30/07 18:02

A l'exception des cerises, rares sur les étals à cause du gel, la plupart des fruits et légumes vendus en France sont revenus à des niveaux proches d'avant la pandémie

A l'exception des cerises, rares sur les étals à cause du gel, la plupart des fruits et légumes vendus en France sont revenus à des niveaux proches d'avant la pandémie, calcule l'association Familles rurales dans son observatoire annuel.

"Après une année 2020, record en termes de prix, la plupart des produits de notre panier retrouvent des valeurs proches de celles relevées en 2019", rapporte l'association de défense des consommateurs dans un dossier de presse.

"Hors cerises, les prix ont globalement baissé de -8% entre juin 2020 et juin 2021 (-4% pour les fruits et -11,5% pour les légumes)", selon Familles rurales.

Dans le détail, les prix des fruits bio ont globalement baissé de 5%, ceux en conventionnel de 3%.

Les abricots - qui ont aussi souffert du gel - et les pommes connaissent une hausse marquée en conventionnel (respectivement +18% et +9%). A l'inverse, le melon recule de 21%.

Quant aux légumes, les bio ont baissé de 5%, les conventionnels de 18%. 

Familles rurales a réalisé 111 relevés de prix du 15 au 30 juin dans des hypermarchés, supermarchés, magasins type hard discount et enseignes bio, via une équipe de 83 "veilleurs consommation" dans 38 départements.

Son calcul est basé sur un panier de huit fruits (pomme, melon, abricot, fraise, pêche, banane, citron, pastèque) et dix légumes (aubergine, carotte, courgette, haricot vert, laitue, poivron vert, pomme de terre, tomate grappe, concombre, oignon jaune).

Devant certains prix qui "atteignent des sommets" et les contraintes de pouvoir d'achat, l'association suggère de favoriser les produits "qui demeurent accessibles au plus grand nombre" (carottes, courgettes, bananes, concombres...) et de ne "surtout pas renoncer à une alimentation saine".

Familles rurales appelle aussi les pouvoirs publics à instaurer un chèque "fruits et légumes" pour les plus modestes.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Euskal Herria
31/juillet/2021 - 00h22

Cette année sera une année sans fruit. Car pour la plupart, ils sont insipides ou trop amers ou trop acides, ils pourrissent après seulement 2 à 3 jours de conservation. Je n'en achète plus, on verra ça pour l'an prochain en espérant que l'année à venir sera meilleure.

Portrait de TROLLITATOR5
30/juillet/2021 - 21h12
ledir a écrit :

C'est inrayable le prix des fruits et légumes en ce moment,  après le gel du printemps,beaucoup d'agriculteur ont reçu des aides, malgré celà les prix de vente ont doublés. Le beurre et l'argent du beurre.

Sauf que ce ne sont pas les agriculteurs qui ont touchés des aides qui font les prix mais bien l'offre et la demande.  

Si la cerise est en hausse c'est que toute la filière européenne a souffert du gel en fleurs alors que le Melon baisse car en surabondance. 

 

Portrait de Enigma
30/juillet/2021 - 20h16
Marttin Achier a écrit :

Où habitez-vous ? Chez moi tout est normal..

L'Agriculture Française ne peut pas exister sans aide financière de l'État ou de l'Europe, c'est un fait.Chez moi, beaucoup de fruits sont extrêmement onéreux : cerises, abricots, fruits rouges, brugnons ou nectarines et cetera. La différence malheureusement entre les fruits importés et locaux / nationaux est non négligeables malheureusement. Comment faire alors ?

Portrait de ledir
30/juillet/2021 - 18h54

C'est inrayable le prix des fruits et légumes en ce moment,  après le gel du printemps,beaucoup d'agriculteur ont reçu des aides, malgré celà les prix de vente ont doublés. Le beurre et l'argent du beurre.