02/04 20:23

Coronavirus - Les pharmacies pourront vendre des autotests à partir du 12 avril - Les grandes surfaces pas autorisées à en commercialiser - 505 malades de plus en réanimation ces dernières 24 heures

20h22:  "À partir du 12 avril, les pharmacies pourront vendre des autotests à ceux qui souhaitent en acheter", annonce le ministre de la Santé Olivier Veran sur Brut.

 "Ce sera un complément utile", a-t-il souligné. Avant de préciser qu'étant "un produit de santé", ils ne seraient pas disponibles en grande surface. 

Et de confirmer que ces tests ne seront pas disponibles dans les grandes surfaces, malgré les demandes de la grande distribution.

"Il faut qu'il y ait un professionnel de santé qui puisse vendre ces tests-là, en explique le fonctionnement, ce n'est pas si simple" prévient Olivier Véran.

Ces tests par auto-prélèvement nasal sont un peu plus faciles et moins désagréables que les tests naso-pharyngés profonds, la méthode de référence pour les tests RT-PCR et antigéniques actuels.

La Haute autorité de Santé (HAS) a donné son feu vert au déploiement de ces autotests, mais dans son avis publié le 16 mars, elle précise que tout autotest positif doit ensuite faire l'objet d'une confirmation par test RT-PCR, notamment pour pouvoir le comptabiliser comme cas positif et pour caractériser un éventuel variant.

19h05: Selon les chiffres quotidiens de Santé publique France, 5254 malades du Covid sont actuellement placés en réanimation, soit 505 de plus par rapport à la la veille. A noter également que 303 patients sont décédés des suites du Covid-19 ces dernières 24 heures.

Au total, 28.729 personnes sont actuellement hospitalisées à cause du coronavirus, soit 2092 supplémentaires en 24 heures.

15h47: Le nombre de classes fermées en raison de cas de coronavirus a plus que triplé en une semaine, passant à plus de 11.000, a annoncé le ministère de l'Education nationale, quelques heures avant la fermeture des écoles pour plusieurs semaines.

Sur l'ensemble du territoire, 11.272 classes (contre 3.256 il y a une semaine) sont fermées sur 528.400, soit 2,1% du total, selon un calcul de l'AFP effectué à partir des données communiquées par le ministère dans un communiqué.

229 établissements scolaires sur 61.500 gardent portes closes (soit 0,37% du total), dont 187 écoles, 27 collèges et 15 lycées.

Les académies les plus touchées en terme de fermeture de classes sont celles de Versailles, Créteil, Nancy-Metz.

Dans le détail, 28.738 élèves (contre 21.193 il y a une semaine) ont été contaminés sur un total de 12,4 millions, soit un taux de 0,23%.

Parmi les personnels, le nombre de personnes contaminées est en hausse de 0,24%, de 2.515 à 2.771.Sur le front des tests salivaires dans les écoles, sur 340.200 proposés, 244.944 ont été réalisés et se sont révélés positifs à 0,45%. La semaine précédente, sur 320.285 tests proposés, 200.404 avaient été réalisés et s'étaient révélés positifs à 0,49%.

Pour tenter de faire ralentir l'épidémie, le président Emmanuel Macron avait annoncé mercredi que les crèches, écoles, collèges et lycées allaient être fermés dès vendredi soir et les vacances scolaires de printemps unifiées sur tout le territoire à partir du 12 avril.

La semaine du 5 au 12 avril, les cours pour les écoles, collèges et lycées se feront à la maison, sauf pour les enfants des soignants et de quelques autres professions, de même que les enfants en situation de handicap. Elle sera suivie de deux semaines de vacances à partir du 12, pour toutes les zones, avant une rentrée le 26 en présentiel dans les écoles et en distanciel pendant une semaine de plus dans les collèges et les lycées.

14h07: Pendant un déplacement consacré à l'autisme, à Saint-Egrève, en Isère, Emmanuel Macron adresse un message de reconnaissance. "Nous sommes derrière les soignants dans cette période".

