15/09 11:02

Une enquête ouverte après la diffusion sur les réseaux sociaux d'une vidéo montrant l'agression sexuelle d'une jeune femme en pleine rue à Tanger, au nord du Maroc

Une enquête a été ouverte après qu'une vidéo montrant l'agression sexuelle d'une jeune femme en pleine rue à Tanger (nord du Maroc) a fait le tour des réseaux sociaux, a-t-on appris de source policière.

L'agresseur présumé "a été identifié et est en fuite", a indiqué cette source à l'AFP.

L'auteur présumé de la vidéo, un mineur de 15 ans, a quant à lui été interpellé, selon la source policière. Il a été placé en garde à vue tandis que l'enquête se poursuit pour appréhender le principal suspect.

Les images virales montrent un individu qui marche derrière une jeune femme et lui soulève la robe, lui touchant les fesses, en plein jour dans un quartier de la ville de Tanger, avant de s'enfuir en courant sur fond sonore de ricanements de l'auteur de la vidéo.

Cette agression sexuelle "n'a pas fait l'objet de notice ou de plainte de la part de la victime", a ajouté la source policière.

"La lutte contre l'impunité des agresseurs doit être érigée en priorité, seule manière d'encourager les victimes à rompre le silence", a réagi mardi sur Twitter la présidente du Conseil national des droits de l'Homme (CNDH), Amina Bouayach.

Ces dernières années, des cas d'agressions sexuelles filmées ont défrayé la chronique au Maroc tandis que des associations de droits humains et les médias tirent régulièrement la sonnette d'alarme sur les violences subies par les femmes, en particulier le harcèlement de rue.

En 2018, après plusieurs années de vifs débats, une loi contre les violences faites aux femmes est entrée en vigueur. Pour la première fois, elle rend passible de peines de prison des actes "considérés comme des formes de harcèlement, d'agression, d'exploitation sexuelle ou de mauvais traitement".

Le texte a toutefois été jugé "insuffisant" par les mouvements de défense des droits des femmes, qui appellent à plus de fermeté face à ce fléau.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de JC732
15/septembre/2021 - 18h00
seb2746 a écrit :

Rappel des chiffres : 94% des viols en 2020 sont de la famille proche...

Seb tu es vraiment incorrigible. Tu défendrais ces gens la jusqu’à l’absurde. Ou alors tu fais partie de leur communauté. Personne ne dit que les "blancs" ne commettent pas d'incivilités, agressions ou vols.. Et nous ne les défendons pas. Alors pourquoi ceux qui en commettent le plus devraient-ils  être mieux traités que les autres? Et c'est systematiquement ce que tu fais. Même un gauchiste pourrait le comprendre.

Portrait de djbaxter
15/septembre/2021 - 14h37
seb2746 a écrit :

Rappel des chiffres : 94% des viols en 2020 sont de la famille proche...

Rappel des chiffres du service statistique du ministère de l'intérieur : dans les transports en commun d'Île-de-France, 93% des viols et 63% des agressions sexuelles sont commis par des étrangers.

Dans un rapport parlementaire Français de mars 2021, les chiffres du Parquet de Paris indiquent que les MNA (migrants présumés mineurs, essentiellement Marocains et Algériens)  représentent 30% des cambriolages, 44% des vols à la tire, 32% des vols avec violence. Un acte de délinquance sur 2 est de leur fait.

Dans le rapport gouvernemental de la Suède d'il y a une semaine, les viols et tentatives de viols sont commises à +85% par des étrangers, répartis en 3 tiers à peu près équivalents : Afrique du Nord, reste de l'Afrique, Asie mineure dont l'Afghanistan.

Portrait de seb2746
15/septembre/2021 - 13h18
Odile75015 a écrit :

Idem en France, on sait de qui ça vient les agressions sexuelles pour la majorité des cas. Dans la rue, chauffeurs UBER... Tous des Suédois catholiques bien sûr ! Et pas une féministe pour le dénoncer. De peur d'être traitée de raciste... pas de vague. Encore des toujours. 

par contre si c'est un blanc alors là, les politiques, les médias... dévoilent même son nom ! 

Rappel des chiffres : 94% des viols en 2020 sont de la famille proche...

Portrait de Odile75015
15/septembre/2021 - 11h49

Idem en France, on sait de qui ça vient les agressions sexuelles pour la majorité des cas. Dans la rue, chauffeurs UBER... Tous des Suédois catholiques bien sûr ! Et pas une féministe pour le dénoncer. De peur d'être traitée de raciste... pas de vague. Encore des toujours. 

par contre si c'est un blanc alors là, les politiques, les médias... dévoilent même son nom !