07/10 15:31

Les établissements scolaires invités à rendre hommage le 15 octobre à Samuel Paty, un an après son assassinat pour avoir montré en classe des caricatures de Mahomet

Les établissements scolaires sont invités par le ministère de l'Education nationale à rendre hommage le 15 octobre à l'enseignant d'histoire-géographie Samuel Paty, un an après son assassinat pour avoir montré en classe des caricatures de Mahomet. "Les écoles et établissements pourront notamment organiser une minute de silence en mémoire de Samuel Paty, et consacrer une heure de cours à un temps d'hommage et d'échanges, dont le contenu sera laissé au choix des équipes en fonction de leur situation respective", est-il écrit jeudi sur le site Eduscol, qui fournit des contenus pédagogiques aux enseignants.

La commémoration de l'assassinat de Samuel Paty "est l'occasion d'un temps de réflexion et d'échanges avec les élèves. Ce temps pourra notamment prendre la forme, à partir du cycle 3 [CM1, CM2, 6e] d'une séquence spécifique sur la construction de l'esprit critique, ainsi que sur le métier de professeur, son rôle et sa légitimité", selon le texte. Un courrier du ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer a été envoyé aux recteurs d'académie à ce sujet mercredi soir. Le contenu de cette heure de cours "dépendra de l'âge des élèves. Pour des élèves assez jeunes, ça sera plutôt des choses du type : +Quel est la place du professeur pour vous?+ (...) Plus l'élève est grand, plus c'est facile de parler d'esprit critique", précise le ministère, soulignant qu'"en général, c'est à partir du CP qu'on peut faire ce genre d'hommage". Afin d'accompagner les professeurs dans la mise en place d'une séquence d'échanges et de réflexion avec leurs élèves, des pistes et des documents sont mis à disposition sur la plateforme Eduscol. Pour "lancer la discussion", "des documents (poésies, discours, littérature, textes de réflexion et documents iconographiques) accompagnés de pistes d'analyse et de propositions d'activités en lien avec la liberté d'expression, les valeurs de la République et le rôle de l'École peuvent aussi servir de supports pour cette séance".

Selon Eduscol, "une vidéo hommage de Robert Badinter sur la laïcité, la lettre de Jean-Jaurès aux professeurs, les vidéos présentant les valeurs de la République pourront constituer des supports pour entrer dans les échanges avec les élèves". La décapitation de Samuel Paty, 47 ans, le 16 octobre 2020 près de son collège de Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines) par Abdoullakh Anzorov qui lui reprochait d'avoir montré des caricatures de Mahomet à ses élèves, avait suscité une émotion considérable.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Valentin130598
7/octobre/2021 - 19h20

Je sens que certains élèves se moqueront ou hurleront des allah ouakbar ou sur le coran sa mère!

Portrait de alex t'es rieur
7/octobre/2021 - 17h35

Mort sur un mensonge!

en plus!!

déjà que sa mort était choquante pour le vrai motif!!!

 

Vive le blasphème et l'apostasie! 

On peut et doit absolument blasphémer Dieu qui s'il existe n'en a strictement rien à faire...

On peut nier son existence, l'injurier, changer de religion, refuser de croire, etc etc etc...

et pour cause il ou elle (car on ignore si sexué.e ou non et son sexe) est au dessus de tout ça.

Portrait de Odile75015
7/octobre/2021 - 15h46

On va annoncer quelques centaines d'incidents, "isolés".. mais en réalité, la majorité des professeurs ne vont rien faire, sauf les petites villes ou dans les campagnes, les endroits où l'immigration et l'islamisme n'ont pas pris le dessus sur les consciences. Sinon, dans le 93, je vous parie que pratiquement aucun collège, lycée... ne rendront un hommage. Chaque professeur est maintenant tétanisé. J'ai un ami professeur d'histoire géo qui s'est reconverti l'année dernière. il enseignait à Melun. Impossible de parler dans la classe la décapitation de Samuel Paty par un islamiste. Comme si on voulait rendre hommage à un juif dans l'Allemagne nazie. Certains élèves l'ont menacé "en rigolant" que ce serait bientôt son tour ! La directrice n'a pas voulu de vague et il s'est mis en congés maladie durant 2 mois. Il a décidé de quitter l'enseignement et il s'est fait financer une reconversion.