21/05 11:31

L'enquête préliminaire ouverte à la suite d'une dénonciation pour un supposé emploi fictif dont aurait bénéficié le président de la Fédération française de rugby Bernard Laporte a été classée

L'enquête préliminaire ouverte à la suite d'une dénonciation pour un supposé emploi fictif dont aurait bénéficié le président de la Fédération française de rugby Bernard Laporte a été classée, a appris l'AFP de source proche du dossier, confirmant une information de Sud-Ouest.

Selon le quotidien, le parquet de Bordeaux a classé définitivement l'affaire pour "absence d'infraction".

En novembre 2020, Laporte avait été visé par une enquête préliminaire pour "des chefs de faux, usage de faux, abus de biens sociaux et recel d'abus de biens sociaux".

Cette procédure faisait suite à un signalement sur un prétendu emploi fictif dont aurait pu bénéficier Laporte, il y a plusieurs années, grâce à Marc Faujanet (61 ans), ancien patineur artistique et ex-dirigeant et associé du groupe Espace Loisirs Concepts (ELC), spécialisé dans la construction et l'exploitation d'Ehpad.

Sud-Ouest explique l'enquête a conclu tout simplement à un conflit larvé au sein de la famille Faujanet, les investigations de la direction interrégionale de la police judiciaire n'ayant donc pas permis d'apporter d'éléments de preuve pour étayer ses allégations.

A l'époque, l'avocat de Bernard Laporte Me Jean-Pierre Versini-Campinchi avait assuré à l'AFP que "ni lui ni moi ne savons de quoi on parle".

"Il y a toujours une enquête quelle que soit la bêtise de la plainte. Tout ça est scandaleux", avait-t-il ajouté.

Ailleurs sur le web

Vos réactions