrait de COLIN33
20/novembre/2021 - 08h21 - depuis l'application mobile

La justice est faite pour tous !