20/11 17:31

Italie: Une vive polémique éclate autour de la nomination de plusieurs hauts responsable de la radio-télévision publique - Découvrez pourquoi !

Une vive polémique a éclaté en Italie autour de la nomination de plusieurs hauts responsable de la radio-télévision publique, la RAI, régie par un partage des postes négocié entre les partis politiques. "Les nominations au sein de la RAI, au-delà des qualités professionnelles spécifiques des directeurs choisis (...) ont été faites sur la base d'indications politiques précises", a dénoncé la sénatrice Loredana De Petris, du petit parti de gauche LEU et membre de la Commission de contrôle de la RAI.

Plusieurs dirigeants viennent d'être nommés par le directeur-général de la RAI, dont les directeurs des trois principaux journaux télévisés. Le système de nominations à la RAI, en vigueur depuis des décennies, est régulièrement critiqué par le perdant du jour. Giuseppe Conte, ex-chef du gouvernement et actuel leader du Mouvement 5 Etoiles (M5S, anti-système), a ainsi menacé mercredi soir de boycotter la RAI, accusant le patron de la TV publique d'avoir "choisi d'exclure uniquement" son parti des discussions sur les nominations.

Cette habitude de nommer à des postes de direction des journalistes proches de tel ou tel parti "date de la moitié des années 80", a expliqué à l'AFP Marco Marturano, expert en médias et professeur itinérant dans plusieurs universités italiennes. A l'époque, le Parti communiste (PCI), qui semblait condamné à rester dans l'opposition, avait obtenu la troisième chaîne de la RAI, les deux premières étant réservées à la majorité gouvernementale. Par la suite les héritiers du PCI arrivèrent au pouvoir et ce schéma sauta, enregistrant des fluctuations diverses au gré des diverses majorités.

"Aujourd'hui, avec le gouvernement de Mario Draghi qui est une anomalie absolue, un président de conseil technocrate avec dans son gouvernement pratiquement tous les partis politiques, il est évident que la gestion de la RAI a également changé", a estimé M. Marturano. "L'Italie représente un cas, une anomalie, du moins en ce qui concerne l'Europe occidentale et les Etats-Unis, même si dans ces pays aussi la géographie politique influence la nomination des responsables" des médias publics, a-t-il nuancé.

"Nous devrions essayer, dans le cadre de tous les changements initiés par le gouvernement Draghi, de changer également le schéma" des nominations, les dernières en date étant "bonnes sur le fond", les journalistes en question étant unanimement appréciés pour leurs qualités professionnelles, mais pas sur la forme car faites selon les vieilles habitudes, a conclu M. Marturano. La RAI, qui compte une douzaine de chaînes, dont trois généralistes, emploie environ 11.500 personnes pour un chiffre d'affaire de 2,36 milliards d'euros en 2020.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Enjoyyourlife
20/novembre/2021 - 18h13

Article p*taclic, et sans intérêt. Qu'est ce qu'on s'en fout sérieusement ? A quand les prochains scoops de qui sera en tête des élections selon vos prédictions à deux balles basées sur 100 personnes ?