13/06 12:05

"De tous les risques" liés à la crise du Covid, "le risque politique" paraît le plus dangereux à l'ancien Premier ministre Edouard Philippe, pas certain que "les prochains" à exercer le pouvoir "soient aussi éclairés" qu'actuellement

"De tous les risques" liés à la crise du Covid, "le risque politique" paraît le plus dangereux à l'ancien Premier ministre Edouard Philippe, pas certain que "les prochains" à exercer le pouvoir "soient aussi éclairés" qu'actuellement, affirme-t-il dans un documentaire.

"Le risque sanitaire, je pense que ça finira par aller", prédisait M. Philippe en avril 2020, dans le troisième volet du documentaire "Edouard mon pote de droite", diffusé dimanche en avant-première au Fipadoc de Biarritz et prochainement sur France 5. "Le risque économique, le risque financier", aussi. "Mais alors le risque politique ! Vu l'appauvrissement, la peur, les déstabilisations... je ne garantis pas que les prochains soient aussi éclairés", s'inquiétait-il, au coeur du premier confinement.

Dans ce film de près de trois heures réalisé par son ami Laurent Cibien et intitulé "Aux manettes", M. Philippe revient sur ses trois années à Matignon, à travers des conversations régulières dans son bureau qui permettent de capter l'atmosphère du moment, les doutes et enjeux entourant certaines grandes décisions. "Ici tu gères le monde imparfait", explique-t-il ainsi en 2018 à M. Cibien, qui suit son parcours depuis près de vingt ans. Mais "ce qui me plaît fondamentalement dans l'acte de gouverner est d'être dans la situation où c'est toi qui t'y colle", ajoute-t-il.

Début novembre 2018, on voit également M. Philippe affirmer que la première manifestation des "gilets jaunes" ne l'"inquiète pas particulièrement", avant de rétropédaler sur la taxe carbone "parce qu'il fallait bien un geste d'apaisement", puis de lâcher plusieurs milliards pour calmer la colère. "Je ne suis jamais fan de mesures qui accroissent la dette. Il y a un moment où ça va nous coûter cher. Mais je ne suis pas un hystérique", glisse-t-il ainsi fin 2018, tout en confiant sa préoccupation de voir un jour la France dans la même situation financière que la Grèce. "Les gens qui disent le contraire, ce sont des mabouls", assène-t-il.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de gros ours
14/juin/2021 - 08h08
À mon humble avis a écrit :

J’aurais bien vu Édouard Philippe à la présidence 2022? il présente bien, et paraît sérieux et sans casseroles..

Entierement d'accord. Un homme qui considere que plus de 100 000 morts est un risque secondaire serait un digne successeur de Sa Majeste Macron Ier

Portrait de gros ours
14/juin/2021 - 08h03
JC732 a écrit :

Parce que ceux en place aujourd'hui le sont?  Merci Mr Philippe d'avoir éclairé ma lanterne. Cela ne m'avait pas sauté aux yeux.

Ils sont peut-être eclaires mais il n'y a pas la lumière a tous les etages.

Portrait de JC732
13/juin/2021 - 18h53
À mon humble avis a écrit :

J’aurais bien vu Édouard Philippe à la présidence 2022? il présente bien, et paraît sérieux et sans casseroles..

Le dalmatien du Havre? Non merci. On ne veut plus en voir un seul.

Portrait de bergil
13/juin/2021 - 17h19

"soient aussi éclairés qu'actuellement " , on est loin de ses déclarations de 2016 " Macron n'assume rien mais promet tout " !  

Portrait de JC732
13/juin/2021 - 13h19

Parce que ceux en place aujourd'hui le sont?  Merci Mr Philippe d'avoir éclairé ma lanterne. Cela ne m'avait pas sauté aux yeux.