10/09 07:16

Le tribunal judiciaire de Paris se prononcera le 8 octobre sur la procédure d'urgence pour bloquer les principaux sites pornographiques trop facilement accessible

Le tribunal judiciaire de Paris se prononcera le 8 octobre sur la procédure d'urgence intentée par deux associations de protection de l'enfance pour obtenir des principaux fournisseurs d'accès à Internet qu'ils bloquent des sites pornographiques, au motif que les mineurs peuvent trop facilement y accéder. Les sites comme PornHub, Tukif, XNXX, xHamster, xvideos, Redtube et YouPorn ne vérifient pas l'âge des internautes ou se contentent au mieux de leur demander de cocher une case pour attester qu'ils sont majeurs, ont plaidé les représentants de ces associations, e-Enfance et la Voix de l'enfant, lors d'une audience en référé jeudi.

"Le seul et unique moyen de protéger les mineurs est de demander à la justice de faire fermer ces sites internet et qu'elle impose cette décision de blocage aux FAI (fournisseurs d'accès à Internet)", a martelé l'avocat des associations, Me Laurent Bayon, réclamant une "décision rapide et effective".

Le code pénal interdit l'accessibilité aux mineurs des contenus pornographiques, et depuis 2020 la loi précise que les sociétés concernées ne peuvent s'exonérer de leurs responsabilités en se contentant de demander à un internaute s'il est majeur, a fait valoir l'avocat.

De leur côté, les avocats des FAI (tels qu'Orange, SFR, Bouygues, Free...) ont affirmé à l'audience que leurs clients étaient "proactifs" pour empêcher l'accès des mineurs à la pornographie. "Nous ne sommes pas hostiles à l'action engagée et appliquerons toute mesure de blocage", a indiqué Me Pierre-Olivier Chartier, avocat de SFR.

Pour la représentante du parquet, Florence Lifchitz, "sans une action notable, la situation ne pourra que s'aggraver".

"Les contenus pornographiques se trouvent par l'intermédiaire des smartphones dans toutes les poches", a-t-elle observé, évoquant la "protection impérative" due aux mineurs. Une loi adoptée en 2020 a confié au président du Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) le pouvoir d'intervenir auprès des éditeurs ou hébergeurs de sites, pour leur demander d'agir en faveur de la protection des mineurs. Mais son décret d'application n'a pas encore été publié.

Interrogé par l'AFP, le cabinet du secrétaire d'Etat chargé de la protection de l'enfance, Adrien Taquet, a indiqué qu'il le serait "dans les prochaines semaines".

En février, le gouvernement a lancé un portail Internet, jeprotegemonenfant.gouv.fr, pour aider les adultes à mieux protéger leurs enfants contre la pornographie en ligne, un phénomène qui concerne une part alarmante des mineurs. Selon un sondage de 2018, près d'un tiers des jeunes ont déjà vu du porno avant 12 ans, plus de 60% avant 15 ans et 82% avant 18 ans.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de djbaxter
10/septembre/2021 - 15h18

Le code pénal interdit d'égorger et pourtant les couteaux sont en vente libre, le code d'entrée et de séjour des étrangers interdit de rentrer illégalement sur notre territoire et pourtant on donne même le fric de nos impôts et taxes aux clandestins pour qu'ils restent chez nous.

Ils n'ont pas inventé l'eau chaude et ils ont un problème du sens des priorités en prime.

Portrait de dadouronron
10/septembre/2021 - 10h03 - depuis l'application mobile

sauf qu'une fois de plus ces assocs arrivent après la bataille. Les jeunes qui ont plus d'un neurone savent déjà comment contourner le problème. Allez... je vous donne un indice qui tient en 3 lettres : DNS.
Ça va juste embeter monsieur michu qui va se faire un p'tit kif une fois bobonne couchée....

Portrait de dadouronron
10/septembre/2021 - 10h03 - depuis l'application mobile

sauf qu'une fois de plus ces assocs arrivent après la bataille. Les jeunes qui ont plus d'un neurone savent déjà comment contourner le problème. Allez... je vous donne un indice qui tient en 3 lettres : DNS.
Ça va juste embeter monsieur michu qui va se faire un p'tit kif une fois bobonne couchée....

Portrait de remarques
10/septembre/2021 - 08h50

Il est temps de se réveiller, ca baille ! Cela fait presque quinze ans que c'est comme cela !

Pas étonnant que le réveil est dur, dur...très dur pour le reste.smiley