05/05 07:10

Procès de Nordahl Lelandais - Découvrez les témoignages de l'une de ses ex-compagnes et de l'un de ses amants devant les jurés - Regardez

Hier soir dans le journal de 20h, France 2 est revenu sur les témoignages des ex-compagnes et des amants de Nordahl Lelandais. (A écouter ci-dessus). Mardi matin, les audiences consacrées aux ex-femmes de la vie de l’accusé ont brossé le portrait d'un jeune homme amoureux, très actif sur le plan sexuel - y compris homosexuel - qui respecte le consentement, papillonnant entre compagnes stables et aventures sexuelles plus ou moins suivies.

Connue dans la presse pour ses déclarations sous le pseudonyme de "Karine", une jeune femme de 41 ans a décrit à la cour un "agresseur" tout en admettant avoir eu "des sentiments", au deuxième jour du procès intenté à son ancien compagnon pour le meurtre d'Arthur Noyer en avril 2017. "On a eu une relation très sérieuse" pendant un an et sept mois "mais avec des infidélités et des interruptions, a-t-elle dit.

Puis, perdant ses mots au milieu de ses larmes, elle a affirmé être "terrorisée" par lui. Nordahl Lelandais est "menteur, menteur, menteur. Et quand il ment, parfois, il n'y a aucune logique". Elle le décrit aussi comme "très très possessif, très collant, très jaloux." "Karine" a indiqué avoir porté plainte à deux reprises contre l'accusé, assurant qu'une procédure était toujours en cours pour des faits de harcèlement. Mais l'avocate générale elle-même a indiqué que ses plaintes avaient été classées sans suite.

Richard K., ex-partenaire sexuel de Nordahl Lelandais, qu'il a rencontré en octobre 2016 sur un site de rencontre s'est livré sur les fantasmes de son ancien amant . L'homme a notamment évoqué une relation dominant/dominé alors que leurs relations sexuelles donnaient régulièrement lieu à des jeux de rôles : "M.Lelandais m'a mis dans le coffre de sa voiture. J'étais consentant ! Le scénario, la demande était de le voir [m'enlever] en tenue militaire." a raconté Richard K avant de préciser : "Lui était le dominant. C'était d'un commun accord." L'homme a ajouté que ces rapports avaient souvent lieu en extérieur notamment "au bord du lac d'Aiguebelette" et qu'il ne s'était jamais senti "en insécurité".

L'une de ses dernières compagnes, incapable de mentionner des faits concrets, et très changeante dans ses déclarations, décrit Nordahl Lelandais comme un "mythomane" dangereux qui la "terrorisait" - un témoignage marquant, mais ébranlé par la défense. Nordahl Lelandais sera interrogé sur la nuit des faits jeudi.

Verdict attendu autour du 12 mai.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions