11/06 17:31

Panne des numéros d'urgence: L'enquête interne d'Orange confirme un "dysfonctionnement logiciel" - 11% des appels n'ont pas été acheminés, selon l'opérateur

Selon les premiers éléments de l'enquête interne d’Orange, suite au dysfonctionnement des numéros d’urgence il y a quelques jours,  la panne a été causée par un « dysfonctionnement logiciel », rapporte Le Parisien. Ajoutant que ce bug s’est produit « suite à une opération de modernisation et d’augmentation capacitaire du réseau, débutée début mai, pour répondre à l’accroissement du trafic ».

Selon les estimations de l'opérateur, la panne a empêché 3 millions d'appels d'aboutir, dont 11.000 appels vers des numéros d'urgence, soit 11 % du total des appels vers ces numéros).

Cependant, 89 % des appels vers les numéros d'urgence ont pu aboutir, contre un taux moyen d'aboutissement de 97% en temps normal. 

En effet, cela a a affecté les « calls servers », qui sont les équipements assurant l’interconnexion entre les appels passés sur les téléphones portables et fixes et lignes téléphoniques dites analogues des services de secours.

Orange explique dans un communiqué que "Le dysfonctionnement a porté sur l’interconnexion entre les services voix mobile, voix sur IP d’une part et ceux hébergés sur le réseau commuté (la plupart des numéros d’urgence étant sur cette technologie) d’autre part, suite à une opération de modernisation et d’augmentation capacitaire du réseau, débutée début mai, pour répondre à l’accroissement du trafic.

L’interconnexion repose sur une plateforme de calls servers. Un dysfonctionnement de la plateforme de service est intervenu et a provoqué les perturbations. Ce dysfonctionnement est la conséquence d’un bug dans les logiciels des calls servers. Ce bug s’est activé suite à des commandes usuelles de reconnexion, perturbant le fonctionnement global des calls servers malgré leur redondance entre les six sites distincts."

"Cette défaillance logicielle est désormais identifiée par le partenaire fournisseur des équipements concernés et un correctif a été adressé.", peut-on lire.

Rappelons durant ces importants dysfonctionnements des numéros d'urgence, au moins cinq décès sont survenus, dont celui d'un enfant de 28 mois en Vendée. Cette enquête interne «a pour objectif d'identifier les causes précises de cet incident, d'étudier les processus d'alerte et d'émettre des recommandations pour en tirer tous les enseignements nécessaires», avait indiqué dans son communiqué Orange en début de semaine.

Le gouvernement avait de son côté annoncé il y a quelques jours le lancement d'un audit «de contrôle de la sécurité et de l'intégrité» du réseau et des services d'Orange, piloté par l'Agence nationale de sécurité des systèmes d'information (Anssi). Ses conclusions sont attendues dans un délai de deux mois.

Les numéros 15 (Samu), 17 (police), 18 (pompiers) et 112 (numéro européen unique) ont été inaccessibles ou très difficilement accessibles partout en France, forçant les personnes à renouveler leur appel ou à utiliser des lignes directes à 10 chiffres mises en place dans l'urgence par les autorités.

close
volume_off

«Nous déplorons des victimes qui sont susceptibles d'avoir été causées par ce grave incident», avait déclaré vendredi le Premier ministre Jean Castex, en précisant qu'il se prononçait «sous réserve évidemment de ce que diront les enquêtes, notamment les enquêtes judiciaires qui sont ouvertes». Cinq décès suspects ont été constatés dans le Morbihan, en Haute-Saône, en Vendée, sur l'île de la Réunion, et dans les Bouches-du-Rhône.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de air libre
12/juin/2021 - 17h38

Comme partout ailleurs "c'est de la faute de l'informatique" donc pas de responsable, retourne dans ta niche....