Et d'ajouter: "L'épidémie nous conduit à prendre des choix parfois plus radicaux, plus forts".
Avant d'estimer que la pandémie a montré que sa stratégie pour l'hôpital "était juste mais pas assez rapide"

13h35: La pandémie du nouveau coronavirus a fait au moins 2.829.089 morts dans le monde depuis que le bureau de l'OMS en Chine a fait état de l'apparition de la maladie fin décembre 2019, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles vendredi à 10H00 GMT.

Plus de 129.564.590 cas d'infection ont été officiellement diagnostiqués depuis le début de l'épidémie.

La grande majorité des malades guérissent, mais une part encore mal évaluée conserve des symptômes pendant des semaines, voire des mois. Les chiffres se fondent sur les bilans communiqués quotidiennement par les autorités sanitaires de chaque pays et excluent les révisions réalisées a posteriori par des organismes statistiques, comme en Russie, en Espagne et au Royaume-Uni.

Sur la journée de jeudi, 12.226 nouveaux décès et 703.713 nouveaux cas ont été recensés dans le monde. Les pays qui ont enregistré le plus de nouveaux décès dans leurs derniers bilans sont le Brésil avec 3.769 nouveaux morts, les États-Unis (1.078) et la Hongrie (525).

Les États-Unis sont le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas, avec 553.120 décès pour 30.539.175 cas recensés, selon le comptage de l'université Johns Hopkins.

Après les États-Unis, les pays les plus touchés sont le Brésil avec 325.284 morts et 12.839.844 cas, le Mexique avec 203.664 morts (2.244.268 cas), l'Inde avec 163.396 morts (12.303.131 cas), et le Royaume-Uni avec 126.764 morts (4.350.266 cas).

Parmi les pays les plus durement touchés, la République tchèque est celui qui déplore le plus grand nombre de morts par rapport à sa population, avec 250 décès pour 100.000 habitants, suivi par la Hongrie (220), le Monténégro (205), la Bosnie (203) et la Belgique (199).

L'Europe totalisait vendredi à 10H00 GMT 962.463 décès pour 44.160.858 cas, l'Amérique latine et les Caraïbes 788.583 décès (24.990.294 cas), les Etats-Unis et le Canada 576.113 décès (31.525.181 cas), l'Asie 273.384 décès (18.052.699 cas), le Moyen-Orient 114.511 décès (6.562.048 cas), l'Afrique 113.038 décès (4.235.833 cas), et l'Océanie 997 décès (37.678 cas).

Depuis le début de la pandémie, le nombre de tests réalisés a fortement augmenté et les techniques de dépistage et de traçage se sont améliorées, entraînant une hausse des contaminations déclarées.

Le nombre de cas diagnostiqués ne reflète toutefois qu'une fraction du total réel de contaminations, une part importante des cas les moins graves ou asymptomatiques restant toujours non détectée.

Ce bilan a été réalisé à partir de données collectées par les bureaux de l'AFP auprès des autorités nationales compétentes et des informations de l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

En raison de corrections apportées par les autorités ou de publications tardives des données, les chiffres d'augmentation sur 24h peuvent ne pas correspondre exactement à ceux publiés la veille.

12h07: La vaccination contre le Covid-19 "n'élimine pas complètement" le risque de contamination, ce qui justifie le maintien des restrictions de déplacement pour les personnes vaccinées, a décidé le Conseil d'Etat dans une ordonnance publiée vendredi.

Saisi en référé par un habitant d'un des premiers départements où les déplacements ont été limités à 10 kilomètres mi-mars, le Conseil d'Etat a jugé que cette "atteinte à la liberté individuelle (...) ne peut, en l'état, au regard des objectifs poursuivis, être regardée comme disproportionnée, en tant qu'elle s'applique aux personnes vaccinées".

