15/05/2021 17:02

Le rappeur Abd Al Malik va réaliser un film sur un esclave de La Réunion qui a attaqué son maître en justice pour réclamer sa liberté

Le rappeur Abd Al Malik va réaliser son deuxième film, sur l'histoire vraie d'un esclave de La Réunion qui a attaqué son maître en justice pour réclamer sa liberté, adaptée par le scénariste de "Des hommes et des dieux" (2010) et "Mon roi" (2015).

Le film est une adaptation du Prix Renaudot 2010, "L'Affaire de l'esclave Furcy" (Gallimard) de Mohammed Aïssaoui, qui collabore au projet, ont précisé les producteurs, jour du 20e anniversaire de la loi Taubira reconnaissant l'esclavage et la traite comme crimes contre l'humanité.

L'ouvrage avait contribué à faire connaître l'histoire de cet homme dont la procédure, au bout de 27 ans, trouva son dénouement le 23 décembre 1843, à Paris. La justice française reconnut qu'il était né libre et non asservi.

"Il n'y a jamais eu de film en France sur ces questions", a déploré auprès de l'AFP le scénariste Etienne Comar, à l'origine du projet, estimant que "le contexte dit qu'il y a vraiment matière à se pencher sur la question".

"Le débat sur la question de l'esclavage au regard de la justice est un des thèmes du film. L'affaire est une affaire en justice. Ce sera une partie importante", poursuit le scénariste.

"Peindre le portrait de nouvelles figures héroïques, comme celle de Furcy, loin de tout communautarisme, c'est travailler à +faire France+", a ajouté dans un communiqué Abd Al Malik.

Il avait déjà réalisé en 2014 "Qu'Allah bénisse la France", adapté de sa propre autobiographie, un film totalisant 200.000 entrées.

Le film rentrera en production au cours du premier semestre 2022.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Berger Blanc
15/mai/2021 - 19h10

Lol 

Portrait de Berger Blanc
15/mai/2021 - 19h10
Qu'Allah bénisse la France
Portrait de Berger Blanc
15/mai/2021 - 19h06

Sacré Régis va !

Portrait de .Kazindrah.
15/mai/2021 - 17h21

L'esclavage est la pire des abominations. Mais pourquoi ne dénonce-t-on que celui du passé, auquel on ne peut plus rien faire, en omettant toujours de s'attaquer à l'esclavagisme actuel qui perdure dans certaines contrées et fait des millions de malheureuses victimes - surtout enfants et femmes -  que personne ne prend la peine de défendre ?

Portrait de Dédérinox
15/mai/2021 - 17h21

La repentance encore et toujours