31/05 15:02

Un gendarme ouvre le feu à Méru, dans l'Oise, touchant à l'épaule un conducteur qui venait de refuser d'obtempérer à plusieurs contrôles routiers

Un gendarme a ouvert le feu dans la nuit dernière à Méru, dans l'Oise, touchant à l'épaule un conducteur, «défavorablement connu de la justice», qui venait de refuser d'obtempérer à plusieurs contrôles routiers, selon le parquet de Beauvais.

«Un gendarme mobile a fait usage de son arme à l'occasion d'un refus d'obtempérer aggravé par la mise en danger d'autrui commis par un homme de 39 ans», a indiqué Caroline Tharot, procureure de la République. Les jours du conducteur ne sont pas en danger. Au volant d'une Peugeot 307, cet homme, «défavorablement connu de la justice», a d'abord refusé d'obtempérer aux sommations de s'arrêter dans le quartier de la Nacre et poursuivi sa route vers la gare. Puis «il a refusé un nouveau contrôle» et «la herse "stop stick" a été utilisée sans permettre d'immobiliser le véhicule qui a roulé avec des pneus crevés.»

Selon les premiers éléments, lors d'un troisième contrôle, le véhicule finit par être immobilisé, un gendarme ouvre la portière mais le mis en cause «a redémarré son véhicule et ce malgré la présence des gendarmes à proximité». «Un gendarme mobile a alors fait usage de son arme de service, le tir atteignant à l'épaule le conducteur» qui s'est encore «éloigné avant de s'immobiliser vers 1h00 à un autre point de contrôle, après avoir percuté un véhicule de gendarmerie».

Le parquet a ouvert une enquête pour refus d'obtempérer «dans des circonstances exposant directement autrui à un risque de mort ou d'infirmité», confiée à la brigade de recherches de Méru. Une autre enquête pour violence avec arme par personne dépositaire de l'autorité publique, menée par la section de recherches d'Amiens, est également en cours.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de lucieat
31/mai/2021 - 15h38

J'espère qu'ils ont compris qu'il n'est plus temps de tergiverser, de se laisser monter sur les pieds. Il faut que la crainte change de camp, tu commets un délit, tu es sanctionné ! refus d'optempérer, tant pis pour toi, tu en subis les conséquences. Une faute = une sanction réelle

Je ne peux que soutenir les policiers qui ont enfin riposté, ras le bol de devoir subir la loi de la racaille impunie et arrogante

Portrait de JC732
31/mai/2021 - 15h15

Enfin.