La plus haute juridiction administrative française considère en effet que, "pour efficace que soit la vaccination, qui ne concerne encore qu'une faible fraction des personnes les plus vulnérables, elle n'élimine pas complètement la possibilité que les personnes vaccinées demeurent porteuses du virus".

11H53: Le chef de la gauche radicale en France, Jean-Luc Mélenchon, candidat à la présidentielle de 2022, a estimé que le vaccin russe anti-Covid 19 Spoutnik-V n'était toujours pas utilisé pour des raisons politiques" et pour "favoriser le business" des grandes multinationales pharmaceutiques.

"Le président de la République (Emmanuel Macron) sait depuis novembre dernier - il l'a dit - qu'une mission française a été (en Russie) et a dit que ce vaccin fonctionnait. Cinquante-sept pays l'utilisent et se tirent d'affaire et nous, Français, nous attendons le label de la Commission" européenne, a-t-il dénoncé sur la radio RTL. Le secrétaire d'Etat français aux Affaires européennes Clément Beaune a estimé jeudi que le vaccin russe ne pourrait pas être autorisé au sein de l'UE "avant la fin du mois de juin", alors que certains pays européens avancent cette piste pour accélérer leur campagne de vaccination. Selon M. Mélenchon, ce "formalisme bureaucratique" est "une erreur totale". "C'est une décision politique destinée à favoriser le business des grands groupes de pharma multinationales, qui gagnent des milliards dans cette histoire et n'ont pas envie de voir arriver un concurrent qui vient de Russie". "Le vaccin russe n'est pas plus communiste que poutinien, la seule question qu'on lui pose, c'est: est-ce qu'il est efficace ou pas?", a-t-il affirmé. En février dernier, Emmanuel Macron n'avait pas fermé la porte à l'utilisation de ce vaccin - dont la revue The Lancet venait de confirmer l'efficacité à 91,3% - si les autorités de santé le validaient. Toutefois, Clément Beaune a souligné jeudi les capacités de production limitées du vaccin russe et reproché à Moscou, après d'autres responsables français et européens, d'utiliser Spoutnik comme une arme de propagande sur la scène internationale pour diviser l'UE. Parmi les 27 Etats-membres de l'UE, seules La Hongrie, la Slovaquie et la République tchèque ont pour l'heure décidé de recourir au vaccin russe sans attendre sa validation par l'autorité européenne du médicament.

09h48: L'édition 2021 du Festival international de la bande dessinée à Angoulême (sud-ouest) est annulée en raison de l’épidémie de Covid-19, ont annoncé vendredi les organisateurs. Ce Festival qui se tient traditionnellement fin janvier, et qui avait remis ses prix à huis clos à cette époque, a renoncé à une édition grand public exceptionnelle fin juin 2021, et « a pris la décision de vous donner à tous rendez-vous fin janvier 2022 », a expliqué la direction dans un communiqué.

« Au regard de l’évolution du contexte sanitaire actuel, réaliser une édition du Festival en juin prochain - comme il avait été envisagé en novembre dernier - aurait signifié renoncer à de nombreuses dimensions qui fondent l’identité et la raison d’être de l’événement depuis son origine », a-t-elle souligné. Par conséquent, « l’organisation du Festival international de la bande dessinée d’Angoulême, en lien avec l’Association du FIBD, et après concertation avec ses partenaires, a pris la décision de vous donner à tous rendez-vous fin janvier 2022 », a-t-elle ajouté. La 49e édition est programmée du 27 au 30 janvier.

Il manquait une récompense parmi celles remises fin janvier, la plus prestigieuse, le Grand Prix, qui récompense l’ensemble de l’oeuvre d’un auteur. Ce Grand Prix 2021 sera bel et bien décerné fin juin, comme initialement prévu, sous une forme qui n’a pas été communiquée. Le Grand Prix 2020 avait été remis au dessinateur et scénariste de BD Emmanuel Guibert. Une exposition au Musée d’Angoulême consacrée à son travail, qui devait normalement ouvrir le 30 janvier, attend de pouvoir le faire dès que ce sera autorisé. Les règles actuelles permettent aux festivals d’été de se tenir mais dans des conditions sanitaires drastiques: 5.000 personnes maximum, assises et distanciées.

