07/03 11:16

Le Canard enchaîné, qui a augmenté début février son prix de vente au numéro de 25% (de 1,20 à 1,50 euro) après trois décennies de stabilité, n'a constaté depuis "aucun effet" sur ses ventes

Le Canard enchaîné, qui a augmenté début février son prix de vente au numéro de 25% (de 1,20 à 1,50 euro) après trois décennies de stabilité, n'a constaté depuis "aucun effet" sur ses ventes, a indiqué un dirigeant de l'hebdomadaire.

Cette augmentation a été décidée à cause de la crise de l'ex-distributeur de journaux Presstalis (devenu France Messagerie), a expliqué Nicolas Brimo, directeur de la rédaction et directeur des publications du palmipède, lors d'une rencontre avec l'Association des journalistes médias (AJM).

"C'est la facture de Presstalis qui nous a fait plonger dans un résultat déficitaire" en 2019, a-t-il rappelé, précisant que la crise du principal distributeur de journaux (devenu France Messagerie) devrait coûter en tout "2,8 millions d'euros sur deux ans" à l'hebdomadaire, soit 15% de son chiffre d'affaires. Cette hausse de prix, la première intervenue depuis 1991 pour l'hebdomadaire, est également liée à la crise du Covid et à la fermeture de nombreux points de vente de la presse, qui ont pesé sur sa diffusion, a-t-il souligné.

Résultat, le Canard enchaîné, qui a enregistré un nouveau déficit l'an dernier, s'attend à rester dans le rouge cette année.

"Notre but n'est pas de gagner de l'argent pour gagner de l'argent, c'est d'avoir un journal rentable pour rester indépendants, la rentabilité est la clé de l'indépendance et elle sera assurée avec un prix à 1,50 euro, comme elle l'a longtemps été avec un prix à 1,20 euro", a-t-il justifié.

Le journal, qui a par ailleurs lancé il y a un mois sa première formule d'abonnement électronique (après avoir très longtemps résisté aux sirènes du numérique), est par ailleurs sur le point de franchir les 10.000 abonnés à cette offre en ligne, a déclaré le responsable.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de bib
7/mars/2021 - 11h18

Bravo au Canard pour ses investigations ! La tonalité d'humour est un poil trop systématique mais on sait ce qu'on achète.