19/10 14:31

Le tribunal ordonne l'audition de l'ancien président Nicolas Sarkozy comme témoin au procès des sondages de l'Elysée

Le tribunal a ordonné ce mardi l'audition de l'ancien président Nicolas Sarkozy comme témoin au procès des sondages de l'Elysée, un dossier dans lequel il n'est pas poursuivi car couvert par son immunité présidentielle. Cité au procès par l'association Anticor, partie civile, l'ex-chef d'Etat avait indiqué dans une lettre qu'il n'entendait pas venir témoigner. Mardi, le tribunal a cependant "ordonné que ce témoin soit amené devant lui par la force publique pour qu'il soit entendu le 2 novembre". 

Le tribunal « considère qu’il résulte de l’ordonnance dont il est saisi que le témoignage de Nicolas Sarkozy est effectivement (...) nécessaire à la manifestation de la vérité » et qu’il est « susceptible d’avoir une influence sur les faits reprochés aux prévenus », a souligné mardi le président du tribunal. Selon la Constitution française, le président de la République est couvert par une immunité pour les actes accomplis au cours de son mandat, mais le texte suprême « ne fait nullement obstacle à ce qu’un ancien président soit entendu en qualité de témoin », a rappelé le magistrat, qui a aussi cité la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH) concernant les droits de la défense des prévenus.

Interrogé sur cette décision, l’entourage de Nicolas Sarkozy n’a pas souhaité s’exprimer « à ce stade ». Déjà cité au cours de l’instruction en 2016 par Anticor, Nicolas Sarkozy avait refusé de venir et le juge d’instruction chargé à l’époque du dossier, Serge Tournaire, avait alors estimé que l’y contraindre serait « disproportionné ».

Lundi, le Parquet national financier (PNF), qui représente l’accusation à ce procès, avait estimé que « la position du juge d’instruction » était « une position de bon sens et de sagesse », ajoutant « s’en remettre » au tribunal concernant un éventuel recours à la force publique. Cinq anciens proches de Nicolas Sarkozy, dont l’ex-secrétaire général de la présidence Claude Guéant, sont jugés pour des soupçons de favoritisme et de détournement de fonds publics autour de contrats de conseil et de sondages entre 2007 et 2012. Le procès doit durer quatre semaines.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Tomy-Rose
20/octobre/2021 - 09h12

Justice de gauchistes à vomir, personne n'a jamais été convoqué ainsi dans une procédure à part dans les dictatures, on est dans l'abus de droit total. Vivement un énorme et violent coup de balai dans tout cet indigne gruyère socialiste.

Portrait de KERCLAUDE
20/octobre/2021 - 07h44

Encore une convocation ..... étonnant il n'a jamais rien fait....

Portrait de COLIN33
19/octobre/2021 - 21h55 - depuis l'application mobile

Bonne décision ! a force de le travailler souhaitons qu'il le coince une fois pour toute, avec son air de nigot, ses tics on le sent vraiment pas net.....mais il bénéficie de "protections divines"

Portrait de Chros65
19/octobre/2021 - 17h16 - depuis l'application mobile
geneva a écrit :

On a toujours l'impression que ce n'est pas de sa faute. "C'est pas moi, m'sieur ! J'y étais pas ! Je sais rien !"... Mais qu'il aille s'expliquer, au moins on aura l'impression qu'il soutient les personnes impliquées et qui travaillaient POUR LUI !

Il est attendu le 2 novembre au tribunal ! j'espère qu'il n'avait pas piscine !!!! smileysmiley

Il va encore passer entre les gouttes !!

Portrait de stbx00
19/octobre/2021 - 16h57
alekine agnostique a écrit :

Donc maintenant c'est l'humiliation. Vu qu'il est couvert par son immunité, il n'a pas à se déplacer, il ne va rien dire.

Il faut vraiment faire un nettoyage des écuries d'Augias.

Pfff ces juges font vraiment n'importe quoi alors qu'il aurait suffit qu'ils vous consultent pour que vous leur donniez des cours de droit !!!

Portrait de MICMAH458
19/octobre/2021 - 16h28

Convoqué devant le tribunal, même s'il ne risque rien, c'est très bien : ce genre de type ne peut pas toujours se planquer derrière les sous-fifres, même si c'est facile pour lui.

Portrait de geneva
19/octobre/2021 - 16h01

On a toujours l'impression que ce n'est pas de sa faute. "C'est pas moi, m'sieur ! J'y étais pas ! Je sais rien !"... Mais qu'il aille s'expliquer, au moins on aura l'impression qu'il soutient les personnes impliquées et qui travaillaient POUR LUI !

Il est attendu le 2 novembre au tribunal ! j'espère qu'il n'avait pas piscine !!!! smileysmiley

Portrait de nebuleuse75
19/octobre/2021 - 15h25 - depuis l'application mobile

Quel bonheur...De voir ce lascar entre deux flics avec les bracelets et une couverture sur la tête !!!

Portrait de blagounette
19/octobre/2021 - 14h45

C'est honteux. Ils veulent sa peau comme ils ont eu celle de Bernard Tapie. Ils veulent l'emmerder jusqu'au bout. La justice est vraiment de l'injustice et donne envie de vomir.