.

07h58: Le nombre de malades du Covid-19 en réanimation a de nouveau augmenté, dépassant les 5.100, selon les chiffres quotidiens de Santé Publique France, alors que le ministre de la Santé attend un pic en réa d'ici fin avril.

Après un très léger recul mercredi, le nombre de malades Covid en réanimation a repris sa trajectoire à la hausse, avec 5.109 personnes jeudi, dont 480 nouvelles entrées en 24 heures dans ces services qui traitent les cas les plus graves.

Lundi, le pic de la deuxième vague de l'épidémie (un peu plus de 4.900 patients en réa mi-novembre) avait été dépassé, encore loin toutefois de celui de la première vague (un peu plus de 7.000 patients début avril 2020).

Olivier Véran a estimé jeudi sur France Inter que le pic épidémique des contaminations pourrait être atteint "d'ici 7 à 10 jours", et deux semaines plus tard pour le pic de patients en réanimation.

Le nombre de personnes hospitalisées pour Covid est en hausse également, à 28.581, le plus haut de cette troisième vague, avec 2.025 nouvelles hospitalisations en 24 heures.Les chiffres de contaminations et des décès n'étaient pas encore disponibles.

Selon les autorités sanitaires, 8.806.108 personnes ont reçu au moins une injection d'un vaccin contre le Covid-19 et 2.956.205 personnes ont reçu 2 doses.

07h32: La consommation d'alcool dans les parcs et jardins de Lyon est désormais interdite, a annoncé jeudi la préfecture du Rhône, qui craint l'organisation d'"apéros géants" avec le retour du beau temps.

Cette mesure est effective depuis midi et s'appliquera jusqu'au dimanche 2 mai inclus, a-t-elle indiqué dans un communiqué.

Cette disposition s'ajoute à l'interdiction de la vente à emporter d'alcool et sa consommation sur la voie publique décidée le matin même pour l'ensemble du territoire par le Premier ministre Jean Castex.

La préfecture note avoir constaté ces derniers jours "une recrudescence des regroupements de personnes sans respect de la jauge des six personnes, des gestes barrières, de la distanciation physique et du port du masque".

"Ces comportements dangereux pour notre sécurité sanitaire collective, dans le contexte de tension épidémique croissante que nous connaissons, vont jusqu'à l'organisation d'apéros géants ou de fêtes sauvages comme cela a été constaté sur les berges de Saône", justifie-t-elle, en évoquant implicitement le rassemblement avec boissons et musique de quelque 300 jeunes Lyonnais mardi après-midi."Des consignes de fermeté ont donc été données aux forces de l'ordre. Les contrôles seront renforcés et les contrevenants systématiquement verbalisés", souligne la préfecture.

Mercredi, le parquet de Lyon a indiqué avoir ouvert une enquête pour "mise en danger de la vie d'autrui" et "non-respect des mesures sanitaires", au lendemain de cette fête sauvage en bord de Saône, dont de nombreuses vidéos ont circulé sur les réseaux sociaux.

La ministre déléguée auprès du ministre de l'Intérieur, chargée de la Citoyenneté, Marlène Schiappa, avait par la suite enjoint les participants "à se faire tester et à s'isoler".

07h12: Près de 100.000 médecins, pharmaciens et infirmiers libéraux ont commandé cette semaine plus d'un million de doses du vaccin anti-Covid d'AstraZeneca, qu'ils pourront injecter dès la semaine prochaine, a-t-on appris jeudi auprès du ministère de la Santé.

Malgré ses déboires, AstraZeneca a fait le plein de commandes chez les soignants libéraux.

