13/11 07:31

Le rédacteur en chef d'un site d'information singapourien suspendu risque la prison après avoir été reconnu coupable vendredi de diffamation à l'égard de ministres

Le rédacteur en chef d'un site d'information singapourien suspendu risque la prison après avoir été reconnu coupable vendredi de diffamation à l'égard de ministres du gouvernement, à la suite de la publication sur le site d'une lettre faisant état de corruption. Cette affaire alimente les inquiétudes concernant la détérioration de la liberté de la presse dans un pays où les autorités sont accusées de faire taire les dissidents. Le site web, The Online Citizen, était depuis longtemps dans le collimateur du gouvernement et a finalement vu sa licence annulée le mois dernier pour n'avoir pas déclaré ses sources de financement. Son rédacteur en chef, Terry Xu, avait publié une lettre faisant état "de corruption aux plus hauts échelons", selon des rapports judiciaires.

L'homme de 39 ans, qui sera condamné le mois prochain, risque jusqu'à deux ans de prison et une amende pour avoir validé cette publication en 2018. L'auteur de la lettre, Daniel De Costa Augustin, 38 ans, a également été reconnu coupable de diffamation et d'infraction aux lois sur la criminalité informatique pour l'avoir envoyée depuis le compte de messagerie d'une autre personne sans son consentement.

Il risque jusqu'à deux ans de prison pour chaque chef d'accusation. L'affaire reposait sur la question de savoir s'il est autorisé d'"utiliser des plates-formes en ligne comme un moyen insidieux de lancer des attaques non fondées contre d'autres personnes", ont déclaré les procureurs.

"Cette affaire ne concerne pas, et n'a jamais concerné la liberté d'expression ou la nécessité de demander des comptes au gouvernement", ont-ils ajouté, selon les rapports. Terry Xu a fait valoir au cours du procès que la lettre ne faisait pas référence à des membres individuels du cabinet, ont rapporté les médias locaux. Il a déclaré à l'AFP qu'il s'agissait d'un "jugement décevant de la part du tribunal" et qu'il avait l'intention de faire appel.

Daniel Bastard, de l'organisation de défense des médias Reporters sans frontières, a déclaré que le traitement réservé à Terry Xu "constitue clairement une persécution". Cette affaire "enverra inévitablement un message terrible et effrayant à tous les autres journalistes indépendants de la ville-État", a-t-il déclaré à l'AFP.

Ailleurs sur le web

Vos réactions