30/08/2021 15:00

EN DIRECT - Afghanistan - L'Etat islamique revendique l'attaque aux roquettes de ce matin contre l'aéroport de Kaboul - Les évacuations se poursuivent annoncent les USA

14h57: Des roquettes ont été tirées lundi matin vers l'aéroport de Kaboul, à la veille du départ prévu d'Afghanistan, après 20 années de présence, de l'armée américaine qui procède à ses dernières évacuations sous la menace d'attentats du groupe jihadiste Etat islamique. L'EI a d'ailleurs revendiqué cette attaque plus tard dans la journée lundi.

13h33: Le Kremlin a accueilli lundi favorablement la proposition du président français Emmanuel Macron de créer une zone sécurisée dans la capitale afghane pour la poursuite d’opérations humanitaires. « Bien évidemment, il faut discuter de cette proposition », a indiqué le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov, lors de son briefing téléphonique quotidien avec la presse.

« Il est très important d’évoquer toutes les modalités d’une telle zone, de ce régime, mais il faut avant tout comprendre la position des talibans au sujet de cette idée », a-t-il poursuivi. La France et le Royaume-Uni vont plaider lundi à l’ONU pour la création à Kaboul de cette « safe zone », a déclaré Emmanuel Macron dans une interview au Journal du Dimanche, un projet qu’il a jugé « totalement réalisable ».

Entamées il y a deux semaines avec la prise de Kaboul, les opérations d’évacuation des Afghans fuyant le régime taliban touchent à leur fin à l’aéroport, à l’approche de la date butoir du 31 août prévue pour le retrait des soldats américains. Les autorités russes, qui ont évacué quelques centaines de personnes, ont adopté une attitude conciliante à l’égard des talibans, reconnaissant leur victoire tout en les appelant à un « dialogue national » pour former un gouvernement représentatif.

La Russie s’inquiète cependant pour la sécurité des ex-républiques soviétiques d’Asie centrale, limitrophes de l’Afghanistan. Moscou craint en particulier un afflux de réfugiés pouvant déstabiliser la région, l’arrivée parmi eux de combattants jihadistes et une résurgence du trafic d’opium et d’héroïne.

11h13: Le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell a plaidé lundi en faveur d’une aide financière aux pays limitrophes de l’Afghanistan qui risquent de devoir accueillir de très nombreux réfugiés fuyant les talibans. « En ce qui concerne les questions relatives à l’Afghanistan, nous devrons renforcer la coopération avec les pays limitrophes. Nous devons les aider face à la première vague de réfugiés », a déclaré M. Borrell dans une interview au quotidien italien Corriere della Sera.

« Les Afghans qui fuient n’arrivent pas tout de suite à Rome, mais plus vraisemblablement à Tachkent. Les pays en première ligne doivent être aidés », a-t-il insisté. Interrogé par le quotidien, M. Borrell a très clairement indiqué que les pays limitrophes de l’Afghanistan seraient aidés financièrement.

« La capacité de l’Europe d’accueillir (des réfugiés, ndlr) a des limites et sans une forte coopération on ne peut rien faire. Les pays limitrophes seront impliqués davantage et avant l’Europe. Donc oui: cela veut dire également offrir à ces pays un soutien financier comme nous l’avons fait avec la Turquie » en 2016 pour lui permettre de faire face à l’arrivée de réfugiés syriens. Les événements en Afghanistan montrent par ailleurs, selon M. Borrell, la nécessité pour l’Europe de renforcer son « autonomie stratégique » militaire et de réduire sa dépendance par rapport aux Etats-Unis dans ce domaine.

« Nous proposons la création d’une "force de première entrée" européenne qui pourrait intervenir rapidement dans les situations de crise. L’Union européenne doit être en mesure de protéger ses intérêts quand les Américains ne veulent pas être impliqués », a-t-il dit.

« Notre force de première entrée devrait être composée de 5.000 hommes mobilisables rapidement », a-t-il précisé. Le projet est en discussion entre les ministres de la Défense de l’UE, mais M. Borrell est convaincu qu’il aboutira.

08h03: Le président américain Joe Biden a été informé d'une attaque de roquettes à l'aéroport de Kaboul et les évacuations se poursuivent «sans interruption», a annoncé lundi sa porte-parole à la Maison blanche, Jen Psaki. «Le président a reconfirmé aux commandants l'ordre de redoubler d'efforts afin de faire en priorité tout ce qui est nécessaire pour protéger nos forces sur le terrain», a-t-elle ajouté.

Il reste 300 Américains au plus à évacuer du pays, a déclaré dimanche le secrétaire d'État américain Antony Blinken. «Nous travaillons sans relâche ces heures-ci et ces jours-ci pour les sortir de là», a-t-il dit sur la chaîne ABC, à 48 heures de la date butoir du retrait américain. Environ 114.400 personnes dont près de 5.500 citoyens américains ont été évacuées d'Afghanistan par un gigantesque pont aérien depuis le 14 août, à la veille de la prise de Kaboul par les talibans.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Reda 93
30/août/2021 - 09h03

Ils ont toujours pas compris,

Daech et Taliban c'est les mêmes !