"Environ un million de doses" étaient à répartir entre les volontaires, à raison d'un flacon de 10 doses par médecin ou infirmier, et de deux par pharmacie, selon la procédure annoncée lundi par la Direction générale de la santé (DGS).

A la clôture des inscriptions mercredi soir, la DGS dénombrait 51.000 médecins, dont 45.000 généralistes (soit plus de 80% de ces praticiens) pour 450.000 doses à répartir.

S'y ajoutent 19.000 pharmacies (soit près de 90% des officines) qui se partageront 340.000 doses, ainsi que 24.000 infirmiers libéraux qui recevront 240.000 doses.

Ces commandes seront définitivement confirmées vendredi, puis livrées entre le 7 et le 8 avril dans les pharmacies, où les médecins et infirmiers pourront ensuite les récupérer.Les quantités vont cependant rechuter rapidement, avec seulement 300.000 doses attendues la semaine prochaine et autant la semaine suivante.

Les volumes devraient augmenter à partir de la semaine du 19 avril (600.000 doses) et surtout celle du 26 avril (1,6 million de doses) "sous réserve de la tenue de ses engagements par le laboratoire", souligne la DGS.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Cl
3/avril/2021 - 07h32

Il y aura des autotests dans  toutes les pharmacies  ... je doute .... 

Portrait de croco
2/avril/2021 - 20h55 - depuis l'application mobile
LOIC 33 a écrit :

Je pense partager l'opinion de beaucoup de français, quand  vous êtes souffrant vous consultez votre médecin ou Jupiter ? a moins que vous vous adressiez a un marabout ? Chacun sa partie, Macron veut brosser dans le sens du poil , 2022 c'est proche donc il défend ses intérêts...

@LOIC 33 Sauf que certains médecins sont politisés et prêchent pour leur paroisse. Maintenant si vous pensez que c'est bien d'être confiné 3 mois, rien ne vous empêche de le faire.

Portrait de LOIC 33
2/avril/2021 - 20h42
croco a écrit :

@LOIC 33 Vous aussi vous avez réponse à tout. Quoi qui est fait, rien ne vous va. En tout cas si il n'avait pas résisté à la pression des médecins, ça ferait 3 mois qu'on serait confiné et que les enfants n'auraient pas d'école.

Je pense partager l'opinion de beaucoup de français, quand  vous êtes souffrant vous consultez votre médecin ou Jupiter ? a moins que vous vous adressiez a un marabout ? Chacun sa partie, Macron veut brosser dans le sens du poil , 2022 c'est proche donc il défend ses intérêts...

Portrait de croco
2/avril/2021 - 20h10 - depuis l'application mobile
allolaterre a écrit :

Chiffres, une fois encore, mensongers qui font un rattrapage !!!

@allolaterre Heureusement que vous êtes là pour démasquer les tricheurs ! Vous pourriez alors nous communiquer les chiffres exacts s'il vous plaît. Merci. Ceci dit quand on voit que le nombre de cas passe de 30000 par jour à plus de 40000 par jour en quelques jours, ce n'est pas étonnant que les hospitalisations augmentent de 2000 patients.

Portrait de croco
2/avril/2021 - 19h35 - depuis l'application mobile
LOIC 33 a écrit :

Macron a toujours raison ! Il a réponse à tout, il ne respecte pas l'avis du corps médical, il a une attitude dictatoriale, ce qui devrait lui jouer un mauvais tour ....le personnel médical ne doit sûrement pas partager son avis!

@LOIC 33 Vous aussi vous avez réponse à tout. Quoi qui est fait, rien ne vous va. En tout cas si il n'avait pas résisté à la pression des médecins, ça ferait 3 mois qu'on serait confiné et que les enfants n'auraient pas d'école.

Portrait de LOIC 33
2/avril/2021 - 19h22

Macron a toujours raison ! Il a réponse à tout, il ne respecte pas l'avis du corps médical, il a une attitude dictatoriale, ce qui devrait lui jouer un mauvais tour ....le personnel médical ne doit sûrement pas partager son avis!